Cléa Vincent nous entraîne dans ses nuits sans sommeil

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Mine de rien, cela fait déjà plus de deux ans que Cléa Vincent a sorti Retiens mon désir. On n’a pas vu le temps passer, finalement, puisqu’elle n’a jamais été loin de nous, entre ses concerts, l’EP Tropi-Cléa, Cléa Vincent a toujours été pour nous à portée d’oreille et à portée de cœur. En deux ans, elle est devenue une des chouchous de la rédaction de La Vague Parallèle. Celle qui était représentante d’un DIY à la française revient donc avec un nouveau titre annonciateur d’un nouvel album. Et on peut dire que les choses ont bien changé.

Elle nous avait pourtant prévenu. Au cours de discussions à droite et à gauche, Cléa Vincent nous avait averti, avec la malice qui la caractérise : son nouvel album n’aurait rien à voir avec ce qu’elle a fait précédemment. On l’avait crue, bien sûr, mais on ne s’attendait pas à un tel changement. La première écoute de ce Nuits sans sommeil marquera tous les amateurs de la Parisienne. Si on retrouve avec bonheur sa voix douce qui nous berce depuis un moment, sa musique entrant toujours très régulièrement dans la rotation de nos playlists, on peut dire que musicalement, c’est le jour et la nuit.

La nuit justement, voilà ce qui semble guider ce premier titre qui donne son nom au prochain album de Cléa Vincent. Il y a une forme d’éclosion dans la musique de Cléa Vincent, une transformation aussi singulière que nécessaire. Surprendre son public mais aussi se surprendre elle-même et quitter les oripeaux DIY auxquels on semblait trop vouloir la coller, nous les premiers. Nuits sans sommeil est un titre nocturne, superbement produit, qui s’approche autant de la danse que de la mélancolie. On pourrait y voir un peu de Paradis, mais cela reste profondément ancré dans l’univers de Cléa Vincent. Des histoires d’amour qui sont désormais assumées, une poésie et un amour pour les mots toujours aussi présent. Bref, une mue sonore mais un univers pop et léger toujours aussi présent et assumé.

Visuellement aussi, on navigue dans des eaux nouvelles. En s’associant à Thomas Salvador, réalisateur français connu notamment pour Vincent n’a pas d’écailles. Ambiance rêveuse, plans précis et stylisés, le réalisateur colle au plus près de Cléa Vincent, de son visage et de ses chaussures pour offrir à ce titre un véritable portrait de femme en clair-obscur tout en grâce et en délicatesse.

Nuits Sans Sommeil est annoncé pour Mars 2019 chez Midnight Special Records et se présente déjà comme une des plus grosses attente de l’année 2019.

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.