First Shot #11 : Embarquement pour l'univers doux et onirique d'Arche avec My Only

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans First Shot, la rédaction de La Vague Parallèle mise une pièce sur des artistes qui font tout juste leur entrée sous les projecteurs. Aujourd’hui, c’est avec un engouement palpable et non pas à reculons que l’on se dirige vers l’imaginaire d’Arche et leur premier single My Only.

Qu’on se le dise clairement, l’illusoire n’a rien à envier à la réalité. Elle est souvent terne, morbide, affligeante et un brin trop ordonnée alors que de l’autre côté, tout est déjà plus agréable et planant. Aspirer à quelque chose d’illimité, quelque chose d’insensé et de beau est davantage envisageable dans le monde de l’irrationnel. La réalité ne constitue qu’un frein à toutes nos espérances et qui y a-t-il de plus beau qu’un esprit qui ne s’impose pas de limites ?

Alors avis aux intrépides, les désabusés, les esprits perspicaces, les éternels insatisfaits et tous les autres : nous avons trouvé LA destination qui répondra à toutes vos attentes. Une destination qu’on appellera « Le A », un îlot sonore où se rencontrent et se mêlent les rêveries, fantasmes et aspirations des quatre grands rêveurs que sont Arthur, Félix, Nicolas et Josselin.

Avec leur single, My Only, premier bout de parcelle de leur îlot, le quatuor lyonnais fait déjà ses preuves que ce soit dans le monde réel, dans nos rêves ou dans les leurs. Et c’est volontiers que l’on accepte de leur tendre la main pour partager leur monde illusoire, un monde qu’ils nous présentent comme décomplexé et prometteur à travers des visuels aussi absurdes que délirants. Avec ce titre pop, éthéré et solaire à souhait, chaque mélodie trouve sa place, le rythme y est entraînant et les voix hypnotisantes, la recette parfaite pour nous convaincre. Et la satisfaction est telle qu’on se montre déjà très impatient à l’idée de découvrir leur premier EP à paraître en octobre prochain. En attendant, faites comme Arche, jouez la carte de l’insouciance et surtout, lâchez prise !