Arrêtez tout : Frank Ocean est de retour

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

“Look at us, we’re in love” : le nouveau motto du Californien résonne comme une épiphanie, brisant un silence de plus de trois ans depuis son brillant Blonde. La boucle est bouclée, si Ocean a gâté le début de la décennie avec Channel Orange, il semblerait qu’il ait décidé d’en parfaire la fin avec un nouvel album attendu comme le Messie. Ayant dévoilé fin 2018 une page Instagram jusque-là gardée secrète, le roi du teasing s’est fait de plus en plus présent sur les réseaux depuis pour aiguiller ses fans les plus éveillés jusqu’à ses projets futurs. Ouverture d’une boîte de nuit queer, émission de radio et nouveaux morceaux partagés : Frank a su nous mettre l’océan à la bouche. 

Quand j’ai bossé sur mon premier projet, Nostalgia, Ultra, je ne l’ai dit à quasiment personne. Même les gens avec qui je bossais à l’époque n’en savaient rien. Il y a quelque chose qui se produit lorsque tu expliques ce que tu fais avant que ça ne soit fait, et la plupart du temps ce n’est pas positif. Tu deviens responsable de cette version que tu as donnée alors qu’elle peut encore changer. C’est bien mieux pour moi de faire ce que je fais, de le sortir ou non, puis d’en parler librement. C’est ce que je fais depuis le début.” Frank Ocean pour W Magazine, Septembre 2019

Sur le seul morceau entièrement dévoilé de son prochain album, l’artiste s’entoure des meilleurs : Noah Goldstein, dans l’ombre de la discographie du légendaire Kanye West, applique sa patte si minutieuse à une composition envoûtante mêlant le rap vivace de Frank à des kicks vaporeux sublimés par le DJ Boys Noize. C’est lors de la diffusion de son émission Blonded sur la chaîne Beats 1 que le titre a été partagé. Une sortie qui rappelle celles de ChanelBikingLens ou encore Slide, entendus eux aussi pour la première fois sur l’émission radio du musicien. Pour le 8ème épisode de sa série de podcasts radio, le maestro a concocté une playlist léchée, passant de Sia au rappeur Gunna en se remémorant des tubes de Prince ou encore des Rolling Stones. Un line-up de qualité dans lequel nous retrouvons aussi, à notre grande surprise, les solaires Magic System dont le titre 1er Gaou a visiblement plu au roi du RnB avant-gardiste. DHL est un morceau amuse-bouche, pas forcément révolutionnaire mais assez captivant que pour nous réjouir de la suite. Mêlant le côté urbain de Channel Orange et la douceur des ballades de Blonde, c’est fort de ces succès que le génie semble bâtir ce nouvel album qu’on n’espérait plus. En effet, alors qu’il avait promis en 2012 la production de cinq albums avant ses 30 ans, force était de constater que seulement quatre étaient parus avant qu’il n’atteigne sa trentaine. C’était sans compter sur son sens aiguisé de la maîtrise des mots : il promettait de produire, pas forcément de sortir. C’est ainsi qu’il partageait en 2017 un message sur son Tumblr rassurant ses fans : “Well I made the album before 30. I just aint put that bitch out!”. That bitch est donc prête à sortir et nous sommes prêts comme jamais nous ne l’avions été.

À en croire les symboles au-dessous du visuel de DHL, nous sommes tentés de supposer que le disque comptera 13 morceaux dont plusieurs ont été partagés lors de la première édition de la soirée PreP+, un concept tirant son nom des pilules de préventions contre le VIH qui, selon l’artiste, se veulent les plus représentatives de “ce que qu’auraient dû être les clubs de New York dans les années 80 si les médicaments préventifs contre le VIH avaient existé”. Une démarche remarquable qui consolide d’autant plus l’icône queer qu’est devenu Frank Ocean au fil des années, notamment suite à cette poignante lettre publiée sur son compte Twitter en 2012 dans laquelle il abordait sa bisexualité. Événement assez rare que pour le retenir dans un monde aussi profondément codifié et machiste que celui du rap, ouvrant la voie à divers grands noms du milieu comme Kevin Abstract ou encore ILOVEMAKONNEN, libres de s’émanciper dans leur art tout en s’acceptant entièrement. Pour en revenir à la soirée PreP+, l’événement est réservé à cette haute sphère d’influenceurs et autres artistes chers à Frank comme l’hispanique Rosalìa ou encore le mystérieux Arca, tous deux présents lors de la seconde édition de PreP+. Au rang des invités de marque, on compte aussi les Français Justice et le DJ Sango, présents pour remixer respectivement Dear April et Cayendo, deux futurs titres potentiels présents sur le prochain album dont des extraits live ont été publiés sur le site officiel de l’artiste. Pour le reste, il faudra s’armer de patience et ne pas espérer trop d’informations du côté de l’artiste. Une chose est sûre : l’énigmatique Frank Ocean n’a pas fini de retourner l’industrie musicale.