(Découverte) Ed Mount va vous faire danser

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

La French Connection englobe tous ceux qui prirent part à l’exportation d’héroïne depuis la France des années 40 aux années 90. Si l’histoire vous intéresse, on vous conseille furieusement de voir le chef d’œuvre de William Friedkin à ce sujet (ceci).

Mais si on vous parle de ça aujourd’hui, c’est parce que depuis un peu plus d’un an, on a l’impression de voir apparaitre la Nantes Connection. De Voyou à Lenparrot en passant par Mou ou Tonus, on se sent un peu comme un dealer musical passant sous le manteau les meilleurs produits venant de la ville de la Loire.

Il y a quelques jours est arrivé à nos oreilles un nouveau projet, venu directement de l’excellent label FVTVR. Il s’appelle Ed Mount et vient de sortir son premier EP Space Cries.

Ed Mount, c’est le pseudonyme derrière lequel se cache Thibault Chevaillier, multi-instrumentiste de talent et compositeur de jazz qui a roulé sa bosse dans différents projets, comme Ricky Hollywood et Saint Michel.

S’il évolue derrière cet alias qui sonne terriblement américain, c’est avant tout pour pouvoir naviguer en toute liberté entre ses influences et inspirations sans contrainte de genre, de nationalité ou d’étiquette qu’on continue à vouloir coller sur n’importe quel petit nouveau.

Si on devait malgré tout définir la musique du bonhomme, on pourrait parler de R’n’B DIY comparable à la musique de l’Américain Toro Y Moi ou des géniaux Canadiens Chromeo. Sens du groove imparable, mélodies immédiatement accessibles, les cinq chansons qui composent l’excellent Space Cries sont aussi efficaces que sensuelles, naviguant joyeusement entre le funk, le r’n’b et le disco pour offrir une musique solaire qui ne cesse de surprendre et de nous emmener là où on ne s’y attend pas. On appréciera tout particulièrement le rythme accrocheur de Make It Right, le saxophone à haute teneur en phéromones de Space Cries et la douceur évidente de Don’t You Remerber.

Qu’on se le dise, que ce soit à la verticale ou à l’horizontale (vous voyez bien où on veut en venir) Ed Mount est là pour nous faire danser, alors inutile de résister, faites-vous du bien et laissez-vous porter.

Crédit photo : Romain Bassenne