Double contact : Laure Briard & The Lemon Twigs à Lille et Paris

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Quand on en a la possibilité à La Vague Parallèle, on aime suivre les artistes en tournée. Quand il s’agit en plus d’un double plateau qu’on adore, on hésite encore moins ! On est donc allé voir The Lemon Twigs et Laure Briard en concert à Lille et à Paris. On vous raconte deux soirées très contrastées.

Lille (Charles) : Ben alors Lille, où est ta réputation ? Tu es sensée être le meilleur public de France non ? Pourtant, en ce vendredi soir, tu as été bien trop calme. Un contraste saisissant après le chaos que tu nous avais offert la veille pour Boy Harsher et Rendez-Vous. Tu étais sans doute bien trop épuisée puisque tu as été calme. Très calme. Trop calme. Surtout, tu n’as pas rendu honneur aux deux excellents groupes qui se sont succédé devant toi. Trop attentiste, pas assez dans l’émotion ni dans l’expression physique d’une joie qui devrait guider le rock’n’roll. Au point où tu en auras déconcertée les stars de la soirée, poussant même ce bon Michael D’Addario à en péter son pied de micro de rage.

Dommage, car les deux groupes qui sont venus à toi étaient de très très grande qualité. Laure Briard d’abord, accompagnée d’un quatuor de musiciens tous excellents, était venu présenter Un Peu Plus D’amour S’il Vous Plait. Une musique qui gagne en puissance sur scène, en énergie avec des titres issus des trois albums de la toulousaine. On aura particulièrement apprécié celle de Egoiste ou Kooky Sun, ou encore la classe toute brésilienne de Cravado et Coraçao Louco, et le psychédélisme pop de Changer D’avis et Un Peu Plus D’amour S’il Vous plait. Une musique diverse, mouvante, parfois expérimentale, mais toujours réjouissante et maîtrisée qui méritait bien plus que l’accueil tiède qui lui a été fait. Confirmation quelques jours plus tard lors de sa date en tête d’affiche au Point Éphémère où elle laissera éclater toute sa classe face à un public bien plus réactif et enjoué.

Et que dire des Lemon Twigs ? Les deux frangins ont bien tenté malgré eux de faire le show, déconcerté par le manque de réaction d’un public plutôt occupé à faire des storys pour leur Instagram plutôt qu’à vivre pleinement un concert, là encore, plutôt excellent. Déjà car les frères d’Addario ont changé de musiciens et que ça se ressent, le groupe est devenu un véritable bulldozer à énergie, porté par des gens qui maitrisent leur instruments et peuvent ainsi rendre honneur à la puissance mélodique et à la folie musicale qui explosent de la musique de The Lemon Twigs. On pensera bien ce que l’on veut du second album, Go To School. Toujours est-il que des titres comme Never In My Hearts Always In My Hearts, The Lesson ou le tube Small Victories sont de véritables merveilles musicales qui prennent tout leur sens sur la scène. Et que dire des déjà classiques I Wanna Prove To You, These Words ou As Long As We’re Together ? Du pur génie tout simplement : intense, beau et puissant. Bref, un concert de très grande qualité mais gâché par un public bien trop sage et passif. Il faudra se rattraper Lille !

Paris (Chloé) : C’est un public parisien bien bouillant qu’on a retrouvé dans une Cigale pleine à craquer à l’occasion de cette date que beaucoup attendait avec impatience. Laure Briard a également magnifiquement bien entamé la soirée et nous a fait rêver et voyager avec Dreams, Kooky Suns ou encore Cravado. Sans aucuns doutes, Laure a toujours un peu plus d’amour de la part de son public à chacun de ses passages dans les salles parisiennes !

Après la sortie de Go To School qui n’était pas passée inaperçue de par son style très opéra rock, qui nous ferait presque penser à une comédie musicale dont on imagine déjà la mise en scène de leur fameux chimpanzé Shane, les deux frères d’Addario nous ont offert un véritable show digne de vrais rock stars. Leur son et leur look très rétro 60’s nous ont plongés dans les joyeux lives que la plupart d’entre nous, de par notre jeune âge, n’ont jamais eu la chance de vivre et franchement ça fait du bien ! Un voyage dans le temps tout en étant pourtant très actuels. Comment se retenir de danser sur des titres tels que The Fire, Small Victories ou sur les incontournables titres que sont I Wanna Prove To You et Baby, Baby ? On a eu droit à un final enflammé avec As Long I Were Together poursuivi d’un rappel plutôt calme sur If You Give Enough, quelle belle manière de dire au revoir à son public. Un réel plaisir auditif tout aussi visuel : il faut l’avouer, les garçons sont des machines du live. Le surjeu de Michael était très captivant, à l’image d’une véritable icône du rock, portant ses lunettes de soleil en toute circonstance, qui fini même par s’allumer une cigarette sur scène et se l’écrase sur le bras en plein morceau, sans parler de son élasticité avec ses incroyables levés de jambes… est-il humain ? On l’a toujours su et on en a eu la preuve : les frères sont réellement deux ovnis surdoués, totalement conçus pour la scène !

 

 

Bonus : les photos de leur concert à La Cigale par Alphonse Terrier