Le billet doux de Simina Grigoriu

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Simina Grigoriu est une artiste techno aux influences multiples. Roumaine, Canadienne et aujourd’hui Berlinoise, elle fera un détour par Reims (Vogue Club) le mercredi 28 mai où vous comprendrez certainement pourquoi Paul Kalkbrenner en est fou. Alors, avant de venir admirer l’artiste, La Vague Parallèle vous fait saliver en partageant le billet doux qu’elle a glissé dans notre boîte mail.

Hello Simina, peux-tu brièvement te présenter et nous expliquer comment tu es parvenue à faire de la musique ton métier ?

Toute ma vie j’ai baigné dans la dance music. Vers 10 ans environ j’ai commencé à danser sur C&C Music Factory et Jam & Spoon, The Prodigy, ce genre de choses … puis est arrivée ma première expérience dans un club en Roumanie lorsque j’avais 12 ans, puis les raves à Toronto dans les années 90… A l’université, j’ai limité mes sorties en club mais après avoir obtenu mon diplôme, lorsque j’ai commencé à travailler dans l’imprimerie et la publicité, je travaillais également comme barmaid le week-end. Je suis revenue vers la scène mais en réalisant que je désirais être derrière les platines plutôt que derrière le bar… je jouais de la musique chez moi et je commençais à m’améliorer mais tout ça a vraiment pris forme lorsque j’ai déménagé à Berlin où j’ai commencé à faire de la musique à temps plein, à produire et à jouer sur scène. En réalité ça a toujours fait partie de ma vie. Je suis juste chanceuse de pouvoir gagner ma vie grâce à ma passion.

Tu es née en Roumanie, tu as vécu à Toronto, tu habites désormais à Berlin et lorsqu’on écoute ce que tu fais on a l’impression de constamment voyager : d’où viens-tu ?

J’ai quitté la Roumanie lorsque j’avais 3 ans, je n’ai aucun souvenir de cette époque. Je me souviens en revanche de mes séjours là-bas lorsque vers 10 ans j’allais y revoir ma famille pour l’été. Après 1989 nous avons été autorisé à revenir sur le territoire pour rendre visite à nos proches. On passait tous nos étés en Roumanie et j’ai l’impression d’avoir ainsi tiré le meilleur de ces deux mondes, la Roumanie et le Canada. J’ai déménagé avec ma famille pour échapper au régime communiste de Ceausescu. Je me sens à la fois complétement Roumaine, Canadienne et Allemande.

Enfant tu jouais du piano et du violon si je ne me trompe pas, cela s’entend dans « Exit City », bien que ce soit un album de techno, est-ce-que tu te considères comme un DJ ou comme une productrice ?

Je suis DJ et productrice. Je ne sais plus jouer d’aucun instrument excepté de mes synthés. Mixer c’est ce que je fais de mieux et Ableton (ndlr : un logiciel de musique) est mon arme en studio. Néanmoins, j’ai l’état d’esprit d’une musicienne et je connais les bases de la musique, ce qui m’aide à construire les mélodies de mes productions.

Joues-tu d’instruments sur scène ou laisses-tu le matériel faire le boulot ?

Je ne laisse jamais le matériel faire le boulot, quelle question ! Sur scène, je mixe avec des vinyls. Ce serait horrible si un DJ se faisait payer pour laisser le matériel faire son travail à sa place, ça arrive malheureusement régulièrement et lorsque j’assiste à cela je ne peux pas en croire mes yeux. Si tu es payé pour jouer de la musique tu te dois de JOUER de la musique. N’importe quel DJ sérieux serait d’accord avec moi.10362654_10204117937967918_554101551_n

Est-ce-que tu pourrais revenir à tes racines et jouer de la musique plus « classique » après avoir découvert la techno. Je suppose qu’en tant qu’artiste techno tu adores le beat, tu te verrais tenter une expérience hip-hop par exemple ?

