Le vaisseau You Man atterrit sur nos platines avec Spectrum Of Love

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

18 novembre 2016 : le monde de la musique électronique a les yeux rivés sur Justice. Le mastodonte de Ed Banger sort son troisième album Woman et compte bien tout détruire sur son passage. Pourtant dans l’ombre la révolution gronde, elle est menée par deux artistes originaires de Calais réunis sous le nom de You Man et bien décidés à faire la nique à l’establishment musical avec leur premier album : Spectrum of Love.

Voila le pitch qui pourrait transformer la sortie du premier disque des deux nordistes en film de science fiction se déroulant dans une dystopie futuriste. Un David contre Goliath techno, ou chacun joue avec ses armes, entre communication de masse et premier album ambitieux et malicieux, notre cœur a un peu balancé, mais on a fini par définitivement se placer du côté du petit poucet, celui qui se balance avec passion dans la bataille, sans cynisme mais avec de l’amour, beaucoup d’amour, pour sa musique et  le genre qu’il représente.
On le dira sans soucis : le premier opus du vaisseau mère de l’excellent label nordiste Alpage Records, est une véritable merveille, le genre d’album qui risque de marquer durablement vos oreilles.

Ils nous avaient déjà été attrapé par le col avec leur excellent EP Restless en 2013, laissant à nos oreilles un excellent souvenir d’une musique au carrefour des influences, entre techno froide, house et pop. Ils auront mis trois ans à sortir leur premier album Spectrum Of Love, le temps de porter à maturité leur style, leur son, de créer aussi et de vivre surtout. Et dès les premières notes de Who We Are on est embarqué avec eux, dans un voyage spatial et futuriste. Le son de You Man est un melting-pot d’influences: ce que laissait déjà imaginer leur premier EP est porté ici à son paroxysme.  Ils ont eux-mêmes du mal à définir leur style, on y voit des petites touches de tout, du hip hop à la techno, de la house à la pop mais on y voit surtout une maitrise totale et une intelligence de chaque instant. Toutes les chansons sont différentes mais ont toutes un but précis, un but atteint avec une facilité absolument déconcertante: nous faire danser.
On pense parfois à Hot Chip, parfois au meilleur des Chemical Brothers, les influences semblent nombreuses mais sont surtout parfaitement digérées, si elles frappent parfois nos oreilles, elles ne sonnent jamais comme un plagiat, tant la musique des nordistes ne ressemble qu’à elle-même.

Composé de onze titres, on y trouve au minimum quatre tubes évidents  : Birdcage  mais aussi la plus house When We Fall ou les très techno Planet Circus et There Is A Land, portent un album dense, intelligent, complet et unique. A la fin de l’écoute, une seule envie nous vient en tête : remettre le disque en boucle.

A l’heure où à travers le monde, les outsiders prennent le pouvoir pour le meilleur et pour le pire, on est prêt à parier que You Man atteindra son cœur de cible. En tout cas nous sommes prêt à partir au combat pour défendre cet album, probablement l’un des plus réussis de cette fin d’année 2016, qui vient nous confirmer une chose: dans le nord de la France, on fait de la musique et on la fait bien. Dansant, radical tout en restant ouvert, Spectrum of Love est un premier effort de toute beauté. En ces temps indécis, où la dystopie qu’on imagine semble se dessiner de plus en plus comme un futur possible, c’est tout ce dont on a besoin: s’évader. Alors on te donne un petit conseil: pousse le volume à fond et laisse les You Man t’embarquer avec eux dans leur vaisseau spatial en direction du cosmos, et d’un monde meilleur ou la musique fait encore rêver.