Giant Rooks : Les beaux jours de l'indie pop allemande

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Au delà des schnitzels, de Schümacher et des ses quatre victoires en Coupe du Monde, il y a bien une chose dont l’Allemagne peut se vanter : sa musique. Si au rayon classique on comptait la lignée Bach, en électro les géniaux Kraftwerk et en disco les chaleureux Boney M., l’indie pop est défendue d’une main de fer par une série d’artistes aux influences diverses qui viennent insuffler force et vie à un genre en pleine floraison. Parmi ceux-ci, on compte le brillant quintuor Giant Rooks, avec qui les présentations avaient déjà été faites juste ici. L’an passé, ils sortaient déjà leur second EP New Estate et il nous semblait donc plus qu’urgent de revenir quelque peu tardivement sur cette petite perle. Comme le diraient nos chers voisins allemands : Besser spät als nie (mieux vaut tard que jamais, ndlr).

Originaires de Hamm, Frederik, Finn, Luca, John, et Finnbo sont jeunes, beaux, talentueux et débordent d’énergie. Quelques-uns des ingrédients indispensables à tout bon groupe indie qui se respecte, en soit. Si leur histoire commence officiellement en 2014, c’est bien des années plus tôt que les cousins Finn et Frederik se sont trouvé une passion commune pour la musique, avant de croiser la route des trois autres musiciens avec qui ils formeraient cette équipe de choc. Prenez un mixeur, insérez-y la ferveur des Foster The People, la voix de Fil Bo Riva et surtout, toutes ces choses qui font que Giant Rooks ne se résume pas qu’à des comparaisons : leurs rythmes dansants, la vivacité de leurs titres, la finesse de leurs clips. On obtient une combinaison gagnante qui a déjà conquis les coeurs allemands et qui s’apprête à gâter ses voisins européens de sa musique solaire et réjouissante. Une musique qu’on a envie de qualifier d’indie, un terme trop réducteur et générique selon Finn qui affirmait :

‘L’idée pour le ‘pop-art‘ nous est venue alors qu’on tentait de trouver une alternative au terme ‘indie music‘. En vrai, on trouvait que ‘indie‘ ne définissait pas vraiment ce que nous faisions. Et en plus, ce terme ‘indie‘ est vraiment surfait et un peu tout peut être qualifié d”indie‘ aujourd’hui.’

Leur premier EP The Time Are Bursting The Lines marquait le premier saut du jeune collectif dans le monde cruel de la musique actuelle. Passé quelque peu inaperçu, le recueil renfermait tout de même de précieux enregistrements tels le doux Chapels et l’envoûtant SmålandDeux titres aux clips très visuels qui marquaient déjà à l’époque l’importance accordée par les cinq comparses à la mise en image de leurs oeuvres, qui non seulement s’écoutent, mais se regardent. Deux ans plus tard, c’est avec les leçons tirées de leur première sortie qu’ils reviennent en force avec New Estate, un EP efficace et brillant qui leur a valu le coup de projecteur révélateur qui nous permet certainement de pouvoir vous parler d’eux aujourd’hui. Un mélange de styles et d’univers qui se suivent et ne se ressemblent pas pour tenter de livrer, en cinq titres seulement, le portait complexe et coloré de leur musique particulière. Une prouesse remarquable qui leur valut d’être invités sur les scènes des prestigieux Rock Am Ring et Lollapalooza en Allemagne ou encore du visionnaire The Great Escape chez nos voisins d’Outre-Manche, qui mise chaque année sur un line-up de jeunes talents prometteurs. Bingo pour celui-ci.

En cette fin d’année, c’est un véritable coup de maître que la jolie bande a opéré en dévoilant Wild Stare et son clip plus que léché, véritable appât pour tous les friands de musique alternative aux percussions chaleureuses et aux refrains vigoureux. Dans ce visuel presque cinématographique, les cinq grands enfants se mettent en scène pour sublimer les mélodies fougueuses et l’énergie hyper communicative du morceau et livrer une esthétique des plus intéressantes. L’occasion aussi pour eux d’annoncer une tournée européenne qui fera un petit détour chez nous et ce pour notre plus grand plaisir. Giant Rooks s’apprête à faire trembler 2019 et vous êtes pas prêts.