(EXCLU) Sorry : Louis Aguilar, cuisinier des sentiments

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Chez La Vague Parallèle on aime les artistes et ils nous le rendent bien. Un mois après nous avoir offert en exclusivité le superbe clip de Just A Fool, Louis Aguilar a décidé de nous faire à nouveau confiance pour vous dévoiler en avant-première la vidéo qui illustre son titre Sorry. Cette fois, c’est du côté de sa passion pour l’Asie qu’il a décidé de nous emmener avec un clip plein de saveur.

Vous pensiez qu’entre l’Amérique fantasmée et la cuisine japonaise, un monde existait ? Vous aviez tort. Après s’être rêvé en cowboy fringuant et solitaire pour le clip de Just A Fool, Louis Aguilar rentre à la maison et pose le chapeau de cowboy dans l’entrée pour enfiler le tablier de chef cuisinier.

Si vous suivez le bonhomme sur Instagram (on ne peut que vous conseiller de le faire), vous aurez sans doute déjà remarqué sa grande passion pour la cuisine et plus particulièrement les plats. C’est vers ce thème qu’il nous emmène dans son nouveau clip pour Sorry. Ainsi, la vidéo se présente plus ou moins comme un tuto-cuisine pour vous apprendre à parfaitement réaliser boeuf grillé sur bol de riz. C’est assez drôle et unique, et montre une nouvelle fois la façon qu’a Louis Aguilar de distancier l’image de la musique pour proposer des médiums à la fois indépendants et complémentaires. Réalisé par Jerome De Gerlache, le clip alterne ainsi les plans de la cuisine et de la recette avec les apparations de Louis et sa guitare. On appréciera la réalisation précise, le cadre et la qualité mise au service de l’image.

Musicalement, Sorry se présente comme une folk song entrainante et aux forts accents américains. C’est dans les mots que les choses frappent. De sa voix de crooner, Louis Aguilar cuisine les sentiments, ceux qui brisent, qui cassent et qui mettent les gens plus bas que terre lorsqu’ils finissent par ne plus être partagés. Il ajoute comme épices une écriture simple et limpide, cherchant plus un storytelling obsédant et des mots simples qui frappent plutôt qu’une poésie surannée qui retirerait au titre toute sa force. Entre la musique et les mots, l’alliance est parfaite et fait exploser dans nos oreilles toutes les saveurs d’une chanson dans laquelle on se reconnait tous.

La recette est parfaite, il est temps de se mettre à table !