KTW010 V/A : 1er tour de soleil pour le nocturne label Kowtow Records

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Un an. Un passage obligatoire, qui correspond généralement avec les premières ébauches de pas et de mots chez l’être humain. Pour un label, c’est surtout l’occasion de mesurer le chemin parcouru et de célébrer le tout avec l’ensemble des artistes du roster. Chose faite de manière remarquable par Kowtow Records avec cette première compilation KTW010V/A. Amateurs d’esthétique nocturne, à vos oreilles !

Kowtow Records n’en étant encore qu’à ses premiers balbutiement, la chose la plus remarquable à propos de cette sélection est peut-être sa cohérence. Dix tracks pour dix artistes, mais une même vision d’un Paris nocturne. Un Paris peuplé de synthés analogiques, de broken beat et d’electronica planante. S’il faut passer par du name-dropping, pensez Flying Lotus ou Tomorrow’s Modern Boxes.

Une compile qu’on vous recommande d’écouter d’une traite, en regardant défiler les lumières de la nuit. On a tout de même eu quelques coups de coeur. Kimiko de Synthômas en fait notamment partie. Sous forme de ballade nocturne qui aurait toute sa place dans un Late Night Tales, la deuxième piste de l’album annonce la couleur – noire et lumineuse à la fois. Tout autant en suspension dans l’air, mais dardé d’urgence, Monolithe Noir nous propose des textures flottantes qui contrastent à merveille avec des rythmes tranchants et abrasifs sur la bien-nommée Wave Flotation.

On aurait pu également citer Variéras, Apollo Noir, ou Jumo et les autres producteurs, mais on a surtout retenu la capacité de la troupe à puiser dans des styles musicaux inattendus. Alexandre Bazin, déjà, nous mord les oreilles avec une guitare surf-rock délicieuse sur Red OchreOn tire aussi et surtout notre chapeau aux deux intermèdes vocaux aussi touchants que bienvenus. Au beau milieu de toutes ses tracks, la performance jazzy de Penelope Antena sur Missed It apporte cette touche d’humanité qui nous permet d’adopter entièrement cette playlist. Quand à Malvina Meinier, quelle belle manière de conclure ce disque ! Nerves subjugue l’auditeur. Piano, réverb’, voix et synthés ondulent et s’entremêlent pour créer un cocon qui l’entoure et le rassure.

Un an, ce n’est certes que le début, mais c’est déjà une sacré collection. On a hâte de découvrir cela de plus prêt le 6 décembre à l’International à l’occasion de la soirée d’anniversaire de Kowtow Records. Une soirée dont on rentrera probablement en noctilien. Avec une sélection de tracks toute adaptée dans le casque. On a hâte.