INTERVIEW – The Wombats

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

La Vague Parallèle a eu la chance de poser quelques questions aux Wombats à l’occasion de leur passage au Dour Festival en juillet dernier. Focus sur ce trio anglais qui sera en concert au Trabendo (Paris) le 3 novembre et au Dépôt (Louvain) le 9 du même mois.

11011013_1184579798223789_8988434354218003723_n

LVP : Vous avez sorti votre deuxième album The Modern Glitch en 2011 et son successeur Glitterburg en avril 2015. Vous avez travaillé longtemps sur ce disque ?

Dan : Après The Modern Glitch, on a fait une tournée de plus ou moins 2 ans puis on a entamé la composition du nouveau disque. On n’écrit pas vraiment beaucoup quand on enchaine les concerts donc on a commencé à bosser sur l’album seulement quand la tournée s’est terminée. On a essayé de travailler ave un producteur en février 2013 mais ça n’a pas marché, puis on a essayé avec Mark Crew mais il était déjà occupé avec d’autres projets donc on a vraiment dû se glisser dans son emploi du temps : une semaine à ce moment-là, deux semaines un peu plus tard,..

Tord : C’était un peu frustrant..

LVP : Et pourquoi avoir choisi de travailler avec Mark Crew ?

Dan : Après qu’on ait essayé de bosser avec l’autre gars à Los Angeles en février, quelqu’un de notre maison de disque nous a dit « Oh il y a un jeune producteur à Londres qui est très bon, vous voulez essayer avec lui ? ». Il avait fait des trucs avec Bastille et des autres que je ne connais pas trop, mais on est toujours heureux de travailler avec de nouvelles personnes. La première chanson qu’on a enregistrée avec lui était Greek Tragedy : on était super contents du résultat et la maison de disque aussi. C’est vraiment un super chouette gars, il a notre âge et surtout, il avait la même vision que nous concernant la façon dont le disque devait sonner. On avait déjà enregistré une grosse partie des chansons à Liverpool, genre 60 ou 70 % donc il les a prises, il les a retouchées et il en a fait un tout. Donc on était super convaincus et on s’est adaptés à son emploi du temps.

LVP : Les concerts ne vous ont pas trop manqué pendant cette période-là ?

Tord : Je suis accro aux tournées. La vie on tour, la façon dont on vit pendant qu’on enchaine les concerts,.. Mais quand tu fais ça pendant 1 an et demi, il est temps d’arrêter parce que tu veux retourner en studio. Donc il faut trouver la combinaison parfaite entre les deux. Un an et demi en tournée, puis un an et demi à enregistrer.

Dan : On a travaillé sur les chansons pendant un an ou deux. Enregistrer, modifier un peu tel truc, retirer ce son, ajouter un instrument.. : on n’est jamais réellement satisfaits à 100% donc à la fin, tu veux juste sortir le disque et jouer les morceaux en live, puis que le public les chante avec toi.

Tord : Tu oublies en quelques sortes le but des chansons quand tu es en studio. Tu te concentres sur des minuscules détails mais tu ignores comment ça va être ressenti par les gens avec qui tu vas partager les morceaux, c’est assez frustrant. Donc à la fin, on avait vraiment besoin de le tester.

Dan : ..Donc oui, les concerts nous manquaient pendant cette période (Rires).

LVP : Donc quand vous êtes en studio vous imaginez déjà ce que les chansons donneront en live ?

Dan : Oui, on y pense. Pour certaines chansons qu’on écrit, on se dit que ça sonne bien quand on les joue tous les trois, on s’assure que les refrains font vraiment ‘décoller’ les gens. Enfin, on n’écrit pas les chansons juste en pensant à comment les gens vont réagir mais ça nous aide pour certaines décisions.

Tord : Pour certaines parties d’un morceau par exemple, on se dit « Ça, ça serait bien, ça peut vraiment faire danser les gens à tel moment ».

Dan : Mais la plupart du temps, si on est emballés par une chanson, les gens le sont aussi. Donc oui, ça nous affecte un peu.

LVP : A chaque fois que j’écoute un de vos morceaux, je l’ai en tête pendant au moins 2 mois. C’est un effet que vous recherchez ? 

Dan : Je pense que beaucoup de chansons qu’on fait commencent par une partie un peu catchy qu’un de nous 3 montre aux autres et à propos de laquelle on se dit tous « Waw, j’arrête pas de la chanter maintenant ». Tu vois, on adore le fait que quand on va dormir, on peut pas s’arrêter d’avoir cette mélodie en tête. C’est une bonne chose. En fait je pense qu’on aime vraiment la musique que les gens peuvent chanter tous ensemble. On aime les mélodies fortes.
Aussi, je pense que beaucoup de nos chansons, même si elles sont un peu plus alternatives, rock, électroniques ou que sais-je, restent toujours un peu des chansons pop d’un manière ou d’une autre.

LVP : Et Los Angeles était une de vos sources d’inspiration pour ce disque il me semble ?

Dan : Oui, Murf (ndlr : le chanteur) rentrait souvent à LA et il y a rencontré sa nouvelle copine.  C’est une ville assez dingue et très inspirante, autant positivement que négativement. Si on mixe ça au fait qu’il y avait une nouvelle histoire d’amour entre eux, qu’on y faisait quelques fêtes,.. : LA a définitivement joué un rôle important dans la conception du nouvel album.

LVP : C’était pas trop dur de travailler sur un disque alors que vous étiez sur des continents différents ?

Tord : C’est préférable d’être dans la même pièce quand tu es en plein processus créatif, mais en même temps, avec les technologiques qu’on a aujourd’hui, tu n’as plus besoin d’être au même endroit. Donc on a profité de ça : Dan et moi travaillions à Liverpool, Murph faisait ses trucs de son côté, on s’envoyait nos idées puis à certains moments on se réunissait tous les trois en studio et on finalisait les chansons. Mais donc en gros, l’idée de base des chansons venait quand on n’était pas ensemble.

LVP : Question bonus. Vous aimez toujours les filles et les voitures ? (ndlr : référence à leurs paroles : “I like girls, girls and fast cars” )

Dan : (Rires)

Tord : Hein ?

Dan : (Rires again. Parce que chez LVP, on est des gens drôles) Ça, il faut demander à Murph, c’est lui qui a écrit les paroles.

Tord : J’ai pas compris..

Dan : Il a une grosse voiture et je suis plutôt sûr qu’il aime les filles. Par contre nous on n’est pas trop branchés voitures..

LVP : Ok, merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.