Nos cinq chouchous du FAIR 2019

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Ce mardi, le FAIR a dévoilé sa trentième liste de lauréats. 15 nouveaux noms tous beaux tous chauds qui représentent sans doute l’avenir de la musique en France.

Si vous ne connaissez pas le FAIR, on vous explique brièvement : créé par le Ministère de la Culture en 1989, le Fonds d’Action et d’Initiative Rock aide des artistes émergents dans le développement de leur projet artistique. Cela signifie de l’argent, ce qui est un peu le nerf de la guerre pour pas mal d’artistes, mais aussi des formations et un suivi du projet. Et quand on regarde les précédents lauréats, on se dit que le FAIR a un sens aigu de la détection. On n’est pas forcément fan du name dropping mais si on vous dit Dionysos, Fauve ou encore NTM et IAM, on est presque sûr que ça vous parle.

Bon, comme vous nous connaissez un peu, à La Vague Parallèle, on aime bien faire les choses à notre sauce, alors pour vous parler du FAIR, on a décidé de faire une sélection dans la sélection. Voici donc nos cinq chouchous parmi les lauréats du FAIR 2019, un choix qui nous correspond puisqu’il est autant basé sur la musique que sur l’humanité qui se dégage d’artistes qu’on aime de tout notre cœur sensible.

ORÉ

Dans cette liste c’est peut-être celle qui a surpris le plus de monde, mais c’est aussi celle dont on attend le plus.

Artiste hybride, aux croisements du rap, de la pop et de la chanson française, Oré est une jeune femme de son époque, forte d’influences d’hier, d’aujourd’hui et de demain. La nouvelle signature du label Elektra, toujours accompagnée de son compère Bozeck, ne sacrifie rien, gardant à cœur de toujours offrir des vraies mélodies mais aussi des textes dans lequel elle joue avec bonheur et espièglerie avec les mots, leur sens et leur sonorités.

On ne va pas faire dans la demi-mesure, Oré crée chez nous une véritable attente et si vous la connaissez pas encore, ça ne saurait tarder.

MALIK DJOUDI

Il est quand même vachement sympa Malik Djoudi“, voila la phrase qu’on se répète à chaque fois qu’on a la chance de croiser Malik Djoudi.

A une époque où l’individualisme est érigé en qualité, l’artiste a dans le regard et dans sa musique une denrée qui se fait de plus en plus rare : la tendresse.

La musique de Malik Djoudi déborde de ce qui nous fait aimer la vie : l’humanité, la douceur et aussi la mélancolie. Une vérité de chaque instant et de chaque note qui finalement ne nous fait pas pleurer qu’au cinéma.

CHATON

Gloire aux poètes ! Après avoir passé des années sous différents alias, et à écrire pour les autres, CHATON explose aux yeux du monde avec son premier album Possible. S’il a choisi une vibe mélancolique et synthétique avec notamment une utilisation très bien sentie de l’auto-tune, ce qui n’est pas toujours le cas, le jeune homme ballade son spleen urbain dans une espèce d’égo-trip tendre et triste où il met sa vie en scène mais parvient toujours à nous y raccrocher.

Et honnêtement, pour le simple fait d’avoir réussi à nous faire planer sur du Céline Dion, CHATON mérite tout notre amour.

KIDDY SMILE

Amour toujours avec le nouveau héros de la house française. Kiddy Smile est un militant de l’acceptation et de l’émancipation, son album One Trick Pony en est la preuve et un manifeste assez éclatant.

Comme on vous le disait dans notre chronique, avec lui c’est Danser, Penser, Vivre et Aimer. S’il nous fait bouger le corps, il n’en oublie jamais de faire battre notre cœur et travailler notre tête. Kiddy Smile est la preuve parfaite que la musique dansante ne rime pas forcément avec vacuité, ce qu’on avait eu tendance à oublier ces derniers temps.

VOYOU

 

Oui, c’était évident et attendu qu’on allait vous parler de Voyou. Le Lillois (encore une fois, désolé les Nantais…) nous touche et cela depuis son premier concert.

Deux ans qu’on le suit, qu’on l’aime et qu’on l’admire un peu plus à chaque concert. Si on pense quand même qu’il devrait se débarrasser de sa moustache, on espère qu’il gardera toujours avec lui cette candeur et cette humanité qui sont au centre de son projet. Et pour l’avoir vu récemment au théâtre d’Arras, on peut vous teaser un peu le truc : les nouvelles chansons qu’on a découvertes et qui feront le corps de son premier album à paraître bientôt sont toutes des vraies petits tubes qui prennent une direction musicale assez inattendue et clairement réjouissante.

Pour lui comme pour les autres, le FAIR permettra à coup sûr d’apporter une ambition supplémentaire à un projet qui n’en manque déjà pas !