Nos 10 clips de la semaine

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

C’est dimanche, l’heure des clips à ne pas manquer. On connaît tous la déprime du dimanche soir pré-reprise de boulot, alors on se disait qu’une petite sélection des vidéos sorties la semaine vous mettrait du baume au cœur chaque dimanche. De quoi se laisser embarquer et oublier l‘espace d’un instant notre boule au ventre à l’idée de quitter le week-end.

 

Thylacine – Purmamarca

Et on commence en beauté avec Thylacine, le jeune prodigue de l’électro français nous fait une fois de plus voyager avec ses nouveaux morceaux. S’il nous avait déjà fait monter à bord du Transsibérien, cette fois-ci c’est sur les routes d’Argentine et de Patagonie, à bord de son studio-van, qu’il nous emmène. Le clip nous présente ici le village de Purmamarca ainsi que ses environs, on découvre avec émerveillement les paysages argentins alliant déserts rouges flamboyants et lacs bleus azurs magnifiques. William Revé, de son vrai nom, reprend ici ses méthodes de travailleur de terrain, en incorporant des sonorités enregistrées directement en pleine nature. On retrouve également ces voix incantatrices et envoûtantes qui accompagnent les morceaux.

 

Ex:Re – Romance

Oui, vous avez bien reconnu Elena Tonra, chanteuse de Daughter. On vous présente donc Ex:Re, son nouveau projet solo, dont l’album éponyme est sorti ce vendredi. Ne dérogeant pas à ces habitudes délicieusement moroses, Elena nous raconte dans Romance une rupture amoureuse. Un son un peu étouffé, des images de clip floues, tout ici nous rappelle les émotions ressenties après une lourde perte.

 

Son Lux – Yesterday’s Wake

En septembre dernier, Son Lux dévoilait sont EP Yesterday’s Wake, venant compléter l’album Brighter Wounds. Dans ce clip éponyme réalisé par Marek Partyš, on retrouve l’univers sombre et doré, à l’image de la pochette de Brighter Wounds. Le réalisateur y décrit un univers poétique et apocalyptique, où au fur et à mesure des mauvais actes réalisés par les personnages, menés par la cupidité, l’insensibilité et la possessivité, un liquide noir envahit la totalité des lieux et personnes. Son Lux s’offre ainsi une fois de plus un esthétisme subtil et dérangeant.

 

Isaac Gracie – Broken Wheel

Un peu de lumière après la noirceur. On avait découvert le jeune Isaac en première partie d’Angus & Julia Stone en octobre dernier. Très peu connu alors, il prend peu à peu de la notoriété et a sorti récemment une version bonus de son album Isaac Gracie, dans lequel on trouve trois titres supplémentaires dont Broken Wheel et son clip oldschool, très lumineux et plein d’espoir.

 

Perez – Nevada

Après l’Argentine de Thylacine, direction le Sierra Nevada espagnole avec Perez. Issu de son dernier très bon album Cavernes, Nevada est sans doute le titre le plus personnel de l’artiste puisqu’il y parle de sa famille et de ses origines. Morceau calme et planant, il lui offre un clip étrange proche du psychédélisme et de l’univers qui est le sien depuis toujours. Entre réalité, fantasme et étrangeté, prenez la route avec Perez.

 

Marble Arch – I’m On My Way

Vous serez sans doute étonnés d’apprendre que Marble Arch est un groupe parisien tant on penserait avoir entre les mains un groupe de popdream anglais. Avec I’m On My Way, extrait du nouvel album Children of the Slump, Yann Le Razavet reprend ici les codes de la nostalgie avec cette compo et ce clip tout droit sortis des années 90 (on retiendra ce mythique combat d’Hélène et les Garçons aperçu dans le clip). Un clip, une chanson et un album qui évoquent l’enfance et l’expérimentation.

Hozier – Movement

 Après l’énorme succès de Take Me To Church, 2018 avait discrètement signé le retour d’Andrew Hozier-Byrne avec son EP Nina Cried Power. Cette fois-ci, il revient en faisant plus de bruit grâce à son nouveau single Movement. Dans son clip, Hozier accompagne sa voix gospel par la star de ballet russe Sergei Polunin où il est poursuivi par des doubles, il se met alors à danser pour les fuir.

 

Alice Phoebe Lou – Something Holy

Originaire d’Afrique du Sud, Alice Phoebe Lou s’est très vite envolée vers les contrées européennes où elle enchaînait les performances de rue pour lesquelles elle se passionne. Avec sa voix à la First Aid Kit et ses airs (beaucoup) moins drama de Laura Marling, la jeune Alice donne le change et apport un vent de fraîcheur à la scène indie folk. Dans Something Holy, single de son prochain album Paper Castles, elle nous ouvre les portes de son intimité. Elle nous explique en effet que la chanson évoque le processus de se libérer de ses problèmes avec l’intimité et son acceptation de pouvoir aimer et être aimée, recevoir et donner du plaisir sans la jalousie, la possession, la douleur ou la culpabilité qui étaient présentes auparavant.

 

Saint DX – I Still Care

 Saint DX, nouvelle pépite de Cracki Records (Isaac Delusion et cie…), nous dévoile son nouveau morceau I Still Care. Il nous invite au sein de son univers studio à parler de relation amoureuse à travers ce rythme funk langoureux. Passé par une de nos soirées Divagation, il se dévoilera sur scène en première partie de Charlotte Gainsbourg le 10 décembre à Paris.

 

Julia Jacklin – Head Alone

Un petit tour du côté indie-folk avec Julia Jacklin. La jeune australienne sortira son nouvel album Crushing en février prochain. Pour Head Alone, titre qui tient énormément à cœur à l’artiste, Julia explique qu’il lui fallait un clip simple sans superficie pour ne pas distraire les spectateurs des propos de la chanson. L’artiste raconte avoir collaboré avec son ami Nick McKinlay et avoir tourné ce clip un soir à Melbourne à la tombée de la nuit. C’est la dernière prise qui a été retenue pour le clip, où Julia est exténuée de fuir mais où elle transmet exactement les émotions qu’elle espérait : l’émancipation et l’optimisme.

Jeune paire d’oreilles toujours parée d’écouteurs, un peu trop accro au folk et indie rock. Accepte quelques écarts commerciaux pour sauver ses amitiés.