Les 10 concerts à ne pas manquer aux Ardentes 2018

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Pour la 12ème édition du festival Les Ardentes, ce sont des sonorités urbaines qui feront bouger quelques 90 000 festivaliers du 5 au 8 juillet prochain en plein cœur du Parc Astrid de Liège. En attendant, La Vague Parallèle te propose un coup de projecteur sur dix noms à ne pas manquer lors de cette édition. 

Cette année, le festival le plus célèbre de la cité ardente propose quatre jours axés sur les musiques urbaines. Un pari audacieux pour un événement qui n’a jamais eu une telle étiquette. Il semble pourtant que les organisateurs aient été visionnaires lors de la programmation puisque l’ADN urbain envahit les propositions sonores ces derniers mois. Les genres sont mis à mal par des artistes hybrides qui cassent les codes et floutent les frontières entre les cases musicales.

Chaton

Ce petit surnom félin cache un grand monsieur à la longue chevelure. On peut sans mal classer Chaton parmi les révélations francophones de l’année. On ne l’avait pourtant pas vu venir mais Possible, son premier album sous le nom de Chaton après avoir travaillé pour Jenifer ou Amel Bent (oui oui), a exposé au grand public son recueil personnel de chansons qui traduisait une urgence de s’exprimer et d’un besoin vital de se livrer. Chaton, c’est d’abord une rencontre : celle d’Alain Souchon et d’un rappeur à la prod minimaliste. Son autotune assumé ronronne sur ses vers poétiques. On en redemande.

Juicy

Le duo belge qui a le vent en poupe. On a déjà eu l’occasion de parler de Sasha et Julie lors de la sortie de leur premier EP Cast A Spell, ces deux nanas qui n’ont peur de rien et pour qui le vent a enfin tourné. Avec leur r’n’b 2.0 à la sauce belge, les deux jeunes femmes abordent des sujets engagés sur des rythmes entêtants. Leurs frêles silhouettes oscillent sur scène entre murmures et rap avec une aisance et une bonhomie communicative. Vous avez définitivement envie de voir leur énergie et leurs amis fantômes sur scène, elles vous fileront la patate.

6lack

A prononcer « black » mais le B en forme de 6 lui paraissait sûrement plus stylé. Cet auteur-interprète à la croisée du r’n’b et du rap est originaire d’Atlanta. 6lack est brutalement honnête dans des titres au style minimaliste et sobre, qu’il qualifie lui-même de « monochromes ». Ses chansons et sa voix offrent le confort que l’on peut trouver en dénudant quelque chose jusqu’à ce qu’il soit juste ce qu’il est par essence. On a hâte de l’entendre performer en live sur la scène du Park, notamment Rules, Free et Luving U.

Moha la Squale

Le phénomène rap français du moment. Il écrit ses premiers textes il y a à peine un an. Son ascension a été fulgurante depuis son premier freestyle posté sur Facebook en juillet 2017, s’imposant comme emblème de la génération rap connectée et de l’importance du bouton share. Moha est passé de la vie de dealer et délinquant habitué à purger plusieurs peines de prison, à une vie d’artiste rap incontournable. Couverture des Inrocks, invasion des festivals d’été, tout sourit à celui à qui on attribue une verve virale. Il avait promis de « faire du sale » et de « tout niquer » et il est bien parti pour y arriver avec les 25 titres de son premier album Bendero et une tournée française qui s’arrêtera à l’Olympia. Mais avant, c’est aux Ardentes que ça se passe.

Migos

Vraie claque du We Love Green 2018 le mois dernier, le trio américain de trap est attendu pour retourner la scène Wallifornia Beach dimanche prochain aux Ardentes. Quavo, Offset et Takeoff, un trio fascinant, chacun avec son flow particulier. S’ils ont retourné le festival parisien et mis le feu au public ainsi que marqué les esprits, les trois acolytes peuvent aussi se targuer d’avoir des albums à la production intelligente et qui filent le smile, notamment Culture, le prédécesseur de Culture II, plus culte que son petit frère.

