San Carol vous offre son cancer

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Le monde est sérieux. Pire le monde se prend au sérieux. Et c’est bien triste, car même si on essaie de combattre cette idée à notre échelle, elle s’infiltre partout dans la société et par extension dans l’art. On avoue avoir souvent des remontées acides, voyant certains musiciens prendre des poses hyper sérieuses dans leurs clips et leur promo. Ce qui nous rend encore plus malade, c’est quand les dits artistes ont autant à dire que notre collègue le lundi matin, lorsqu’il raconte la nouvelle recette de tomates farcies de sa belle mère.

Heureusement il existe encore des résistants opposés à ce principe et ces personnes. Des gens qui prennent la distanciation en porte étendard et qui ont des choses à dire. Ces sortes de clowns tristes, à l’image d’un Judd Apatow au cinéma, s’ils nous font rire, n’oublient jamais la profondeur. San Carol fait partie de cette race de personnes, ceux qui ne se prennent pas au sérieux mais n’oublient jamais d’être ambitieux et de développer un univers, un monde et surtout un propos.

Le néo-nantais n’est pas nouveau dans la musique. Il prépare pourtant un album flambant neuf : Houdini à paraître cet automne. Pour présenter ce nouvel opus, il dévoile aujourd’hui un premier morceau : Cancer. Ce titre pose son bonhomme, il pourrait être repoussoir mais à l’écoute, on est emporté. Entre une ligne de basse discrète mais entêtante, une composition faussement simpliste mais finalement addictive, des paroles sombres mais qui développent une poésie mélancolique et une voix de crooner lyrique désabusé, le groupe tape dans le mille.

Pourquoi parler de second degré, demanderez-vous. Pour comprendre, il suffit de jeter un œil au clip : visages neurasthéniques, colorimétrie et ambiance 90’s et creepy boy en peignoir. Cette mise en image rappelle furieusement Tobias Fünke de Arrested Development. Tout est fait pour offrir un constant décalage à la chanson et ça marche à merveille.

On se retrouve donc avec une très bonne chansons couplée à un clip qui fait son petit effet, mais que demande le peuple ? Pas grand chose de plus, en effet.

Photo: Fred Lombard

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.