Ce qu’il ne faut pas rater au Dour Festival !

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Il ne reste plus que quelques jours avant le coup d’envoi de la 26ème édition du Festival de Dour. Après vous avoir offert des goodies aux couleurs de l’événement, il était temps qu’on vous propose notre sélection des concerts qu’il ne faut absolument pas rater. Soyez là, ça s’annonce grand. Très grand.

JEUDI 17 JUILLET

Détroit

Le duo formé Bertrand Cantat et Pascal Humbert passera de nouveau par chez nous pour défendre son premier album  Horizons, superbe disque tout en finesse. Mi-Détroit mi-Noir Désir, si le concert est aussi bon que celui donné il en mai à l’Ancienne Belgique, ça s’annonce très bon.

Blood Red Shoes

On ne sait pas trop comment on peut faire autant de bruit à seulement deux, mais on aime beaucoup. Entre deux morceaux de leur dernier album éponyme, Dour risque fort de pogoter sur les bons vieux Don’t ask, Light it Up, ou encore I wish I was someone better. Ne les loupez pas, ça sera votre seul chance de les voir en Belgique cette année !

Chet Faker

Le concert de Chet Faker sera probablement un grand moment du festival. Après plusieurs EPs, ce musicien australien a sorti un album, Built on Glass, sur lequel on peut trouver de pures merveilles telles que son morceau Talk is Cheap.

Johnny Flynn

Malheureusement, comme à tous les festivals, il faudra parfois faire des choix déchirants.. Et pour ce premier jour du Dour Festival, il faudrait choisir entre Chet Faker et Johnny Flynn qui joueront en même temps (forcément, faire jouer plus de 200 groupes sur seulement 4 jours, c’est pas toujours évident). Il faudra donc choisir entre de l’électro/ soft hip hop ou l’indie folk de Flynn. A seulement 29 ans, ce jeune auteur/compositeur britannique a déjà sorti 4 albums, un bon paquet d’EPs, a fait des premières parties de Mumford & Sons, & partagé plusieurs duos avec Laura Marling. Pas mal..

The Tangerines

Ils sont jeunes, ils sont foutrement doués et ils ouvriront le festival pour la deuxième fois: The Tangerines, c’est notre petit coup de coeur. Ce jeune groupe belge originaire de Dour vient de sortir son premier album tantôt psychédélique tantôt beaucoup plus rock, ils nous rappellent aussi bien les Velvet Underground que les Black Keys ou les Arctic Monkeys : que du très très bon.

Leaf House

Plus besoin de les présenter, les poulains de chez JauneOrange ont déjà bien fait leur trou dans le paysage musical belge. Avec leur nouvel album LLEEAAFFHHOOUUSSEE, ils ne font que confirmer leur statut de groupe à suivre immanquablement.

Future Islands

Avec “Singles”, sorti en mars dernier, le groupe de Baltimore affiche 5 albums au compteur depuis sa formation. Samuel Herring et sa bande sont connus pour livrer des lives endiablés, on ne les manquera pour rien au monde.

Son Lux

La synthpop du new-yorkais s’est dévoilée au grand jour l’année dernière, grâce au magnifique Lanterns. On s’attend à un set calme et envoûtant.

Mount Kimbie

Le duo londonien était déjà passé par Dour en 2012, ils sont de retour cette année pour en remettre une couche. Remarqués sur des collaborations avec King Krule, ils croulent sous les éloges des critiques de leurs 2 albums et de leurs performances live.

Darkside

Nicolas Jaar et Dave Harrington sont responsables d’un des projets électronique les plus intéressants depuis une dizaine d’année. En réinventant un processus de composition avec des boucles enregistrées en live, le duo new-yorkais pourrait bien être un des meilleurs concerts de cette 26ème édition de Dour.

VENDREDI 18 JUILLET

Skip The Use

Mat Bastard et ses potes vont certainement retourner la scène principale de Dour et tout ce qui sera autour. Le groupe lillois sait ambiancer les plus réticents et avec leur nouvel album Little Armageddon, ça ne risque pas de changer !

Paul Kalkbrenner

Véritable dieu de la techno, le berlinois viendra pour la troisième fois électriser Dour et son public. Icône d’une génération grâce à son film (et sa B.O.) Berlin Calling, l’audience sera conquise d’avance.

Fakear

Nouvel espoir du paysage électronique français, le jeune caennais nous fera danser sur ses rythmes élégants et mélodieux.

Band Of Skulls

On les a découvert il y a quelques années en les confondant avec les White Stripes ou encore The Raconteurs, on se rappelle de leur excellent titre Death By Diamonds And Pearls, ils reviennent encore plus fort avec un petit bijou intitulé Himalayan sorti il y a 3 mois.

Klaxons

Le nom devrait suffir à vous convaincre à aller les voir, si ce n’est pas le cas écoutez ce morceau sorti en 2007. Oui, on sera au premier rang.

