First Shot #12 : Night Moves, la dream folk made in Minnesota

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les copains de lycée, Micky Alfano et John Pelant ont beau venir du Minnesota, ils ont tout de la folk venue de Nashville, TX. Ils sillonnent les U.S. depuis 2010, avec leur guitare et leur basse respectives.

Sans surprise, ils se font remarquer avec Colored Emotions, qui leur vaudra un contrat chez Domino Records. Avec des influences comme MGMT, ou encore Neil Young et My Morning Jacket, on a un mélange éclectique et terriblement cool, on comprend l’engouement. Ça ne t’aide pas forcément, ces deux frontières, n’est-ce pas ? Disons que cela ressemble à Suckers, ou encore à Hoops.

Si l’on peut résumer le groupe en un mot, c’est : IRRÉEL.
Pourquoi ? Il y a un côté très prenant dans les mélodies de l’album, qui peut correspondre à tout moment de ta vie. Tu marches dans la rue, les bras légèrement mouvants, mélancolique ou rêveur, confiant ou déterminé. Pour le coup, c’est un album qui s’écoute de A à Z, les transitions semblent si naturelles et les ponts emplissent, tels une apothéose. Comme avec Country Queen, ou le titre éponyme de l’album.

Enfin, un son vaut mieux qu’un long discours :

 

Après cela, en 2016, ils ont sorti Pennied Days, avec le génial Carl Sagan, aux accords entêtants et puissants que l’on peut entendre dans la soundtrack de Riverdale, au passage. On peut ressentir la rage et la hargne monter chez le chanteur (ou soi-même). L’album est un peu plus pop que le précédent, mais plus personnel aussi. Les mélodies sont justement dosées, les lyrics sont profondes, riches en créativité, avec Only To Live In Your Memories, ou encore Border On Border.
Écouter l’album est une expérience, cette justesse dans le dosage et le mixage rend la mélodie de chaque chanson irréelle. De quoi se plonger dans une réflexion ou une transe profonde, et revenir à la réalité quand l’album s’achève (malheureusement).

Les performances live du groupe sont vraiment impressionnantes, ils sont déjà passés chez KEXP (aka le repaire à talents indé). Micky Alfano atteint des notes particulièrement aiguës et les versions acoustiques sont un plaisir à écouter, elles sont même meilleures, puisqu’elles donnent tout simplement la chair de poule.

Par exemple, à The Current :

 

Récemment, le groupe, qui se proclame d’un genre « Cosmic Tinged Twang Space Rock Disco Pop Sludge », a sorti Can You Really Find Me. L’album pourrait faire office de soundtrack de film du genre traveler, un voyage dans différents états, de Keep Me In Mind à Coconut Grove, jusqu’à Mexico. Des états mentaux ou des lieux ? Telle est la question.

Une chose est sûre, la pépite contient aussi des titres plus énergiques comme Strands Align ou Recollections, qui rappellent un peu MGMT ou Blood Orange dans ses vibes synthé disco qui donnent envie de danser comme dans les années 80.
Une fois de plus, la capacité de transmission des émotions dans la mélodie est irréelle et montre le talent du groupe.

Aujourd’hui, celui-ci vient de finir la promo européenne de l’album et est d’ailleurs passé au Supersonic, fin octobre. On espère les revoir vite en Europe !

On te laisse avec Recollections, pour te trémousser dans ton salon/bureau :