Therapie Taxi : On continue à danser sur leur Hit Sale

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

“T’es cent fois trop, cent fois trop bonne” Tel est le cri d’amour qu’on voudrait lancer à la musique de ce trio français qui ne cesse d’impressionner. L’ancien quatuor Milky Way a pris de l’âge, a changé de nom, a perdu un membre mais pas la fougue contagieuse qui lui vaut son statut de groupe “feel good” survitaminé. Le fait est que lorsqu’on réalise l’exploit de galvaniser la foule du Rock en Seine sur une aubade à la gloire de Jean-Paul Rouve, on sait qu’on a affaire à du lourd, du très lourd. La vie est une fête et les trois Parisiens l’ont bien compris. Côté énergie, ils n’ont rien à envier à personne tant l’effervescence de leurs performances fait trembler les salles et autres scènes qui ont eut l’honneur de les accueillir.  Le 2 février est sorti leur premier album Hit Sale, prêt à décomplexer une pop française en pleine floraison.

Therapie Taxi, quand le syndrome de Peter Pan contamine la chanson française. Des textes lancinants qui marquent et font sourire. Imprégné de second degré et de blasphèmes enfantins, leur franc parler fait du bien et brise les tabous de situations aussi cocasses que familières. Salop(e) est un manifeste de la ligne de pensée du trio : user du poids des mots pour rire ensemble de la légèreté de la vie. Une vulgarité presque attachante quand la voix cotonnée d’Adélaïde, pilier féminin du groupe, vient caresser nos oreilles en  confessant sa volonté “de couper des bras et d’en lécher les doigts.” Miam. Leur premier succès Hit Sale – partagé avec l’omniprésent Roméo Elvis – s’occupe de propulser le groupe sous les projecteurs et d’annoncer la couleur de ce premier travail. Quatorze titres faciles, qui plairont à certains et pas à d’autres, mais auxquels on ne peut nier la capacité généreuse de délivrer un maximum d’ondes positives.

La diversité d’atmosphères présentes sur l’oeuvre promet des prestations live éclectiques et vibrantes. Tout d’abord, obligation de mobiliser ses plus beaux pas de danse déhanchée pour les électrisants Cri des Loups et Coma Idyllique. L’ode stupéfiante à l’ecstasy Crystal Memphis s’inscrit dans la même lignée et en fera suer plus d’un, avec en prime une adorable mamy dealeuse de crack dans un clip bien sympa. Finalement, l’égocentrique Superstar arrive à point pour imposer une vive ambiance pop rock en revêtant la forme d’un libelle à l’attention d’un sorteur peu commode. On redescend ensuite d’un cran pour se laisser emporter par les délicats Transatlantique et La Prouele premier porté par Adélaïde et le second par Raphaël. Les deux jeunes chanteurs affirment ainsi leur capacité respective à porter un titre en mode solo. C’est cependant harmonieusement assemblées que leurs deux voix fonctionnent le mieux, en témoigne le mélodieux Zarba. Sur ces oeuvres, le groupe laisse présager un ton bienveillant envers un thème particulier qui revient beaucoup au fil des morceaux : l’amour. Cependant, comme Salop(e) le démontre, il ne faut pas s’attendre à une approche trop délicate, c’est pas leur genre. “J’aimerais que tu couches avec elle, ça me ferait du bien d’avoir un peu plus mal” PVP le prouve, ici on déstructure les clichés nauséabonds à l’eau de rose pour en faire une hymne à la laideur des amourettes adolescentes. Une volonté de nuire à l’embellissement constant du romantisme que l’on retrouve dans l’entêtant J’en ai marre. Assez logiquement intitulé Anti Hit Sale, le dernier acte de l’opus se veut plus sombre que les autres malgré l’entrain apporté par les rythmiques de Renaud, troisième tête de la bande. Contraste frappant avec la bonne humeur du début, le titre reste néanmoins agréable pour clôturer ce premier album prometteur.

Petit pincement quant à l’absence des excellents AdenaPigalle et Dragmatique qu’on conforte par l’impatience de (peut-être?) les entendre glissés dans les concerts d’une tournée franco-belge déjà bien chargée!


Caméléon musical aux allures de mafieux sicilien.