Morale 2 de Roméo Elvis & Le Motel : duo gagnant

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Il y a un peu plus d’un an, Roméo Elvis et Le Motel débarquaient avec un album commun Morale. L’un derrière le micro, l’autre derrière les productions, ils offraient un projet unique et ambitieux, qui souffrait de menus défauts, comme le manque d’unicité du projet.
Retour dans le présent. Le rap belge prend de plus en plus de place sur la scène francophone avec des artistes qui fracassent les genres comme Damso, Caballero ou Hamza. Roméo Elvis, lui, a pris une autre stature, portée par deux énormes tubes Bruxelles Arrive avec Caballero et Tu vas Glisser.
Fer de lance d’une scène hip hop belge qui ne cesse de nous étonner et de nous réjouir, il revient aujourd’hui avec une nouvelle collaboration avec Le Motel, logiquement intitulée Morale 2.

Bizarrement, la meilleure façon de parler de Morale 2 serait d’utiliser une punchline de Fuzati sur Sinok : « A la fois old school et moderne comme un texto de ta grand mère ». C’est un peu ça au final. Le mélange d’un rap old school avec des touches de modernité, venant d’une jeunesse qui prend ses influences dans tout ce qu’elle trouve et aime. Mais avant tout, Morale 2 est un véritable album de duo, la continuation de leur premier effort commun. Le principal défaut qui empêchait d’ailleurs de toucher du doigt la perfection a été gommé : on sent ici un véritable travail collaboratif, où chacun des protagonistes s’est nourri des influences et du style de l’autre pour sa propre création.
Les productions du Motel se font donc plus hip hop – même si toujours électroniques et hyper chill – et surtout, tiennent une véritable place de ligne conductrice dans les chansons. Les 12 productions se répondent donc et résonnent les unes sur les autres pour créer une entité globale.
Roméo Elivs a quant à lui fait évoluer son flow, parfois rapide, parfois lent, de sa voix grave et unique, il ose aussi se lancer dans des parties plus chantantes qui marquent un tournant sur certaines chansons comme Drôle de Question, Diable ou Bébé Aime la Drogue.
Les lyrics sont toujours aussi ciselées, entre tendresse et pudeur, il parle de thèmes qui lui sont chers : les relations humaines, la drogue, le chill et même ses acouphènes. On sent une envie de toucher les gens avec des paroles plus accessibles qui, d’une manière ou d’une autre, tendent vers l’universel. Le gros plus de Roméo Elvis reste avant tout son humour. Contrairement à beaucoup de ses contemporains, celui-ci transpire toujours par touche. Toujours sérieux, mais jamais premier degré, le Bruxellois nous offre ainsi  Interlude, une chanson absolument délirante, et hilarante.
Quant aux featurings, au nombre de 4, plus que des noms clinquants, ce sont des artistes qui viennent se fondre complétement dans le style proposé sur Morale 2. On notera notamment la présence de Grems sur l’excellente Nappeux. Le Bordelais semble avoir eu une influence sur le duo, tant sur le fond que sur la forme.

Véritable albums de groupe où les productions répondent aux paroles et inversement, Morale 2 a réussi à gommer les défauts de Morale, pour offrir un vrai et bel album de rap.
Roméo Elvis et Le Motel ont répondu positivement à la pression qu’on avait mise sur leur épaules, offrant douze chansons généreuses, entre émotions, chill et humour. La nouvelle vague de rap belge a commencé son travail de conquête et avec ce genre d’albums aussi maitrisés, la victoire s’annonce facile.

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.