(Découverte) Fantomes d'hier pour musique d'aujourd'hui

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

L’Amérique est une terre de fantasmes. Un écrin imaginaire et rêvé idéal pour n’importe quel musicien dès qu’il attrape une guitare et s’amuse à jouer faussement quelques accords qu’il ne maitrise pas parfaitement.

On a tous écouté du rock à guitares venu du pays de l’oncle Sam et on a tous en tête un morceau sur lequel on s’amusait à faire un solo sur un balais. Ce genre de musique est dans l’ADN de chacun, qu’on l’accepte ou non, elle fait partie de nous à travers le cinéma, les séries ou même les livres. C’est le genre de musique qui nous fait lever les yeux au ciel et nous emmène danser avec les fantômes de notre jeunesse.

Et ça tombe bien, puisque c’est justement de Fantomes dont on voudrait vous parler. On avait déjà déclaré tout notre amour à la power pop en ce début d’année avec la sortie du premier album des Lillois d’Okay Monday, et cet amour semble se renforcer encore plus aujourd’hui avec la sortie du premier EP du duo parisien chez les excellents Pan European Recording. Le label ajoute donc une corde à sa guitare (déjà bien équipée avec Flavien Berger, Poni Hoax ou Buvette).

Mais revenons à nos moutons. Fantomes c’est deux copains, Mus et Paul, qui comme nous ont grandi avec Weezer et Nirvana. Sauf que les deux gaillards ont bien digéré leurs influences et les ont finement incorporées dans leur propre musique. Leur son respire le soleil et la Californie mais est aussi gorgé d’une tendresse et d’une mélancolie bien françaises.

Avec ce premier EP 5 titres, ils nous offrent une palette musicale éclatante, portée notamment par l’excellent morceau Back With The Sun, le genre de titre à mettre sur une cassette (bah oui dans notre fantasme, la décapotable qui mène vers le soleil a un lecteur à l’ancienne) créée spécialement pour le road trip parfait. Il y a aussi Moutain, douceur entre le rock et la pop. Il y a Rain et sa guitare en avant qui nous fait à nouveau secouer les cheveux comme un adolescent rebelle, les yeux embués de rêves et de rancœur envers la fille qui lui a brisé le cœur alors qu’ils dansaient un slow sur Along. Il y a enfin Face B (si si vous savez, la deuxième partie d’une cassette…), jolie pièce instrumentale de 5 minutes, aux harmonies qui se mélangent et à la montée en puissance épique qui nous ramènera un peu plus encore dans le passé.

La musique de Fantomes s’écoute au moment où le soleil et l’asphalte se rencontrent pour ne faire plus qu’un. On est alors à la fois ébloui et fasciné par ce moment beau et étrange où l’on voit que si la route est longue, elle en vaut clairement la peine. Alors monte avec eux et laisse toi embarquer.

Photo : Lou Beauchard

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.