Angèle

On a déjà vu deux fois la petite coqueluche pop belge, une fois à la FiftyFifty Session et l’autre lors de son concert à l’Orangerie durant les Nuits du Botanique 2018. On pourrait ne plus avoir grand-chose à dire, mais en réalité, on meurt d’envie de voir son show rôdé pour un festival d’été. Après avoir ambiancé We Love Green, Garorock et Couleur Café, la désormais starlette noir-jaune-rouge aux trois titres sortis s’attaque aux Ardentes avant d’enchaîner avec une flopée d’autres festivals. On trépigne déjà de la voir galvaniser la foule ardente de Liège, c’est tout ce qu’on peut faire en attendant de voir si elle transformera l’essai avec l’album prévu pour octobre.

Sevdaliza

Auteur-interprète néerlando-iranienne, Sevda Alizadeh a sorti son premier album ISON en 2017. Remarquée dans le clip de l’hypnotisant et philosophique Human, l’artiste décrit son style comme quelque chose de pur et de brut. On peut comparer aisément sa production teintée de beats électroniques dark à celle de FKA Twigs. Douée pour faire passer l’émotion dans sa production musicale au-delà des paroles si réelles qu’elles sont percutantes, Sevdaliza sait très bien ce qu’elle veut puisqu’elle écrit, co-produit et co-dirige ses titres. Plus qu’à attendre quelques jours, donc, pour la voir mystifier la scène de la Rambla à la tombée de la nuit avec sa musique expérimentale.

Cabasa

Jeune DJ belge, Cabasa est parti s’inspirer de la musique londonienne après avoir été bercé par la musique de son père, lui aussi DJ à la fin des années 80. Après un premier EP chez No Suit Records, il a sorti son deuxième disque Uncle Sigmund’s EP sous le label belge Eclipse Tribez. Inspiré d’electronica, de jungle ou de techno, sa musique s’inscrit dans un style hybride de bass music. La structure et les rythmes montrent que la volonté de faire danser les gens s’est bel et bien transmise de père en fils. On pourra découvrir son set juste avant celui du Motel.

Rilès

Le prince du flow est de retour avec un nouveau son dont le titre parle de lui-même (I’ll Be Back) et est prêt à faire sauter tous les festivaliers cet été. Après son challenge de 52 semaines à balancer un titre par semaine et une tournée à guichets fermés, le rappeur rouennais avait marqué une pause dans sa carrière. Ce break désormais terminé, il compte bien retourner les festivals. Petit conseil : si vous n’aimez pas les pogos, ne vous mettez pas au milieu. Parce que cet autodidacte est doué pour mettre le feu et communiquer son énergie positive à des kilomètres.

Blu Samu

Son premier EP Moka est sorti il y a à peine quelques jours sous le label PIAS et elle est déjà l’un des noms belges à retenir pour cet été. Blu Samu, de son vrai nom Salomé Dos Santos, est une rappeuse, compositrice et interprète belgo-portugaise originaire d’Anvers. Sa voix subtilement cassée, son flow et son habileté à mélanger la soul, le jazz-rap et le hip-hop font d’elle une proposition originale sur le territoire du plat pays. Authentique, l’ascension de la jeune femme est fulgurante et on ne pourra que confirmer si elle est méritée lors de son live aux Ardentes.

Tous ces noms sont à retrouver pour cette nouvelle édition du festival Les Ardentes. Édition qui s’annonce haute en couleurs. En revanche, l’affiche ne s’arrête pas à 10 artistes, beaucoup d’autres – et non des moindres – fouleront aussi les différentes scènes de l’événement liégeois. Parmi eux, Eddy de Pretto dont on n’a plus besoin de parler, Orelsan, Wiz Khalifa, Damso et son nouvel album Lithopédion déjà adoubé par la critique, Glass Museum, les excellentes Ibeyi, ou encore Ulysse. Bref, de quoi s’en mettre plein les oreilles, sous le soleil évidemment.

Touche-à-tout, gosse éparpillé, enfant de l’indietronica se découvrant un goût pour la nouvelle pop française.