Nilüfer Yanya sort son premier album et s’auto-proclame ‘Miss Universe’

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Après 3 EP’s très prometteurs, Nilüfer Yanya nous délivre enfin son premier album, sorti le 22 mars dernier et intitulé Miss Universe. L’attente ne fût pas vaine car ce ne sont pas moins de 17 morceaux qui le composent !

La jeune londonienne s’est révélée, entre autres, grâce à son titre Small Crimes. Sorti en 2016 sous son premier EP, elle y dénonce l’inégalité d’une justice à deux vitesses.

L’artiste, très engagée et en perpétuel questionnement, écrit elle-même toutes ses chansons. Dans Miss Universe, elle nous invite à un voyage à travers sa sensibilité, ses humeurs, ses doutes, sa mélancolie, son anxiété, etc.

La continuité de l’album est interrompue par cinq interludes, à la fois décalés et dérangeants, sous forme de fausses publicités pour une ‘hotline’ de soins de santé qu’elle appelle WWAY HEALTH. Après une première annonce, l’album commence réellement avec In Your Head, un des titres phares de ce premier opus. L’artiste y laisse aller sa vulnérabilité et ses doutes, superbement mis en évidence par une double voix.

Dans Heavyweight Champion of the Year, la chanteuse nous invite une nouvelle fois à partager ses questionnements et ses émotions. Sur fond de guitare électrique, elle clôture ainsi son album avec un cri du coeur : Game over, I’m/Heartbroken/I gave you up.

Ses influences sont multiples et le style de Nilüfer Yanya ne pourrait être défini par un seul genre musical. Elle explore en effet une panoplie de styles très variée : de l’alt-rock à la soul en passant par des mélodies pop plus commerciales, le tout ponctué d’air de saxophone, de guitare et de boîte à rythmes.

La voix de la chanteuse reste cependant son atout principal et les arrangements ne sont là que pour la sublimer. Entre caractère et douceur, confiance et vulnérabilité, l’album exprime une constante dualité.

La jeune femme sera en concert au Point Ephémère, à Paris, le 26 avril 2019 et au Botanique, à Bruxelles, le 29 avril, dans le cadre des Nuits Botanique.