Moussa, prêt à percer avec son coeur à mille watts

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Moussa Fennira est encore dans l’ombre mais sa mise en lumière ne saurait tarder. Peut-être serait-ce au travers de son premier single Cabrioli, rythme entêtant qui ondulera sans conteste sur les ondes cet été. 

Si l’honnêteté devait primer, il est clair qu’à la première écoute de Cabrioli, il est tentant de pousser un soupir et de se dire « encore un hit radio qui ressemble à tous les autres pour le moment ». Sauf que, bizarrement, vous vous surprenez à systématiquement retourner cliquer sur son titre sur votre plateforme de streaming. Vous l’ajoutez même à votre playlist du mois. Au fur et à mesure des écoutes, l’addiction se crée. Il y a quelque chose. On ne sait pas trop quoi. Quelque chose d’accrocheur dans la voix, quelque chose de nonchalant et sensuel dans la manière de parler, quelque chose d’entêtant dans les beats. Quelque chose certainement aussi dans ses mots si accessibles, conte d’un amour fort et naissant où le protagoniste se demande « sur quel pied il danse ».

Jouer avec les mots, c’est sa marque de fabrique qui lui tarde de faire découvrir au monde entier. Si Moussa n’a pas réellement l’envie ni la capacité de se décrire musicalement (car il préfère que sa musique le définisse à elle seule), il affirme avoir beaucoup d’influences et faire sa musique avec le coeur. D’abord tombé dans la marmite de la musique électronique, le jeune homme de 24 ans a ensuite beaucoup écrit au contact de plusieurs rappeurs. Un joli mélange en perspective donc, duquel il semblerait qu’il lâche plusieurs singles à la rentrée. Pour accompagner son premier son, le Nantais sort un clip aux couleurs fluorescentes. Nul doute qu’il brillera en 2019, si pas déjà à l’automne 2018.

Moussa sera notamment à découvrir à Rock en Seine le 25 août.

Touche-à-tout, gosse éparpillé, enfant de l’indietronica se découvrant un goût pour la nouvelle pop française.