Ce qu’il ne faut pas rater à Musilac 2016

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Vendredi 8, Samedi 9 et Dimanche 10 juillet se déroule à Aix-les-Bains en Savoie le quinzième Musilac de l’histoire. Le festival s’est forgé une réputation à l’aide de son principal atout : son cadre exceptionnel. En effet, le site est partagé entre montagnes (pour n’en citer qu’une: la Dent du Chat et son histoire magique) mais aussi le lac du Bourget qui n’est autre que le plus grand lac d’origine glaciaire que la France connaît. Avec ses 18 km sur 3 km, autant vous dire que vous aurez de la place pour piquer une tête salvatrice chaque lendemain de soirée.

Programmation Musilac

Et puis parce qu’en 15 années, Musilac a su attirer des artistes de renommée internationale : Muse par 2 fois, les Babyshambles lors de leur grande époque, Patti Smith, Kasabian, Motorhead, Arctic Monkeys, Seasick Steve, Florence and The Machine, Gogol Bordello, Franz Ferdinand, Placebo, Noir Désir … Mais ce festival sait aussi faire découvrir au public des artistes moins mis en avant, je pense notamment à ce splendide concert que Ghinzu nous a fait vivre en cet été 2009, Newton Faulkner, Rodrigo y Gabriela, Selah Sue ou London Grammar. Vous l’aurez compris, Musilac s’est construit au fil du temps l’image d’un festival hétéroclite où l’on peut s’enflammer avec les Kaiser Chiefs et derrière siroter sa bière sur du feu Fauve. Où l’on peut se la jouer old-school façon Blink-182 et oser le mouvement de tête sur du LMFAO dans la même soirée. Ainsi, quoi que tu écoutes, quoi que tu aimes, tu trouveras toujours ton bonheur dans cette belle contrée du lac du Bourget.

Toujours en quête de nouvelles propositions, le festival passe de 3 à 4 scènes. On découvrira cette année les nouvelles Firestone et Le Korner aux côtés de nos bonnes et belles scènes Montagne et Lac. Autre point fort du festival, aucun concert ne se chevauche et les scènes principales sont disposées l’une à côté de l’autre. Il est donc possible, de voir (et de profiter!) de tous les concerts de la soirée !

Musilaccc

Et cette année que ne faut-il pas louper ?

#JOUR1

Dès le premier jour il va falloir venir très tôt si l’on veut profiter de l’intégralité sonore de Musilac16h45 scène Korner, je vous propose les Sunset Sons, mi-australiens, mi-britanniques mais français (Hossegor) d’adoption, les potes surfeurs proposeront une pop-rock percutante et pleine d’énergie. Premiers pas de danse obligatoires afin de se dégourdir les jambes et pouvoir entamer cette journée de la meilleure des manières.

Juste après sur la grande scène Montage, les frenchies de Stuck in the Sound sortiront les guitares pour notre plus grand plaisir. Si tu veux t’échauffer et participer aux premiers pogos du festival, ça peut se jouer ici. Le désormais quintet livrera une prestation enragée où les riffs seront déchaînés. Mais attention, il va aussi falloir préparer ton déhanché car Stuck in the Sound saura aussi te faire danser sur leurs morceaux plus tendres.

S’en suivent deux jeunes artistes qui montent, adeptes d’une pop douce/dansée, Josef Salvat et les Shake Shake Go sauront emmener le public jusqu’en début de soirée. Que l’on aime ou non, les propositions scéniques ne manqueront pas d’être marquées !

Place au premier temps fort de la soirée 18h45 scène montagne, j’ai nommé les franco-londoniennes de Savages. Ce quartet féminin porte à lui tout seul l’ambition et l’avenir d’un post-punk plein de rage. Rempli de hargne et d’amour, le groupe présentera son dernier bijou en date : Adore Life. Les basses résonneront et la charismatique et fougueuse Jehnny Bess saura faire chavirer Musilac. Un set à ne louper sous aucun prétexte, donc.

Après le maestro Oxmo PuccinoLes Insus prendront place, les anciens font leur retour. Pour le malheur de certains mais surtout le bonheur des autres. Ce sera donc une dose d’1h30 qu’il te sera proposé.