Totally Enormous Extinct Dinosaurs

C’est le nouveau prodige de l’électro anglaise, il est sur tous les bons coups que ça soit à la production, en collaboration ou en composition. Ce type ferait aimer sa techno mélodieuse à votre grand mère.

La Classique

L’asso lilloise se déplace à la Terrasse de Dour pour une journée avec des DJ sets de AORA, High C, Playmobeats ou encore Korgbrain. Ils seront en compagnie du collectif 642 Klan.

The Notwist

Après 5 ans d’absence, The Notwist est revenu sur le devant de la scène début 2014 avec le tout bon Close to The Glass. Ils ont dernièrement enflammé un Botanique archi sold out : à ne pas rater à Dour !

The Feather

The Feather, side projet de Thomas Medard  (chanteur/guitariste de Dan San) marquera une petite pause plus douce et présentera son premier album Invisible.

Intergalactic Lovers

Petite bombe en live, les  flamands d’Intergalactic Lovers vous feront bouger sur leur excellent dernier album Little Heavy Burdens

SAMEDI 19 JUILLET

Jagwar Ma

Le groupe australien d’électro-pop-dance sera l’une des curiosité du festival. Avec des influences comme les Arctic Monkeys, Tame Impala, Beach Boys etc., Jagwar mènera un live qu’on espère chaud et dansant.

The Gaslamp Killer

Inutile de préciser que ce mec est un peu perché, c’est un bon pote de Gonjasufi et ça s’entend. Son électro psychique est une expérience unique en live. À ne pas manquer !

Rone

Le petit chouchou de Laurent Garnier et d’Ellen Alien revient 2 ans après son premier passage à Dour. Armé d’un nouvel EP intitulé Apache, le parisien-berlinois nous assènera ses titres en milieu de soirée.

The Hives

On ne les présente plus, les suèdois les plus barrés de la scène punk-rock viendront déclencher les émeutes du samedi soir.

Girls in Hawaii

Groupe phare par excellence de la scène belge, Girls in Hawaii nous fera passer, comme à son habitude, un excellent moment : Flavor, Found in the Ground, Rorschach, Misses, Not Dead,.. On a hâte !

Mogwai

Après la formidable BO de la série Les Revenants sortie en 2013, le groupe écossais revient avec Rave Tapes et risque fort de transcender la plaine de Dour.

MLCD

Les showmen de My Little Cheap Dictaphone viendront défendre leur dernier album The Smoke Behing the Sound, digne successeur du fantastique The Tragic Tales of a Genius.

East India Youth

Il a séduit aux PIAS Nites de Bruxelles et a pas mal fait parler de lui grâce à son opus Total Strife Forever, décrit par les Inrocks comme une “caresse au papier de verre” : East India Youth est un des rendez-vous électro immanquable du festival.

Traams

Si vous êtes un peu fatigués après ces 2 jours et demi de festival, les 3 Anglais un peu dingue de Traams devraient vous requinquer avec leur punk un peu bizarre : leur skewed pop (pop oblique), comme ils l’appelent.

DIMANCHE 20 JUILLET

Phoenix

13 ans après leur premier passage, les Versaillais exilés au Etats-Unis font leur retour à Dour. Thomas Mars et son groupe enchaîneront leurs titres et on sait déjà lequel aura le plus de succès.

Tyler, the creator

Rappeur, acteur, producteur, designer, graphiste et leader du collectif Odd Future, Tyler viendra nous présenter son deuxième album solo Wolf, sorti l’année dernière. Et si ça se passe comme avec son groupe, ça risque d’être un joyeux bordel.

Breton

Le quintet londonien mené par Roman Rappak viendra livrer un des meilleurs lives du festival en fin d’après-midi ou ils joueront les titres de leur excellent dernier album, War Room Stories.

Brodinski

Le boss de Bromance viendra faire péter le champagne sur la scène Red Bull ! On attend avec impatience le live du rémois.

Kaiser Chiefs

Les anglais sont de retour cette année avec un nouvel album que plus personne n’attendait mais qui a su raviver la flamme des anciens fans. S’ils ont su revenir à leur meilleur niveau en studio, on ne doute pas qu’ils assurent toujours sur scène.

Lisa Leblanc

Que vous accrochiez ou pas, le second degré de cette incroyable canadienne ne pourra pas vous laisser indifférents..

Boys Noize

L’électro-trash n’a plus de secret pour Alex Ridah. L’allemand fera péter les basses en milieu de soirée certainement avec un titre comme celui-ci.

Casseurs Flowteurs

Orelsan et Gringe sont bien partis pour enflammer la scène principale à ce qu’on a pu entendre sur leur album. Allez, on s’écoute Change de Pote.

 

N’hésitez pas à nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram, nous posterons régulièrement des photos/interviews du festival !

Retrouvez l’horaire de passages complet sur l’application Dour Festival
Infos et tickets sur www.dourfestival.be