(REPORT) Veence Hanao & Le Motel au Botanique : des papillons, est-ce un mirage ?

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Un Grand Salon plein à craquer, un public bienveillant et surchauffé : Veence Hanao ne pouvait rêver mieux pour célébrer son retour après une absence de quatre ans (due à des problèmes de santé). Eternel angoissé, il explique dès le début du set qu’il “flippe sa putain de race” à l’idée de remonter sur scène. Stressé ou pas, il fut grandiose.

Accompagné du producteur Le Motel, il a présenté BODIE, leur album commun, avec une sincérité captivante. On n’a d’ailleurs pas eu l’impression une seule seconde d’assister à un concert. Assis sur des coussins à même le sol dans le très intimiste Grand Salon, on s’est plutôt délecté d’une histoire, racontée par son protagoniste. Une histoire faite de mal-être, de sexe dans des parkings, de zonage, d’oiseaux qui chantent trop tôt, et d’amour, parfois. Une histoire qui était non seulement rappée, mais aussi montrée. Veence Hanao vit ses morceaux, les ressent, les offre. A l’aide d’une scénographie simple et pourtant belle – mention spéciale pour le jeu de lumière -, il dévoile une setlist parfaitement choisie : l’intégrale de BODIE, une double dose de La Jungle, quelques vieux classiques (Kick, Snare, Bien, Chasse & Pêche, Midi Pile) et une prestation a capella bluffante. Notre meilleur concert depuis fort longtemps.

Veence Hanao est de retour. Et putain, ça fait du bien.

Veence Hanao et le Motel seront à nouveau au Botanique ce soir, et de retour à Bruxelles le 24 novembre à l’Ancienne Belgique. Entre temps, ils passeront par le Dour Festival le 11 juillet.

J’aime bien les disques et la phrase “ils sont allés au dancing”. Je fais des podcasts (Cuistax, checke sur iTunes) et des pâtes aux lardons.