Le programme parfait pour Rock en Seine

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Le Rock en Seine arrive à grand pas, c’est le moment ou jamais de profiter de la fin de ce bel été en compagnie de la tout aussi belle affiche de cette édition 2018. Si vous êtes perdu dans l’immense timetable et que vous ne maîtrisez pas la discographie des 78 artistes présents, pas de problème ! On vous a concocté le planning parfait pour vivre votre festival de la manière la plus stylée possible.

VENDREDI

Pour commencer tranquillement, le très prometteur duo Terrenoire sur la scène de l’Industrie puis Josman sur la scène de la Cascade nous mettront dans le bain. On fonce un peu avant la fin pour bien assister au début du set de MNNQNS, gagnants du prix Ricard Live et meilleur groupe de Rouen des vingt dernières années (c’est pas rien, croyez moi). On ira jeter un oeil du côté du juvénile Yellow Days puis on ira s’ambiancer sur la grandiloquente Stefflon Don. Les choses sérieuses commencent vraiment avec le prodigieux Australien Nick Murphy aka Chet Faker sur la scène de la Cascade à 19h45. Ensuite, presque impossible de choisir entre le mythique duo sud-africain Die Antwoord et The Limiñanas, mais on penchera quand même en faveur de ces derniers, tant leur dernier album Shadow People nous a ébloui. Puis, sans hésitation, on ira (re)voir le show parfait de Parcels, qui avaient déjà mis la concurrence au tapis à Pete the Monkey mi-juillet. Pour finir la première soirée, le choix est rude : il faut trancher entre Carpenter BrutPNL ou le Yelle Club Party, le nouveau projet de la chanteuse Bretonne. On choisit néanmoins les premiers, pour éviter la cohue et profiter à fond de la synthwave breakée de leur nouveau projet, le superbe LP Leather Teeth.

SAMEDI

On commence tranquillement avec Theo Lawrence sur la grand scène, puis on ira pourquoi pas découvrir l’intriguant Onyx Collective sur la scène champêtre du Bosquet. Sans transition, Malik Djoudi à l’Industrie puis Anna Calvi à la Cascade. Après quoi on ira prendre tranquillement notre claque de l’année chez King Gizzard & The Lizard Wizard, dont la difficulté à prononcer le nom n’a d’égale que leur hyperactivité (cinq albums en 2017, holy fuck). On ira décompresser un peu du côté d’Insecure Men puis on ira faire coucou à Liam Gallagher, qui revient pour la première fois à RES depuis la fameuse bagarre dans les loges qui avait causé la séparation d’Oasis, juste avant leur passage en tête d’affiche de l’édition 2009. Ensuite, on ira voir poliment Charlotte Gainsbourg (parce que son dernier disque, Rest, est quand même vachement bien) et si par malheur on s’ennuie, on ira découvrir le mystérieux projet Ouai Stéphane sur la scène île de France. Pour finir la deuxième soirée, on s’épargnera volontiers Thirty Seconds to Mars pour plutôt aller taper du poing chez les Casual Gabberz et leur frapcore démoniaque (Evil Grimace je t’aime, voilà c’est dit).

DIMANCHE

Dimanche, jour du seigneur, on ira checker Lord Esperanza (pourquoi si tôt?) puis découvrir les teenagers The Regrettes à la Cascade. Johan Papaconstantino nous attend vers 16h sur la petite scène Firestone pour nous chanter ses jolies chansons, puis le duo Haute nous fera groover au Bosquet. Ensuite, la poésie Otzeki – qui a déjà ravi bon nombre de festivals cet été – envoûtera sans aucun doute le coeur du public parisien. Juste après, impossible de rater Idles, qu’on avait eu la chance d’interviewer l’année dernière, même si Ezra Furman et Sein nous faisaient aussi de l’oeil. D’ailleurs ils viennent de sortir un nouveau clip et ça tue (à regarder juste en dessous). On vous priera de ne PAS aller voir le show horrible de Macklemore, qui fut sans hésitation le pire moment de Beauregard début juillet ; par contre on vous conseille Jessica 93 qui n’a certainement pas besoin d’un écran de 30 mètres de long pour en mettre plein les yeux à tout le monde. On fait le sprint de notre vie pour voir Bicep et leur live ravageur et pourquoi pas un bout de Post Malone. Pour clôturer ce beau week-end, on arrive bien en avance pour Justice, qui livrera le dernier show de sa tournée triomphale Woman World Wide et qu’on ne peut évidement rater sous aucun prétexte (désolé Bonobo on t’aime quand même).

 

Un programme très riche donc, qui nous met d’ores et déjà l’eau à la bouche, même si les quatre têtes d’affiche (Justice, Macklemore, PNL et Post Malone) n’ont absolument rien à voir avec le titre du festival, ce qui est à la fois regrettable et passablement ridicule. Malgré ça, on se donne rendez-vous les 24, 25 et 26 août dans le parc national de Saint-Cloud, en espérant vous voir nombreux à suivre ce précieux programme !

Fils caché de Thomas Mars et Dan Snaith, j’ai quitté ma ville pour la capitale. C’est une bonne situation ça scribe ?