Johan Papaconstantino nous chante ses mots bleus

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Tous bleus de ce Johan Papanconstantino. Il y a pile un an, on vous parlait ici d’“une gueule qu’on va retenir, une voix réconfortante, du soleil et du rythme dans les mains”. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on avait vu juste. Et encore, dire que le Marseillais a réussi est un euphémisme. Il est la racine d’un nouveau mouvement aussi singulier que sublime qui marie la chanson française à la chaleur de son bouzouki et à la fièvre de ses riffs orientaux. Cultivant un certain mysticisme mesmérisant, Johan exploite sa fausse nonchalance pour faire sensation à chaque performance et galvaniser des concerts intimistes et chaleureux de sa prestance si particulière. Si les délices de son premier album Contre-Jour ont séduit, sa patte aux croisements d’une électro chantée et d’une session de sirtaki traditionnel viennent aujourd’hui habiter un classique de la chanson française : Les Mots Bleus de Christophe. La classe, la claque.

Si certains chanceux avaient déjà eu l’occasion d’entendre cette reprise lors d’un concert de Johan, inutile de leur préciser que la mélancolie et la douceur de la version originale laissent ici place à une chaleur toute particulière. Une chaleur couleur bleu nuit, le genre de chaleur qui jamais ne brûle mais toujours nous consume de tendresse et de sensualité. C’est beau, c’est réfléchi et nul doute que l’interprète original du tube a adhéré à une telle réinterprétation de son bijou, ici dans de bonnes mains. Qui chante mieux l’amour que Johan Papaconstantino ? Déstructurés et repensés, Les Mots Bleus prennent avec lui une tournure toute nouvelle qui sonne à nos oreilles et à nos corps en mouvement comme une évidence.