Johan Papaconstantino ou les riffs à l'orientale

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Son patronyme est long à écrire mais il en vaut la peine tant il est prometteur. Encore inconnu du grand public, Johan Papaconstantino est en passe d’imposer sa funk aux sonorités orientales à de nombreuses oreilles et de faire danser les tympans avec J’aimerai, son single tout frais tout chaud après un premier EP en 2017.

Une gueule qu’on va retenir, une voix réconfortante, du soleil et du rythme dans les mains. Il n’en faudra pas plus pour Johan Papaconstantino pour conquérir la fame en envoûtant qui passera sur son chemin. Après un premier EP Contre-Jour en 2017 qui n’a d’autre choix que de vous faire trémousser les épaules (notamment avec l’entêtant J’sais pas), l’artiste présente aujourd’hui J’aimerai, son nouveau morceau. Musique chaude et nonchalante, sa production est fortement imprégnée par ses racines helléniques qu’il allie avec bon sens à des sonorités plus funk et électro.

Il se dégage une telle décontraction de sa musique qu’elle se glisserait volontiers dans une playlist « Sunday Morning » à écouter au réveil, les rayons du soleil filtrant sur les draps. Le temps d’un aller-retour ensoleillé sur les plages de la mer Egée. Egalement peintre, Johan envisage ses deux disciplines artistiques de la même manière : il essaye de tout faire et de tout faire bien. Sa musique, c’est essentiellement ses états d’âme, histoires de coeur et réflexions de vie. Il avoue avoir naturellement plus la main pour s’épancher et écrire sur l’amour comme dans pourquoi tu cries??, titre post-rupture. Comme beaucoup d’artistes, l’inspiration lui vient de façon plus fluide quand il a un problème de fond plutôt que quand tout roule dans sa vie même si, pour lui, la finalité est d’être bien avec soi-même. C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter avec le vent de fraîcheur qu’il amène, son rebétiko moderne sous le bras.

J’aimerai est aussi à écouter sur Spotify ou en live sur Radio Nova.

Photographie : Marie Deteneuille pour Soleil Rouge

Touche-à-tout, gosse éparpillé, enfant de l’indietronica se découvrant un goût pour la nouvelle pop française.