Je n’ai pas vraiment écouté ce qui se faisait en hip-hop ces dix dernières années. Les années 90 sont plus mon époque et pour moi le meilleur rap est sorti à cette période. Le rap d’aujourd’hui est médiocre si on le compare à ce qu’a été Mobb Deep, Wu Tang et Big L, pour ne citer qu’eux. J’écoute toutes sortes de musique. Il y a du bon et du mauvais dans chacun des genres et avoir un esprit ouvert est crucial pour créer mes propres tracks.

Où as-tu trouvé ton incroyable chanteuse MAMA ?

MAMA est une très bonne amie. Après avoir fait mon album je lui ai demandé de chanter dessus. Elle a choisit deux morceaux qu’elle préférait, est allée en studio et s’est mise à chanter en se donnant corps et âme. Elle est incroyable ! Elle a donné une autre dimension à mon album, l’a rendu plus puissant que ce qu’il aurait été sans sa voix.

Comment sais-tu que tu dois poser une voix sur un morceau, je veux dire, est ce que tu crées la base de ton morceau en premier ou est-ce-que tu as une mélodie ou des paroles en tête par rapport auxquelles tu crées un accompagnement musical ?

Les voix arrivent en toute fin. Elles sont le petit extra qui transforme un morceau bien en quelque chose de complètement fini, même s’il n’y a pas de chants à proprement parler. Cela ajoute juste un peu de gout, c’est un peu comme le sel d’un plat !

Est-ce-que tu as un prochain projet ?

Je suis toujours en train de travailler sur des morceaux donc oui, mais quand à avoir un plan bien défini avec une date pour une prochaine sortie c’est difficile car je voyage énormément. Un peu de patience, vous allez voir arriver des petits trucs très très bientôt …

Comme tu voyages énormément tu es bien placée pour enfin pouvoir répondre à la question que tout le monde se pose : est-ce-que Berlin est toujours le lieu de la fête ou est-ce-que c’est devenu un peu dépassé ?

Cet endroit est magique. Il est tellement empreint d’histoire, d’art, de musique et de vie ! C’est un merveilleux endroit où vivre et un incroyable spot pour faire la fête bien sur. En ce qui me concerne Berlin sera TOUJOURS « the place to be » !

Honnêtement, tes « Bambi Eyes » (ndlr : c’est le nom de l’un des titres son album, « Exit City ») n’auraient-ils pas jouer un rôle dans ton succès ?

Le monde en général et l’industrie de la musique peuvent être très superficiels. Si tu n’es pas en mesure d’arborer une soit disant « jolie » image, la scène sera intransigeante avec toi. Aucun artiste, quelle que soit son apparence physique, ne devrait voir sa qualité d’artiste remise en cause. L’équation joli visage sans talent donne un véritable échec. Alors merci pour le compliment, mais j’espère juste que les gens passent au-dessus du fait que je suis une femme et écoute vraiment ma musique. Si tel est le cas, je suis la plus heureuse.

As-tu regardé l’Eurovision ? Que penses-tu de cet événement ?

Non, je ne l’ai pas regardé, mais j’aime cette idée de compétition et ça a parfois donné lieu à des artistes qui ont par la suite perduré ! Tu te souviens d’ABBA ? …

Est-ce-que tu préférerais jouer de la techno pour des personnes âgées ou jouer le pire set de ta vie à un énorme festival ?

Ohhh… drôle de question ! J’adorerais jouer de la techno pour des personnes âgées car ce serait certainement une véritable expérience pour beaucoup d’entre eux ! Et je ne choisirais jamais de jouer mon pire dj set nul part !

Est-ce-que tu préférerais te retrouver avec une main ou la langue coupée ?

On a deux mains donc bon …

Est-ce-que tu as un super pouvoir secret complètement inutile ? 

Oui, mais si je te le dis il ne sera plus secret.

Trois artistes qui ont changé ta vie ?

Bob Marley, Mobb Deep et Paul Kalkbrenner.

Merci Simina, j’ai hâte que tu nous fasses danser le 28 mai !

Merci Margot !