Les Murmurations de Simian Mobile Disco, définition idéale d'une musique libre

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Simian Mobile Disco, révélé par les hymnes electro-pop à tendances dream-punk d’Attack Decay Sustain Release, n’a jamais cessé de louvoyer au sein du large spectre offert par la musique analogique et une technologie toujours plus inventive. Le duo londonien préfère dérouter ses auditeurs à chaque nouvel album, souvent pour leur plus grand plaisir. A grand coup d’embardée furieuses sur les chemins de traverses, sans filet et se mettant tour à tour à dos le public et les critiques, le groupe pave sa route de diamants bruts sans se préoccuper du qu’en dira-t-on.

Une nouvelle fois, Murmurations diffère radicalement des derniers LP en date, Welcome to Sideways et Whorl. Ayant travaillé de façon approfondie sur les vocales lors de l’enregistrement d’Unpatterns (2012), le groupe comprend alors la difficulté d’envisager le chant comme un son, de la même façon qu’une note de synthé ou qu’un break de batterie ; que l’objectif est de l’incorporer sans qu’il ne domine les autres instruments.

En 2018, cela passe par une collaboration fusionnelle avec le Deep Throat Choral Choir, présent sur plus de la moitié des pistes de l’album. Une volonté d’unité que l’on retrouve dans l’album, construit comme un objet global, chaque piste se nourrissant mutuellement. Véritable transposition sonore du murmure des oiseaux et des phénomènes sociaux qu’il engendre, Murmurations s’affirme comme le disque le plus aboutit et le plus entêtant des deux anglais.

Boids, du nom de l’algorithme permettant de simuler le comportement d’une nuée d’oiseau sur ordinateur, s’apparente à l’étude essentielle précédent tout travail en profondeur. SMB balaie le doute d’entrée de jeu, direction les profondeurs – sous la surface, quitte à devoir gratter avec nos ongles la couche superficielle.

Les Anglais, de peur de nous perdre, nous prennent par la main pour nos premiers pas dans ce voyage sensoriel. Caught In A Wave joue une danse d’équilibriste oscillant entre un beat techno et une mélodie vocale aussi lancinante qu’entraînante. Au pied du mur, plus d’autre choix que de suivre le courant inflexible de la vague.

Pris au piège, l’abandon glisse doucement vers une transe exquise au fur et à mesure que les percussions aux variations tropicales, omniprésentes sur We Go, s’étirent durant huit minutes fugitives. En écho, le chœur répond avec un accent tribal : la perte de conscience est acceptée. Plongée chaotique contrôlé d’une main de maître.

Simian Mobile Disco se joue des voix comme des instruments, les intègres corps et âmes à ses compositions. D’abord comme un baume apaisant les explorations instrumentales de Gliders puis au contraire comme le flambeau exhortant la cohorte sonore sur Hey Sister.

Fusionnant la voix dans une complexité synthétique progressive et semblant vouloir faire disparaître toute tonalité humaine, A Perfect Swarm tient davantage de la symbiose humanité-machine magnifiée.

L’appréhension rare de la voix en tant qu’actrice omniprésente, de son rôle vaste et multiple dans nos vies est sans doute l’une des plus grandes victoires de cet album. Une compréhension discernée avec un naturel étonnant et émouvant.

Thème que l’on retrouve de façon grégaire et martiale sur Defender, qui oscille continuellement entre le bonheur de l’inclusion (« I Will Protect You ») et la pente glissante de l’agressivité « Don’t You Know I’m A Warrior »). Une dualité rythmique présente également sur V Formation dont le beat rappellera Sleep Deprivation à certain avant d’évoluer en profondeur vers un voyage aux alléchants aspects tropicaux.

Dénouement d’une douceur ambiante, le titre éponyme constitue l’ultime respiration après cette excursion à l’intensité apnéique.

James Ford et Jas Shaw ont toujours revendiqué une composition intimement liée à un besoin de découvrir de nouvelles façons de créer et d’enregistrer leur musique. Une recherche restée la conséquence d’une passion, d’une envie irrépressible de se divertir et de s’amuser. Une approche qui leur a permis de créer une musique élaborée, intelligente, novatrice, presque cérébrale, jamais soporifique.

Album aussi aquatique qu’aérien après les embrasements de leurs premiers LP et leurs séjours sous terre clubbing, SMB réussi à se débarrasser de cette caricaturale étiquette genrée.

Murmuration, définition idéale d’une musique libre.

PS : 

  • Une excellente interview pour ceux qui veulent approfondir l’aspect technique et les formules magiques des compositions de Simian Mobile Disco : ICI.
  • Et un makin-off également très instructif : ICI.

Essaye de faire de ma surdité rythmique un atout. Si tu cherches à te débarrasser du vinyle Fantasy Black Channel, viens mp.