Pourquoi Flavien Berger a complètement retourné le game avec son nouvel album

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Quatre ans après son irruption dans le paysage musical français avec les deux superbes EPs Glitter Gaze et Mars Balnéaire, et trois ans après l’abyssal Léviathan, l’immense Flavien Berger revient enfin sur le devant de la scène avec un deuxième album ‘Contre-Temps’, encore plus fou et touchant que ses prédécesseurs.

Contre-Temps se conçoit d’abord comme un long parcours en voiture à travers le temps qui passe : panne d’essence dans Intersaison, pleine vitesse avec Deadline, périple interdimensionnel sur une gigue dans Medieval Wormhole ou encore drifts vidéo-ludiques sur Dyade.

Au cours de cette expédition temporelle, le musicien réussit un coup de maître en explorant ces choses de la vie qui peuvent au premier abord paraître insignifiantes, mais qui sont tout un univers en elles-même. On aura ainsi jamais été autant émus par une chanson sur une bouteille de Pamplemousse, tant la voix de Berger y est proche et douce.

De plus, Flavien Berger le dit lui-même : c’est un musicien de science-fiction. Au travers d’incontestables pépites comme Brutalisme, Maddy la nuit ou encore Castelmaure, il signe une œuvre pleine de mélancolie, exactement comme chez Resnais, pur cinéaste de l’expérience : l’un des favoris du chanteur. Bien qu’il roule à travers le temps, Berger réalise un authentique tour de force en habitant le présent, sans ne jamais parler de passé ou du futur.

Pour assurer une véritable continuité avec son premier album, il continue de plus sa saga des chiffres en offrant un prélude à 88888888 nommé 999999999, longue échappée électro à la fois deep et hypnotisante de neuf minutes et lancée à la vive allure de 99BPM. Une trilogie qui se conclut par le titre 7777777, présent sur le disque de Noël hors-série Contrebande (chaudement recommandé par la maison) : les trois pistes s’enchaînant parfaitement.

Par ailleurs, le musicien n’hésite non plus pas à inviter une pléiade d’amis sur ce deuxième album : le claviériste Marc Melià sur le bouleversant Castlemaure, Julia Lanoë (aka Rebeka Warrior de Sexy Sushi) dans A reculons, ou encore Infinite Bisous sur Brutalisme, Intersaison et Dyade, piste sur laquelle, pour clôturer l’album, Berger a panaché son solo de guitare et celui de Jacques, le fameux mutant au crâne dégarni. Flavien Berger cosigne également avec la chanteuse Bonnie Banane le titre éponyme Contre-Temps, un long fleuve rétro de près de 14 minutes. Le morceau est accompagné par un quatuor à cordes qui contraste, sans pour autant jurer, avec les sonorités éléctromagicosmiques communément utilisées par le musicien.

Ainsi, l’artiste s’offre avec cet album extraordinaire un formidable terrain de jeu pour le live, exercice durant lequel il n’hésite et n’hésitera pas à improviser, chaque soir et pour notre plus grand plaisir, de nouvelles versions sur ses joyaux électros. Contre-Temps est sans nul doute l’un des plus beaux albums de l’année, et nous n’avons pas fini de l’aimer.

Flavien Berger est actuellement en tournée et sera notamment à L’Olympia le 19 novembre et le 22 du même mois au Botanique.

Photo de couverture : Alphonse Terrier

J’aime bien faire des photos et les gens qui lisent les articles jusqu’en bas.