Rencontre avec Vitalic : Retour vers le futur

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Vitalic sortait son quatrième album, Voyager, une petite pépite rétro-futuriste aux accents new wave comme on les aime et était de passage à l’Aéronef à Lille. On s’est dit que ça pourrait être très cool d’aller discuter avec lui quelques minutes !

La Vague Parallèle : Tu reviens après quatre ans de pause et la sortie de Rave Age avec un nouvel album, Voyager, et un nouveau son. Comment tu l’expliques ?

Vitalic : Ouais, un son rétro-futuriste. Un mélange de sons qui rappellent le passé mais avec des moyens de production du présent. J’ai aussi voulu représenter ça avec la couverture de l’album et le show pour rendre un produit homogène, qui raconte la même chose.

LVP : On retrouve pas mal d’hommages aux années 70-80 en ce moment, toi aussi t’as été pris d’une sorte de mélancolie de cette époque ?

Vitalic : C’était à peu près la seule direction que je pouvais emprunter à ce moment, d’une part parce que je n’avais pas envie de faire un album de techno, j’avais déjà aborder le côté rock de l’électro dans OK Cowboy, j’avais fait de la disco sur Flashmob et mon troisième album était plus “rave”. Là, j’avais envie de revenir à plus de mélodies et surtout que ça raconte quelque chose, que ça ne soit pas que du beat sur toutes les tracks, du coup, sans vraiment le vouloir, je suis arrivé à composer ça jusqu’à me rendre compte que je faisais uniquement de la musique rétro-futuriste.

LVP : Quelque chose t’as influencé dans ce style ? Comme le retour de Star Wars ou la B.O. de Stranger Things ?

Vitalic : Non, c’est plutôt les soirées parisiennes où on retrouve beaucoup de disco, je baigne un peu dedans en ce moment.

LVP : Qu’est ce que tu penses de l’évolution de la musique depuis cette période ?

Vitalic : Je pense pas être à l’aise avec la musique ambiante d’aujourd’hui. La techno est trop techno et j’ai déjà vécu ça, j’écoute pas vraiment de musique urbaine. On peut dire que je me retrouve pas dans la musique actuelle.

LVP : Du coup pour la composition t’es plus resté sur de l’analogique ou t’es passé au digital ?

Vitalic : J’utilise les deux ! Je préfère le contact d’une machine, la relation que j’ai et que je créée en la découvrant avec un vrai contact physique. J’aime le fait que ça soit très vivant parce qu’elle est en face de toi et tu peux la toucher. Par contre, certains softwares sont très puissants donc j’en ai quand même utilisé car le concept de l’album n’était pas de faire tout comme à l’époque mais de faire un disque actuel. Je ne me suis privé de rien, j’ai mélangé machines et plug-ins.

LVP : Tu t’es encore bien entouré sur cet album, Miss Kittin, David Shaw, t’aimes bien travailler en groupe sur des projets comme celui-ci ?

Vitalic : Oui ! Si j’étais chanteur, peut-être que je m’en passerai mais comme ce n’est pas possible … (rires) Ça amène ma musique quelque part d’utiliser des voix et c’est utile pour raconter les histoires aussi ! C’est plaisant de construire un morceau avec quelqu’un. L’électro, c’est un job très solitaire !

LVP : On peut s’attendre à te voir dans un groupe ou du moins un duo un jour ?

Vitalic : On avait pensé à en créer un avec Kittin et Hacker à l’époque ! Là je vais continuer à faire de la musique avec David Shaw parce qu’on s’est vraiment bien entendu donc je pense qu’on va créer un groupe, ouais ! Pour l’instant je suis vraiment concentré sur la tournée mais le projet est là.

LVP : En parlant de tournée, à chacun de tes lives, on prend une claque visuelle, tu travailles énormément la mise en scène, scénographe ça serait pas ta deuxième vocation ?

Vitalic : Ouais, j’adore ça. Les lumières sont pas des petits trucs qui clignotent histoire d’être là, ça doit vraiment raconter quelque chose, accompagner la musique. J’aime aussi l’effet architectural, une scénographie vivante puisque celle-ci est mobile. En général, avant même de finir l’album, je commence à penser à ça. Mais je pense que c’est un métier à part entière, pour le live il y a toute une équipe, un concepteur, un programmateur, … Je pense pas avoir ce talent là !

LVP : Et pour tes inspirations ? T’écoutes quoi en ce moment ?

Vitalic : J’écoute énormément d’électro-pop et de disco ! J’aime beaucoup Agar Agar, j’aime aussi le dernier album d’Acid Arab !

LVP : Ton titre préféré de tous les temps ?

Vitalic : Alors c’est Tryouts For The Human Race de Sparks et produit par Giorgio Moroder. Je l’écoute depuis que je suis tout petit, c’est très disco avec une basse “à la Moroder”, une basse qui tourne sans arrêt, des voix haut perchées, des voix de tête. Tout est dans ce morceau, tout ce que je fais, ce morceau m’a grandement inspiré.

LVP : Et dans tes morceaux ?

Vitalic : Sur les précédents albums, je dirai Trahison qui est sur le premier. Sinon Hans Is Driving sur le dernier !

LVP : Un petit plaisir coupable pour finir ?

Vitalic : J’écoute des trucs un peu kitsch genre Sous le Vent de Garou et Céline Dion de temps en temps

LVP : Ah pas mal, j’avais la cassette quand j’étais gamin !

Toutes les photos du concert : ICI

A découvert ses premières addictions sur les lignes des Libertines ou encore des Strokes. Lâche temporairement et périodiquement les médiators pour les nappes électroniques.