Le 77, en mode ULTIMate.

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Le collectif bruxellois du 77 est de retour avec un troisième projet, long de 12 titres, ULTIM reste dans l’univers original et sans prétention des Bruxellois, tout en étant un projet bien construit et diversifié.  

Avant tout, qui se cache derrière ces 4 belges au style particulier ? Au micro on retrouve Félé Flingue et Peet, accompagnés aux platines par Morgan qui est aussi leur beatmaker. À la réal on retrouve Rayan. Leur rencontre est assez originale. Les 4 Belges étaient en collocation ensemble à Laeken, dans la capitale belge, et ont vite commencé à faire du son ensemble. Leur rencontre date de 2015, et il ne leur faut qu’une année pour sortir un premier projet gratuit : C’est le 77. Dedans on trouve un morceau avec Swing de L’Or du Commun. Début 2018, Bawlers sort accompagné de ses 12 titres et de 3 invités. Un album 100 % belge car les invités sont les suivants : Blu SamuZwangere Guy et Roméo Elvis. Et maintenant nous voici en juin avec un troisième projet du quatuor : ULTIM. Seule invitée, la belgo-portugaise et actuelle colocataire du groupe : Blu Samu.

L’intro présente plutôt bien le groupe. “Le 77, c’est une bande de copains, qui sont vraiment copains et qui font parfois des chansons ensemble, qui ont des tempéraments différents,…”. Maintenant qu’on en sait un peu plus sur le groupe, on peut se pencher sur la suite du disque. Lunetz est un morceau bien connu des fans du groupe, le groupe le jouant souvent en concert même si le projet n’était pas encore sorti. Ode à leurs lunettes de style, aux looks atypiques, mais leur donnant des supers pouvoirs, une entrée dans l’univers du 77. On poursuit avec Ann, morceau plus premier degré, montrant que le groupe, ce n’est pas que des rigolos. On y retrouve presque de la mélancolie mais toujours avec une vibe estivale orchestrée par Morgan. Toujours sur une ambiance ensoleillée, Bawss, est un mélange entre égo trip et onomatopée, un mélange original mais comme vous l’avez surement compris, on n’est jamais au bout de nos surprises avec le 77.

S’ensuivent deux titres comportant tous deux des références. Premièrement, on a affaire au chien à 3 têtes Cerber, dans un morceaux plus dark, rappelant les enfers gardés par ce monstre mythologique. La seconde est d’ordre cinématographique, on est accompagné de l’agent OSS77, collègue moins connu de OSS117, interprété par Jean Dujardin dans le film du même nom. Le morceau est à l’opposé du précédent, il est très musical et pas sombre pour un sou. Ambiance assez similaire pour Trigoltar, l’instrumentale de Morgan est très calme, agrémentée de kick bien placé pour donner un côté plus rap. Ce morceau évoque le ville de Bruxelles que le groupe connaît assez bien, y ayant vécu. On peut le lier à la piste 2, car là aussi on retrouve un morceau avec des thèmes plus sérieux, après avoir enchaîné des sons plus second degré. Salzil, morceau en collaboration avec Blu Samu. Comme sur L’outro, le groupe montre une nouvelle palette musicale et s’essaye avec brio au reggae. Ambiance complètement différente avec Alliez. Après avoir composé des beats reggae, calmes, mélancoliques, Morgan livre ici une production trap, ce qui n’est pas pour déranger les deux mc’s qui se feront un plaisir de retourner les foules avec ce titre. Après la trap, le chant est mis à l’honneur sur Homan, la pression redescend d’un cran, et le 77 nous montre ici que malgré leur côté décalé, ils prennent la musique au sérieux. Phamybawlz, onzième et avant-dernier morceau, est une dédicace à leurs familles et leurs amis, histoire de remercier tous ceux qui les ont toujours soutenus, avant de laisser l’outra conclure ce projet.

En conclusion, Le 77 a livré un projet très intéressant : on y retrouve à leurs côtés Bawlers, complètement décalé et qui est aussi leur marque de fabrique. Mais on retrouve aussi des morceaux plus réfléchis, à la portée de tout amateur de rap. L’album comporte différentes ambiances, orchestrées par les instrumentales de Morgan.

Sur scène, le groupe est un réel spectacle : enchaînant blagues et morceaux, ils n’hésitent pas à descendre dans la fosse pour communier avec leur public. Ils seront présents au Festival Val de Rock à Chessy, à Dour et à Genève pour l’Ajafest.