Retour sur l'incroyable semaine de Phoenix à la Gaité Lyrique

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Phoenix nous surprendra toujours. Le groupe, après une tournée mondiale triomphale, a fait son come back parisien fin mai avec une semaine sold-out dans la grande salle de la Gaité Lyrique. Cet endroit n’est pas un hasard : c’est au dernier étage que le groupe avait conçu, composé et enregistré son dernier album, Ti Amo, sorti chez Glassnote l’année dernière.

Les Versaillais avaient tout prévu : cinq dates avec une installation unique, bien au-delà d’un simple concert, uniquement pour les fans parisiens. Vendeurs de gelatos, mini-trattoria italienne, stand de vinyles présentée par les Balades Sonores – où l’on pouvait retrouver la sélection personnelle de Phoenix en matière de pop italienne – et projections de films italiens sur les murs étaient au programme de cette incroyable fête. Même le distributeur automatique aperçu dans le clip de J-Boy était de la partie, tout cela dans la magnifique enceinte du 3ème arrondissement où se côtoient moulures classiques et futurisme architectural. Pour l’occasion, le bar s’est mis à l’heure romaine : proseco, spritz et vin blanc Italien au menu. On apprécie aussi le saké signé Phoenix – rien à voir avec l’Italie – en vente pour l’occasion.

Nous avions donc rendez-vous avec l’un des meilleurs groupes du monde mercredi 30 mai, dans une salle à petite capacité : 700 personnes tout au plus. Ce jour-là, le line-up était particulièrement riche : Giorgio Poi et Rémi Parson ouvrent la soirée et chauffent efficacement le public parisien. Puis, à 22h précises, Thomas Mars – le chanteur – et sa bande entrent en scène. Comme prévu, le succès est total. Les tubes s’enchaînent sans arrêt pendant presque deux heures – au moins 30 bonnes minutes de plus que leur live, déjà démentiel, à l’AccorHotels Arena en septembre dernier. Des pogos se forment même sur Listztomania, ce qui est assez improbable.

Ce qui fait notamment de la Gaité Lyrique une des salles préférées des artistes à Paris, c’est la possibilité d’utiliser les écrans muraux à 360° pour proposer au public une vision nouvelle du show. Phoenix ne s’est pas privé, on assiste donc à des versions augmentées de Love Like a Sunset – le chef d’oeuvre de Wolfgang Amadeus Phoenix, album culte sorti en 2009 – et de Fior di Latte, extrait de leur dernier disque : moment incroyable. Pour finir, une reprise guitare-voix magique de Goodbye Soleil en rappel, sur laquelle Thomas Mars arpente lentement le public, et Ti Amo, leur dernier tube, où la moitié du public monte sur scène.

Crédit : soul-kitchen.fr

Les lumières se rallument dans la grande salle, mais ce n’est pas fini ! Un DJ set d’Aureliano Tonet clôt la soirée dans le grand hall du 1er étage, devant les splendides projections murales de films made in Italy. On a la chance d’y croiser les deux guitaristes de Phoenix, frères dans la vraie vie, qui prennent le temps de généreusement saluer les fans. La soirée est donc plus que complète et le prix élevé des billets – plus de 40€ tout de même – est ainsi complètement justifié par la multitude d’activités proposées (j’avais presque oublié, il y a aussi un photomaton gratuit). Si par hasard vous êtes à New York début juillet, le quartet remet le couvert avec le même concept dans la superbe salle du Brooklyn Steel… À la prochaine, Phoenix !

Fils caché de Thomas Mars et Dan Snaith, j’ai quitté ma ville pour la capitale. C’est une bonne situation ça scribe ?