Focus : Les artistes à ne pas rater aux Paradis Artificiels 3/3

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Cette année encore, le festival itinérant les Paradis Artificiels revient prêcher la bonne parole de la musique cool dans la métropole lilloise. On est pas peu fier d’être partenaire de cette douzième édition qui s’annonce riche en bons concerts. Dans l’optique de cette collaboration, on a décidé de faire notre sélection des artistes à ne pas manquer. Voici la troisième et dernière partie de notre focus.

 

Cléa Vincent – Théâtre de l’Idéal (29 mars)

Vous pensiez vraiment qu’on l’avait oubliée ? On gardait patiemment la meilleure pour la fin ! Ce vendredi 29 mars, on découvrira pour la première fois les nouvelles chansons qui composent Nuits Sans Sommeil dans leur version live. On ne cache pas notre impatience tant l’ambiance nocturne du nouvel album de Cléa Vincent nous promet un live bien différent de ceux qu’elle nous a offert jusqu’ici. Pour ceux qui ne l’auraient jamais vu, la parisienne est une valeur sûre de la scène pop française, nous emportant à chaque concert dans son univers. Elle le dit elle même, sa vie c’est de faire des concerts, alors ne ratez pas ça, vous risqueriez de le regretter amèrement.

Kiddy Smile – Zénith de Lille (30 Mars)

Danser, Penser, Vivre & Aimer. C’est ainsi que l’on définissait One Trick Pony, l’excellent premier album de Kiddy Smile. 6 mois plus tard notre opinion sur sa musique n’a pas changé. Elle reste une formidable machine a danser, un vecteur de relâchement mais aussi un réceptacle à valeurs qui sont les notre,comme l’acceptation  l’acceptation de soi ou la tolérance. Il viendra mettre le feu au Zénith de Lille et on s’attend avec bonheur à un spectacle total : danse, musique, poésie et sans doute un peu de politique. On sera au premier rang alors préparez vous à danser, Kiddy Smile débarque et ça va faire mal.

Weekend Affair – Zénith de Lille (30 mars)

Avec eux la fête n’est jamais finie. Weekend Affair,  duo Lillois le plus cool et le mieux habillé de la pop française viendra ouvrir la grande fête du samedi 30 mars au Zénith et nous offrir ses histoires d’amour et de bureau. Au programme, un voyage au bord Du Rivage, pour une musique efficace et moite qui danse sur la mélancolie et cache une certaine amertume dans des paroles aussi poétiques que sombres par moment. Chaque chanson est une invitation, un voyage et une couleur. Petit plus en live, on ne résiste jamais au style unique de Cyril derrière sa batterie, ainsi que ses petites réflexions toujours drôlatique, compensée par le flegme d’un Louis plus crooner que jamais avec ses chansons en français. Bref un duo aussi explosif que complémentaire qui nous emmène toujours avec eux. A ne définitivement pas rater.

Caballero & JeanJass – Zénith de Lille (31 Mars)

JJ, Caba c’est la base. La double hélice la plus improbable du rap francophone, ne cesse de grimper et si le ciel est la limite, on se demande jusqu’où ils vont pouvoir s’arrêter. En live ils sont définitivement incroyaux (note au correcteur: ceci n’est pas une faute mais une référence), entre humour et sérieux, leur titre sont autant de petites bombes faites pour retourner les scènes. Au milieu de la grosse programmation de ce dimanche soir,ils sont pour nous ceux qui tirent définitivement leur épingle du jeu, déjà parce que leur musique nous touche mais aussi parce qu’on les a déjà vu un bon nombre de fois et qu’on sait que chaque concert du duo belge est un véritable moment de défoulement dont on ressort en sueur, avec des bleus, des lunettes en moins ou encore une chaussure qui a disparu. Faites donc un bingo, on est sur que vous réussirez à faire une ligne Mets du respect sur leur nom, Caballero & JeanJass arrivent. .

Muddy Monk – Théâtre de l’Ideal (29 mars)

On finit notre focus des Paradis Artificiels en douceur avec le suisse Muddy Monk. On a pris la Longue Ride avec lui l’année dernière et il nous a offert l’un des plus beaux album de l’année 2018. On est allé le voir il y a peu au Point Ephémère et on en est ressorti bouleversé. Car oui la musique de Muddy Monk est de celle dont la beauté nous éclaire et sur scène, il n’a pas besoin d’en faire des tonnes. En douceur, calmement, il plante une ambiance, une imagerie et développe une aura qui nous fascine et nous hypnotise. Avec des titres comme En Lea, Baby ou Splash, il vous retournera le cœur. Si vous ne le connaissez pas encore, vous ne pourrez pas vous en passer. Si vous le connaissez déjà, vous serez encore plus convaincu. Pour nous Muddy Monk est déjà un incontournable, on est prêt à parier que ce sera bientôt le cas pour vous aussi.