Focus : Cinq groupes à ne pas rater le samedi aux Nuits Secrètes

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Parmi tous les festivals de l’été, il y a des rendez-vous qu’on ne manquerait pour rien au monde. Les Nuits Secrètes est un de ces instants adorés. Et comme tous les ans, le festival d’Aulnoye-Aymeries revient avec une programmation à tomber par terre. À rendez-vous exceptionnel programme exceptionnel, aujourd’hui on vous parle des cinq groupes à ne pas rater le samedi.

 

Odezenne (Grande Scène – 18h50)

Au Baccara, nouveau-né du romantisme dépressif de Odezenne, sera défendu en live aux Nuits Secrètes le samedi 27 juillet sur la Grande Scène. Gros challenge pour un groupe n’ayant aucun remord à rester dans sa niche musicale, entre rap mélancolique et spoken word… Ce qui est sûr en revanche, c’est que le public sera au rendez-vous : Odezenne s’est construit une solide petite fanbase en quatre albums et l’ambiance mystique de ce concert viendra autant de la scène que du public. Qu’importe le nombre, pourvu que l’émotion y soit.

 

Léonie Pernet (Station Secrète – 18h50)

Bon, OK, à moins que vous sachiez vous dédoubler pour aller voir au même moment Odezenne, difficile d’aller voir Léonie Pernet… À vous de choisir, il n’empêche que le nouveau vent de fraîcheur signé par InFiné ne laissera personne de marbre en ce début de soirée aux Nuits Secrètes. Son dernier album, Crave, est déjà salué comme une petite perle d’électronique chantonnant. Un album qui s’écoute au casque autant qu’il semble efficace en live. C’est une aura particulière qui va se dégager de la Station Secrète, scène intimiste du festival !

 

Roméo Elvis (Grande Scène – 22h35)

Même si l’on connaît le rappeur belge depuis déjà quelques années, et notamment pour ses performances scéniques (on est serré dans cette caisse d’ailleurs), il ne faut pas oublier que Chocolat est le premier vrai album solo de Roméo Elvis ! On le retrouve ici dans un projet à son image, défricheur de nouvelles sonorités et terriblement efficace. Quelques bangers, des textes que l’on connaît (déjà) par cœur, il ne manque plus que le Soleil pour espérer la réussite d’un des lives majeurs du festival d’Aulnoye-Aymeries. On passera pousser un peu à la salle pour survivre aux pogos aussi.

 

Paul Kalkbrenner (Grande Scène – 00h45)

LA tête d’affiche électro des Nuits Secrètes ! Comment réussir un bon live de Paul K ? Rien de plus simple : un mec bouillonnant d’énergie et de générosité, le tout sur une techno on ne peut plus musicale. De la bonne humeur en barre, les tubes fédérateurs de Paul Kalkbrenner mettent d’accord tous les fans de techno, et plus largement de musique électronique. Le contexte de la Grande Scène offrira un cadre grandiose pour un des concerts les plus attendus de ces trois jours.

 

DIMA (EDEN – 02h00)

Pour ceux qui ne le savent pas, derrière ces quatre lettres se cache tout simplement Vitalic. Est-ce étonnant de le voir aux Nuits Secrètes ? Non, et on est loin de rechigner ! L’habitué du festival, devenu le chouchou d’Aulnoye-Aymeries, vient la nuit du samedi balancer une électronique sous un autre alias que son habituel pseudonyme. Plus hargneux, plus techno, DIMA est comme le jumeau maléfique du lumineux Vitalic. Il viendra par ailleurs inaugurer le nouveau concept du festival : le Club à ciel ouvert, qui ne se trouve pas dans un autre lieu, comme à l’accoutumée, mais sous la friche de l’EDEN. Tous ceux qui ont leur pass pour le samedi peuvent y aller, et ça c’est beau !