Coração Louco : l'aventure brésilienne de Laure Briard

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Chez La Vague Parallèle, on a une relation un peu spéciale avec Midnight Special Records. Tout d’abord parce qu’ils nous font confiance et qu’on a une relation assez forte avec certains de leur artistes. Ensuite parce qu’on les admire tout simplement et qu’on aime leur façon d’envisager la musique comme une aventure, une exploration constante où la vérité d’aujourd’hui ne sera pas forcément celle de demain. Un label qui pousse ses artistes à la liberté et à l’exploration et qui nous offre à chaque fois des surprises et des propostions musicales différentes. Et cet état de fait n’est pas prêt d’être remise en question, surtout pas avec le nouvel EP de Laure Briard.

On dit souvent que la vie n’est pas une comédie romantique. Mais dans notre histoire ici comptée, la vie ressemble étrangement à ce genre de films où s’épanouissent Jennifer Anniston et Hugh Grant. Entre Laure Briard et les brésiliens Boogarins, on parle clairement de ce genre de moments étranges où le destin prend tout son sens et te pousse vers une direction que tu n’aurais pas envisagée mais qui sonne comme une évidence une fois au pied du mur. Une rencontre, puis deux, puis trois dans un laps de temps réduit et une envie de plus en plus forte : travailler ensemble.

Alors Laure prend ses textes, google traduction version portugais et s’envole vers le Brésil, où l’attendent les talents musiciens pour nous offrir six titres qui constitue donc le EP qui nous intéresse aujourd’hui : Coração Louco.

Laure Briard est une artiste multiple, pour qui le genre musical importe moins que l’envie de proposer quelque chose qui émerge de l’instant et de ses envies. Elle est passée par le rock, la pop, la variété avec un bonheur sans fin pour elle comme pour nous. Pareil pour l’utilisation de la langue, passant de l’anglais au français sans gène et sans pression. La voir ainsi se frotter aux sonorités brésiliennes et au portugais n’a donc au final rien de véritablement étonnant puisque la seule constante qui semble la guider est bien présente ici : le psychédélisme, cette sorte de folie douce qui la guide d’aventure en aventure.

L’association avec les Boogarins semble donc couler de source et trouve tout son sel dans un titre complètement fou, Numa Fria Note, long de 8 minutes qui ressemble simultanément à un long trip sous acide, à un délire fiévreux et surtout à la collision d’esprits fous et libres. Le genre de titre aussi génial qu’hypnotique, qui vous emmène dans des univers différents. Bref, le genre de choses qu’on entend que trop rarement et qui nous montre qu’en 2018 la musique peut être encore surprenante du moment qu’elle est libre.

Bien sûr, ce genre de moment se doit d’être encadré pour permettre à la folie de ne pas prendre trop de place et de se savourer davantage. Laure offre donc des moments musicaux plus classiques mais toujours baignés dans ce doux psychédélisme qui nimbe chaque chanson, notamment avec Coração Louco .

Et le fait de ne pas comprendre le portugais n’est au final pas un problème, tant la langue est chantante et prête à l’échappée qui nous emmènent ailleurs, dans un espace à la fois mental et solide. On se retrouve alors sur une plage au soleil, entouré de Jorge et Janela ou sur la piste de danse pour une petite bossa nova avec la superbe Cravado.

Coração Louco est donc un fantasme musical autant qu’un plaisir de rêverie. C’est aussi une belle histoire d’amour entre une artiste française et un groupe brésilien. Comme quoi la vie, ça peut parfois être comme au cinéma.

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.