(EXCLU) Thin Line, voyage dans l'esprit de TWIRRL

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Depuis toujours, la musique de TWIRRL est baignée d’un doux psychédélisme. Il semblait donc plus que logique qu’un de ses clips rende hommage à cette quête de soi. C’est un voyage en lui-même que nous offre TWIRRL avec le clip de Thin Line, à découvrir en exclusivité sur La Vague Parallèle.

Si vous ne le connaissez pas encore, laissez-nous vous faire les présentations. Derrière TWIRRL se cache Maxime Sirbu, gaucher un peu fou coincé entre le passé, le présent et le futur, trois périodes dans lesquelles il puise allègrement sans jamais vouloir décider où il a réellement envie de s’ancrer. Après avoir sorti deux EPs en 2017, le garçon revient dans la lumière puisqu’il s’apprête à dévoiler son troisième effort, toujours chez les géniaux lillois Play It Loudly. Ça s’appelle In The Night et c’est prévu pour le 14 juin. C’est à dire déjà demain.

Il y a 15 jours, il nous dévoilait un premier extrait de son nouveau projet, le titre qui donnait son nom à l’EP, In The Night donc. Il s’accompagnait d’un clip assez hilarant qui voyait les visages d’un catalogue d’un autre temps s’animer et prendre les traits de TWIRRL. Une esthétique DIY, gorgée de pixels, d’humour et d’amour que vous pouvez découvrir ici. Musicalement, il nous ouvrait les portes de son monde et dans notre bibliothèque musicale, on le calerait facilement entre la nonchalance d’un Mac de Marco et le psychédélisme pop des géniaux Unknown Mortal Orchestra. On a clairement vu pire comme comparaison.

Aujourd’hui, c’est avec un nouveau titre qu’il nous revient. Thin Line prend tranquillement la continuité de ce style musical maîtrisé, poussant un peu plus loin le curseur du psyché et de l’introspection. Un titre aussi doux qu’il en devient entêtant, et où Maxime nous susurre les paroles plus qu’il ne les chante. Un titre qu’on pourrait honnêtement vous conseiller d’écouter les yeux fermés pour vous laisser happer par les images mentales qu’il amène. Mais il y a un mais. Car fermer les yeux, ça serait passer à côté de l’excellent clip qu’il a lui-même réalisé en compagnie de Cyril Debarge. Dans cette vidéo assez folle, on part en voyage mental avec Bernard Van Der Plancke, prof de yoga au civil, pour un vidéo qui pourrait puiser ses influences autant dans Code Quantum que dans That 70’s Show, le tout baigné dans un bon bain d’acide. Une nouvelle fois, TWIRRL utilise les facilités qu’apportent les technologies actuelles pour les coupler à ses obsessions d’une époque qu’il n’a pas connue mais qu’il fantasme. Passé, présent et futur donc pour un clip qu’on ne se lasse pas de regarder et que vous pourrez découvrir ci-dessous.

PS : dernier petit conseil, allez écouter sa brillante reprise de Du Hast.