Nos 3 coups de coeur du MaMa Festival

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

La 8ème édition du MaMa Festival nous a réservé de belles surprises. De la Cigale à le Machine du Moulin Rouge en passant par le Backstage by The Mill, le PhonoMuseum, le Bus Palladium ou encore le Carmen, on s’est baladé pendant 3 journées intenses pour découvrir les nouvelles têtes des scènes française et internationale. Retour sur 3 moments particulièrement marquants et qui resteront pour nous les meilleurs moments du festival parisien.

  • Léonie Pernet

Programmée le mercredi soir sur la scène du Backstage by The Mill, à deux pas du Moulin Rouge, la talentueuse Léonie Pernet nous a livré une leçon d’élégance. Pas facile pourtant de passer après les bouillonnants MNNQNS, qu’on a par ailleurs eu la chance de rencontrer quelques heures avant leur show. Dans une formation live originale (batterie, claviers, percussions africaines, machines), elle ne s’entoure que d’une musicienne – très charismatique et talentueuse également – pour défendre son premier album, le mystérieux Crave. On apprécie particulièrement African Melancholia, un des singles du superbe LP, interprété avec une énergie solaire et une justesse impressionnante. On a également eu la chance de lui poser quelques questions, l’interview est à suivre très prochainement sur La Vague Parallèle.

  • Gaël Faye

C’était l’une des têtes d’affiche du festival. A-t-il encore besoin du MaMa pour trouver son public, ou est-ce l’inverse ? Dans tous les cas, La Cigale était pleine à craquer pour le show époustouflant du rappeur franco-rwandais. Entouré de deux musiciens exceptionnels, il a réussi l’exploit de réchauffer le public du festival, un peu frileux à notre goût. Quel charisme, quelle maîtrise de la scène ! Quel bonheur également de revoir la délicieuse Flavia Coelho, en apparition surprise sur le titre inédit Ballade Brésilienne… C’était définitivement un des meilleurs moments des 3 journées. On attend avec impatience le prochain disque de Gaël Faye, intitulé Des Fleurs (et qui bénéficie d’une pochette magnifique), à paraître le 2 novembre prochain.

  • David Assaraf

Une des superbes découvertes du MaMa. Vendredi, après le show médiocre de S.Pri Noir – qui ont réussi à refroidir le public après le beau passage d’Oxmo Puccino -, nous nous dirigeons vers la mystérieuse salle du PhonoMuseum. Le décor est enchanteur : à deux pas de la Cigale, on y découvre une salle de musée sublime qui entrepose vieux disques, phonographes et antiquités (même le piano de Michel Polnareff est là, c’est dire). La musique colle parfaitement au décor : dans une formation très réduite, piano-voix et violon, David Assaraf a livré un spectacle sensible et particulièrement touchant. On suivra avec attention la sortie de son premier album, prévu pour début 2019 et on réécoute dès à présent son premier EP paru il y a quelques mois.

Merci encore à l’équipe du MaMa pour cette belle édition, on se donne rendez-vous l’année prochaine ! 

 

Crédit photo : Gaëlle Evellin

Fils caché de Thomas Mars et Dan Snaith, j’ai quitté ma ville pour la capitale. C’est une bonne situation ça scribe ?