Le MaMa Festival dévoile les premiers noms de son dixième anniversaire

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Une décennie. C’est long, c’est beau et il s’en passe des choses. En 10 ans le MaMa est devenu plus qu’un festival, il est devenu une véritable référence. Auscultateur des tendances, le festival des professionnels a désormais une véritable portée internationale. Une grosse fête de trois jours qui peut aussi être vécue comme une véritable ballade dans les lieux mythiques de Pigalle et Montmartre. Les premiers noms viennent d’être dévoilés, on a décidé de vous faire une première sélection de nos chouchous déjà présents.

 

Silly Boy Blue

Forcément, qui dit chouchou dit Silly Boy Blue. Au delà de la rime facile, il nous était impossible de ne pas parler de cette jeune femme qui nous bouleverse depuis un petit moment et qui, chose très rare, fait clairement consensus au sein de l’équipe de La Vague Parallèle. Comment pourrait-il en être autrement au vue de sa musique ? But You Will, son premier EP, est une claque absolue, porté par des titres forts (on ne se remet toujours pas de The Fight)  dans lesquels elle se dévoile tout en ayant la bonne idée de nous ramener à nous même. Pour le MaMa c’est avec sous le bras un prix des inouïs du Printemps de Bourges qu’elle viendra présenter à nouveau sa musique. Pas vraiment une inconnue du festival, c’est avec l’étiquette de belle promesse de la nouvelle scène française qu’elle débarquera seule sur scène. Et puis honnêtement, on a quand même vraiment hâte de voir quel T-shirt elle portera ce jour là.

Oh Mu

Non, on vous promet, on a pas participé à la programmation. Toujours est-il qu’on est vraiment ravi de retrouver Oh Mu au cœur de ce festival. L’occasion de retrouver un.e autre de nos héro(s)ine dont la colère gronde toujours aussi forte. Oh Mu c’est un.e combatant.e que ce soit dans son art ou dans sa vie en général. Sans filtre, sans posture, l’artiste dévoile un message important dans une musique qui nous emporte avec des titres forts ou chaque texte frappe comme un coup de tête dans le plexus. Mention spéciale aux géniales Sage et Jeunes Oubliés qui ont le mérite d’assumer deux données parfois contradictoires : danser et penser.. Cela  un petit moment qu’on a pas croisé la route de son live, une occasion en or donc de la retrouver lors du MaMa.

CORPS

Malgré son nom, CORPS ne respecte pas l’adage du sans queue ni tête. Porté par une poésie des mots assez forte et des compositions aussi minimalistes que brutale, la musique de ce mystérieux garçon cogne bien et fort. Il nous offre une ballade dans ce qui guide la vie de tout un chacun : le sexe, le désir, la désespérance, le fantasme qui se fracasse sur la réalité. Jouant sur le chaud et le froid, la musique de CORPS est un voyage sans retour, une fois que vous l’aurez découverte, la marche arrière n’est plus possible et l’addiction est pleine. En live, ils sont deux, possédés pour une performance aussi musicale que théâtrale qui pousse clairement à la fascination, notre esprit cherchant sans cesse un point de fixation et de compréhension face à se déchainement de tension et d’énergie. Immanquable en somme.

DI#SE

On parlait d’adage juste avant, concernant DI#SE, il en existe un qui est pour le coup parfaitement respecté : le talent n’attend pas le nombre des années. Le breton le prouve bien, il n’a que 17 ans et pourtant il fracasse déjà tout. Une maturité énorme, un sens mélodique total et un flow aussi maitrisé qu’il peut être fluctuant, le garçon dévoile des titres forts et percutant avec Burnout et Génie. Autant dans la puissance que dans la séduction, le garçon à l’avenir devant lui pour mettre le monde à ses pieds. Avec un album prévu pour l’automne, il n’aura sans doute pas besoin d’autant de temps pour aller tutoyer ses pairs.

 

 

Pour découvrir le reste de la programmation, c’est ici.