L'épée sort de son fourreau

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

En décembre dernier lors de notre interview, Lionel Limiñana nous confiait la création d’un nouveau projet en forme de super-groupe pour l’année 2019. Ce groupe c’est l’Épée, nouveau projet de ces hyperactifs qu’ils partagent avec Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner. Ils dévoilent aujourd’hui un premier EP, en attendant l’album prévu pour plus tard cette année.

La musique c’est quand même mieux entre copains. Cette idée est des forces vitales de la musique de Lionel et Marie Limiñana. Si on les regarde bien sur scène, si l’on scrute leur albums, leur art ne vit et ne vibre que par ces envies de cohésions et de collaboration. L’amitié est une respiration, une obligation même pour qui veut vivre sa vie correctement et elle peut pleinement se transformer en pulsation créatrice. La preuve avec ce nouveau projet intitulé l’Épée. Déjà présents sur l’excellent Shadow People, Anton Newcombe et Emmanuelle Seigner ont donc rejoint le couple le plus cool du rock français pour créer cette formation en forme de supergroupe. En résulte donc un premier EP intitulé Dreams et composé de trois titres : Dreams, Last Picture Show et une version étendue de la première intitulée Dreams (extended a go-go).

Pas de surprise ici, on retrouve le ton si caractéristique et réjouissant de leur musique pour une collaboration explosive. Coincé entre le surf-rock et le yéyé, L’Épée n’a aucune vocation à inventer quoi que ce soit mais plutôt à dépoussiérer des genres établis pour apporter sa pièce à l’édificie. Ainsi Dreams, malgré son titre, est une chanson en français proche de cette vibe ensoleillée, joyeuse et incroyablement groovy. Le titre accroche de suite à l’oreille et surtout c’est son thème qui assez décalée qui nous amuse, puisque le titre raconte de manière assez ironique une histoire de harcèlement sexuel qui tourne mal. Ainsi le chasseur devient la proie et celui qui pensait s’attaquer à la faiblesse féminine finit en gigot dans l’assiette d’une femme pas aussi fragile qu’il aurait pu le penser. Un titre qui prête à sourire et qui tourne à la dérision un sujet lourd et d’actualité. Last Picture Show, cette fois ci chantée en anglais, se tourne vers un son plus lourd et plus brut pour mettre des guitares en avant. Ces deux titres offrent donc un aperçu vers l’univers de ce carré d’As musical qui ouvre la porte des promesses vers un album qu’on attend donc de pied ferme. Le rendez vous est pris pour la rentrée.