Jungle revient enfin faire remuer nos pieds

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Petit retour en arrière. En octobre 2013 sortait de The Heat, le premier single du groupe Jungle. Une esthétique visuelle très prononcée, de la danse et surtout un tube fulgurant, accrocheur et dévastateur. Du mystère aussi, on ne savait pas qui ils étaient, ni à quoi ils ressemblaient. L’année suivante sortait Jungle, premier album éponyme au groove incroyable et blindé de tubes tels que Busy Earnin’, Time ou Julia.

Plus qu’on groupe, Jungle se révèle collectif. Aucune envie de leader, ni besoin obsessionnel de se mettre en avant, juste le goût pour une musique qui nous attaque aussi bien le cœur que les pieds, une musique bien faite et qui dure. La preuve, quatre ans après sa sortie et à une époque où tout devient éphémère, leur premier album tourne encore avec un bonheur absolu sur nos platines et continue à s’accrocher à nos oreilles.
Bien sûr, une réussite pareille a fait des émules, ils ont été souvent copiés, mais globalement jamais égalés (coucou Parcels) et on commençait à se languir, se demandant si pour les Anglais, ce premier opus fabuleux ne se transformerait pas en unique album.

Mais notre patience a finalement été récompensée. Le groupe est bel et bien de retour avec des nouveaux morceaux, deux pour être tout à fait précis, Happy Man et House In L.A. Si le premier titre ne surprendra personne, tant il  caractérise tout ce qui nous plait dans le groupe – cette basse folle et ce sens du rythme incroyable qui transforme tout en petit tube – la seconde traine en elle une vibe mélancolique et une douceur amère inédite qui nous emporte avec elle.

Bref, Jungle est définitivement de retour et va mettre tout le monde d’accord.