Comment tu vas finir : le retour de Vendredi Sur Mer sent bon la tech house
"
Auteur·ice : Flavio Sillitti
04/12/2021

Comment tu vas finir : le retour de Vendredi Sur Mer sent bon la tech house

Sensuelle, sexuelle et décalée : pas de doute, c’est bien elle. Sur Comment tu vas finir, le lead single de sa nouvelle ère, Vendredi Sur Mer revient enfin faire vibrer nos cœurs et n’oublie pas nos corps. Loin de la disco-synth pop sucrée qui aura fait sa gloire sur Premiers émois deux ans plus tôt, la Suissesse s’élance ici dans un registre plus pointu et direct. Sur une production house languide, la chanteuse dévoile les premiers contours de son second album attendu pour 2022.

“Possède-moi autant qu’tu veux” lance-t-elle en guise d’introduction. Une écriture plus crue et osée, traduisant une certaine maturation. Vendredi Sur Mer est une femme de désir et vous l’exprime, sans fard. Alors que battent les percussions électroniques de Sam Tiba (du collectif Club Cheval), Charline Mignot dépoussière son chanté semi-spoken word imparable dans des lignes mordantes qui ne manquent pas d’imagination. En résulte une délicieuse gourmandise dansante et libérée, qui cristallise la mue artistique d’une des visionnaires de la nouvelle scène francophone.

 

Un instant de liesse dont il nous tarde de nous délecter en live, les corps suintants remplissant l’espace, accolés les uns aux autres – d’ici là, le covid ne sera qu’un vieux souvenir, promis. Premier des douze morceaux qui composeront le second album de la chanteuse, Comment tu vas finir se dresse comme une véritable ligne directrice pour le reste de l’opus.

J’ai aimé commencer par un titre un peu cul, un peu cru. Cela m’a complètement libérée.

Si le monde du studio semblait lointain pour l’autrice-compositrice, habituée à l’intimité de sa chambre comme seul laboratoire musical, elle s’est essayée à la technique et l’effusion de la production en équipe et en studio pour ce nouveau chapitre . De Myd à Saint DX en passant par Joseph Schiano Di Lombo ou Apollo Noir, nombreux sont ceux à être venus épauler l’artiste dans la narration décomplexée de son identité de “femme-sujet”. 2022 s’annonce chaud, humide et émancipé avec Vendredi Sur Mer.


@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoiY3VzdG9tX21ldGFfY2hvaXNpcl9sYV9jb3VsZXVyX2RlX3NvdWxpZ25lbWVudCIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IiIsImFmdGVyIjoiIiwiZW5hYmxlX2h0bWwiOiJvZmYifX0=@