Grand Blanc fait trembler Los Angeles !

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

En attendant la sortie de leur nouvel album Image au Mur à l’automne, Grand Blanc continue à tapisser les nôtres de paysages éclatants et d’images hautes en couleurs. Attention, cette fois, c’est une petite bombe que les quatre Messins ont lâché dans nos oreilles. Boum.

Loin, très loin de la puissance glaciale qui avait forgé le succès de Mémoires Vives, Grand Blanc semblait s’être assagi ou du moins avoir opéré une mue tout en délicatesse avec deux premiers extraits étonnants, le planant Ailleurs et Belleville, véritable déclaration d’amour acoustique au quartier du même nom.  

Changement de cadre, changement d’ambiance. Belleville la douce et sa chaleur réconfortante font place à Los Angeles l’explosive, théâtre de tous les possibles. C’est ici, précisément, que Grand Blanc opère un brillant retour aux sources, à l’essence même de sa musique. Guitares saturées, lame de fond électronique, harmonies irréelles : c’est tout l’univers des quatre protégés du label Entreprise qui se niche au creux de cet imaginaire urbain bruyant et foisonnant de références pop, parfaitement transcrit en vidéo par Valerian7000.

Toujours duelle, Los Angeles naît de la rencontre entre le chaud et le froid, entre les couplets rythmés par la scansion si particulière de Camille Delvecchio,leurs harmonies glacées et le refrain intense, radical, embrasé par la guitare de Benoît David. Comme les Red Hot Chili Peppers avant elle, la plume de Grand Blanc use de la littérature de John Fante pour donner vie à l’ensemble, lui empruntant notamment un vers, titre de l’un de ses romans autobiographiques, Demande à la poussière.

Pour le troisième extrait de son nouvel album à paraître le 14 septembre prochain, Grand Blanc brouille les pistes et réinvente sa propre identité à la faveur d’influences et d’expériences nouvelles. Récemment revenu d’une mini-tournée en Russie (on vous en parle bientôt en exclusivité), le groupe a définitivement musclé son jeu. Vivement la suite.

Pratiquant assidu du headbang nonchalant en milieu festif. Je dégaine mon stylo entre deux mouvements de tête.