La soirée de rêve de Pépite à la Cigale

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Ce mardi 9 octobre, la place de tout amateur de pop française qui se respecte était à la Cigale. Pourquoi ? Parce que Pépite, qui en est déjà l’un des plus fins fleurons, y avait réuni ce qui se fait de mieux en la matière pour son premier concert en la capitale depuis le mois de février. On y était, on vous raconte.

La première impression est parfois trompeuse. Pour qui n’est pas familier de la musique des deux larrons de Pépite et de leurs performances empreintes d’amour, entendre s’élever les notes pleines de spleen de Dernier voyage en guise d’ouverture de leur concert aurait pu donner une mauvaise indication sur leurs intentions du soir. C’est pourtant bien d’amour dont il s’agissait : en février, le duo avait offert à son public un concert dont on savait déjà qu’il figurerait parmi nos plus beaux moments d’émotion de l’année et il n’a pas hésité à récidiver mardi dernier dans une Cigale pleine comme un oeuf.

Avant les premières effusions de la soirée, AGAPE s’était agréablement attelé à chauffer la place du tandem. Sur scène, le producteur parisien membre du collectif Apaches s’entoure de musiciens qui transforment ses mélodies r’n’b électriques en une pop métissée et entraînante et devant le public de la Cigale, la recette a fonctionné pendant une quarantaine de minutes au rythme d’une prestation enjouée qui aura parfaitement tenu son rôle.

De fait, l’enthousiasme était toujours palpable lorsque les pensionnaires du génial label microqlima ont débarqué sur scène à 21h précises. Et dès l’entame de leur set, quand bien même il s’agissait de choeurs aux accents mélancoliques, Thomas Darmon et Edouard Perrin ont fait ce qu’ils savent faire de mieux, c’est-à-dire rassembler une foule autour de refrains accrocheurs, à la dimension cathartique indéniable. Que ce soit sur le jouissif Reste avec moi, sur le romantique La vie douce ou sur Les bateaux, souvenir des premières amours du groupe, l’heure était aux bras passés autour du cou, aux voix qui s’élèvent à l’unisson et aux heureuses retrouvailles entre les musiciens et leur public.

Entre les morceaux, les prises de parole étaient au diapason du reste de la soirée, drôles et sincères, en attestait la transition incertaine de Thomas, « vous êtes nombreux, ça me donne des sensations », pour annoncer le morceau… Sensations. Et alors même que sa voix résonnait encore comme un avertissement dans le refrain d’Éviter les naufrages, Édouard, emporté par son énergie et obnubilé par son solo de guitare, a précisément chu dans la fosse en s’en approchant d’un peu trop près, pour ce qui restera dans les mémoires comme l’amusante frayeur de la soirée.

Pépite a aussi profité de son retour à la capitale pour dévoiler ses nouveaux trésors en bien bonne compagnie. Sur Tant de peine, le public de la Cigale a eu le bonheur et la surprise de voir Benoît David, chanteur et guitariste de Grand Blanc, débarquer sur scène pour joindre son timbre rauque et les vibrants accords de sa guitare aux harmonies d’un nouveau morceau étonnant qu’on devrait retrouver sur le prochain album de Pépite. Alors qu’on le connaissait davantage pour son génie pop que pour ses talents de trompettiste, c’est pourtant avec son instrument de cuivre que Voyou a également rejoint cette joyeuse bande pour interpréter Feu rouge, le dernier né de Pépite sur lequel il a également travaillé et dans le clip duquel on retrouve Fishbach.

Une bande d’amis talentueux et unis, un public enthousiasmé et ému après une heure et demie de musique partagée, des fleurs lancées dans la fosse et fièrement brandies par celles et ceux qui les ont rattrapées… Finalement, la dernière scène du grand spectacle donné par Pépite à la Cigale restera gravée comme la plus belle représentation de ce que sont devenus le groupe et sa musique. On espère vite les retrouver avec un nouvel album !

Setlist

Dernier voyage
Désert
Éviter les naufrages
Reste avec moi
La vie douce
Monte Carlo
Tant de peine
Hiéroglyphes
Sensations
Feu rouge
Renaissance

Flèches
Les bateaux

BONUS : LES PHOTOS DU CONCERT DE PÉPITE À LA CIGALE

 

 

Pratiquant assidu du headbang nonchalant en milieu festif. Je dégaine mon stylo entre deux mouvements de tête.