00h05, scène montagne, RatatatRatatat, c’est le groupe que tu as tout le temps envie de voir, limite un Musilac rempli de Ratatat ferait l’affaire. Du Ratatat au dîner, du Ratatat en soirée, du Ratatat jusqu’au bout de la nuit. Les guitar-heroes et leur show scénique aussi bien niveau lumières qu’écrans, sauront vous emporter jusqu’au bout de la nuit. Et puis, WildCat quoi !

#JOUR2

Un samedi qui mettra à l’honneur les frenchies, le nouveau, le devenir. Premièrement avec la froideur chaude des Grand Blanc et leur grandiloquence (notre interview ICI). Ils ouvriront le bal à 15h25 sur la scène Korner. Il faudra encore venir tôt pour profiter du bal que le groupe donnera. Entre phrasés singuliers et historiettes curieuses, le groupe distillera avec sourires et énergie sa noirceur désarçonnante. Ce ne sera pas Samedi la Nuit, mais la Surprise Party aura bien lieu.

Et puis après avoir siroté un mojito ou suçoté une glace à l’italienne, on se donne rendez-vous devant les incandescents cadavres de Feu! Chatterton qui seront sur la grande scène à 17h55. On commence à ne plus les présenter. Une french pop teintée de rock brûlant aux allures poétiques. Des invitations aux voyages, à la réflexion, aux proches mais aussi à sa propre considération. Arthur et ses potes électrifieront l’esplanade grâce à leurs titres remplis de vie (notre interview ICI).

Encore du français avec Jain à 19h50. La petite nouvelle au style toujours soigné ne manquera pas de faire danser jeunes comme moins jeunes. Seule au pouvoir ou avec ses choristes, on espère qu’elle arrivera à capter la foule et emmener Musilac dans ses morceaux aux cadences rythmées et enjouées.

Les festivaliers pourront en avoir rien à foutre de rien avec Nekfeu puis prendre une leçon de piano et de classe avec Sir Elton John mais nous on vous donne rendez-vous avec les deux derniers groupes de la soirée, encore des français : Lilly Wood & The Prick et The Avener qui à eux deux sauront finir une soirée déjà bien entamée. Un peu d’électro rock mais surtout du punch avec Lilly Wood qui revient une nouvelle fois en Savoie, forte d’un concert qui avait enthousiasmé l’immensité de Musilac. Mais aussi avec le presque jeune The Avener qui saura achever la soirée d’une belle manière avec son électro aux sonorités vintages mais surtout mélodieuses.

#JOUR3

Dernier jour mais pas des moindres. Ici Musilac s’ouvre et termine façon internationale. Rendez-vous donné à 15h25 scène Korner pour Barns Courtney, pas encore d’album sorti mais les yeux de la presse musicale son déjà rivés sur ce jeune songwriter. De sa voix grave, de son piano et de son blues revisités, il proposera une esquisse de ce premier opus tant attendu. Prend notes, ça sort à l’automne.

Un Musilac sans Australiens, non merci. Courtney Barnett sauve la donne car la voilà qui débarquera à 17h05 pour son rock branli-branlant. Nonchalante mais non moins sans talent, elle enflammera l’esplanade de sa guitare et de ses aspects de branleuse. Ça risque de saturer, pour notre plus grand plaisir, il nous tarde de la découvrir.

Pas le temps de s’ennuyer que sur la scène d’à côté se présentera la sublime Lou Doillon et son charme sombre. Et sa voix suave. Et rocailleuse. Devenue presque folk, la belle vient pour présenter son deuxième album.

Place aux orgasmes successifs de la soirée en compagnie des affreux d’Editors et des furieux de Foals. Aucun doute, ces deux heures trente seront les plus chaudes du festival. Les deux groupes sont connus pour des shows aussi bien intenses que séduisants. Ça va transpirer, chanter, mais surtout pogoter de tous les côtés. Mention spéciale pour les morceaux de Foals quasiment tous taillés pour la scène: des sortes de crescendos qui n’en finissent pas de monter, monter, monter … pour exploser. Il faudra être de la partie, sans faute !

Louise Attaque invité tête d’affiche fera chavirer les cœurs nostalgiques de chacun tandis que trois groupes électroniques clôtureront le week-end de fête d’une belle manière. Les Birdy Nam Nam, la classe de Boys Noize et The Hacker, de quoi bien finir le festival non ?

Infos et tickets : Musilac.com