Les clips de la semaine #21

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les dix clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 21, c’est maintenant.

 

The National – Hairpin Turns

The National nous fait ici cadeau d’une pépite visuelle et auditive pour Hairpin Turns, l’un des morceaux de leur nouvel album I Am Easy To Find, qui sortira le 17 mai prochain. Porté par la voix signature de Matt Berninger et la créativité des frères Dessner, c’est dans un flot de douceur que le titre s’écoule avec fluidité sur une chorégraphie de Sharon Eyal. Un clip tout en subtilité et délicatesse, à l’image d’un portrait en noir et blanc, réalisé par Mike Mills où l’on aperçoit le groupe allant d’instrument en instrument. The National nous a habitué à une classe et à un esthétisme depuis plusieurs années et on sent bien, à travers ces titres inédits dévoilés dernièrement, que le groupe ne dérogera pas à la règle dans ce nouvel album.

DeSaintex – Barricadé

Découvert et rencontré au Printemps de Bourges, ce jeudi DeSaintex habillait la toile d’un second tableau. Affectionnant l’art de brouiller les pistes, le jeune crooner s’y dévoile dans une atmosphère plus obscure que le précédent warholien Je vois, je crois. Les points serrés, couverts de terre. Face à lui-même, il apparaît comme perdu dans l’immensité de cette aquarelle hivernale. “Barricadé” tatoué en lettres gothiques, l’homme au buste nu semble porter le regret en fardeau, nous plaçant ainsi en complices du mal-être qui le tiraille. Sa pop mélancolique, d’ordinaire optimiste, ne peut que s’harmoniser avec ces brèves minutes de slow-motion sublimées par de subtiles effets. Conclusion, l’artiste nous annonçait un virage à quatre-vingt-dix degrés pour illustrer son premier EP sorti en fin d’année dernière : un défi joliment relevé.

Pierre III – Touché

Anciennement porté sur les accessoires de sport (comprendre: ancien Housse de Racket), Pierre Leroux part en solo sous un pseudonyme royal, certainement acquis à la couronne de la pop francophone. Sortie du bois par nos amis de La Souterraine, sa première track s’offre un collage karaoké qui finit en pixels et feu d’artifice. Sensualité chaloupée, Touché.

Lomepal – La vérité

Cette semaine, Lomepal a dévoilé son gros projet : Le vérité show qu’il a diffusé en direct live et sur La Radio Nova (à qui on fait des gros bisous sur les oreilles). A cette occasion il en a profité pour tourner en live le clip de La Vérité, sans doute un de nos titres préférés de Jeannine. Très proche de l’esthétique développée dans ses anciens clips tels que Palpal et du malaise qu’il peut provoquer. Au casting on retrouve donc Orelsan, forcément, mais aussi Roméo Elvis, Romain Fraysinnet, Caballero & JeanJass ainsi que l’inévitable Vladimir Cauchemar. Casting 5 étoiles pour une vidéo qui utilise avec talent les contraintes d’un espace clos et du direct et qui nous a grandement fait penser à ce que Spike Jonze avait fait pour le Afterlife de Arcade Fire.

Corine – Corine

Corine reprend … Corine. A l’origine titre des géniaux AS Dragon, le titre prend une couleur plus proche du disco aux couleurs nocturnes et mélancoliques sous l’influence de la nouvelle reine de la nuit française. Sous la caméra d’Alma Jodorowsky, la chanteuse se dévoile plus que jamais, tout en douceur et en émotion. Loin du second degré et des allusions des titres qui composent Un Air de Fête, elle trouve dans les mots des autres un miroir parfait pour sa personne. Le clip joue ainsi là dessus, sur cette mise à nue à la troisième personne où l’on quitte les oripeaux d’un personnage pour public pour un effeuillage aussi réel que métaphorique. Un slow qui accompagnera vos nuits d’été et qui résonnera sans doute dans beaucoup de festivals.

Première Fois – Numéro Uno

Il y a une première fois un tout, même pour les groupes. Numéro Uno est donc le premier titre de Première Fois. Derrière ce nom se cache Jordane et Raphaël. La légende raconte qu’ils se sont rencontrés sur une plage, un jour d’été en 2017 et que c’est leur amour commun le r’n’b et la pop qui les a poussé à créer Première Fois. Avec ce titre ils nous présentent donc un projet entrainant, ou les voix se mélangent, s’unissent et se répondent, ou la douceur affichée de la musique ne masque pas un spleen grandissant qui résonne dans les paroles. Un titre en clair-obscur donc qui annonce une nouvelle aventure et coche une nouvelle fois la case du cool pour l’excellent label FVTVR.

Hamza – Dale x Love Therapy (feat. Aya Nakamura)

Le belge le plus en vogue du moment est de retour pour faire briller nos écrans. Issu de son dernier album Paradise, le morceau invite la nouvelle reine de la pop urbaine made in FranceAya Nakamura et sa vibe brûlante. Si le titre est scindé en deux ambiances distinctes, le clip suit cette logique et propose une transition joliment réalisée. Ainsi, alors que sur Dale le Sauce God se déhanche dans une ambiance de boîte de nuit bondée de courbes féminines en transe, la partie Love Therapy vient mettre les deux artistes dans un contexte plus solitaire et sombre. Un désert glacé aux tons de bleu vient aussi symboliser cette scission entre les deux parties du morceau et contraste avec les tons plus chauds du début. Anecdote du jour : les éléments utilisés pour confectionner les décors du clip sont fabriqués à partir de matériaux recyclés empilés en seulement deux sacs poubelle à la fin du tournage. Croyez le ou non mais Hamza et la planète, ça ne fait qu’un.

ISMA – Feen Kenou (feat. TRIPLEGO)

On a tous envie de voyage, d’évasion et d’échappée. Avec son nouveau titre c’est un peu ce que nous propose ISMA. Feen Kenou est une ode à l’ailleurs, une chanson qui pousse au mouvement et à la fuite. Un peu à la manière de Première Fois juste au dessus, le titre réussi le parfait dosage entre douceur et mélancolie, renforcée par le flow aussi habité que désabusé de Triplego. Derrière la caméra  Kévin Elamrani-Lince propose une vidéo à cette image, pleine de paysage, de lieux et d’instant, sans donner forcément de directives quand à leur significations. Un titre et une vidéo tranquilles qui poussent à l’imagination et à l’interprétation. Une jolie réussite en somme.

 

 

Last Train – The Idea of Someone

Ils avaient marqué un petit moment d’absence depuis la sortie de leur dernier album en 2017, Weathering, les garçons de Last Train sont désormais de retour sur les devants de la scène rock française et compte bien faire parler d’eux dès septembre prochain avec la sortie de leur prochain album, The Big Picture dont la pochette a été dévoilée cette semaine. On a d’ailleurs pu découvrir le merveilleux premier single de l’album, The Idea of Someone, sorti ce vendredi, qui annonce  nettement la couleur pour la suite : un gain en maturité incontestable qui fait de ce single un titre accompli. Comment ne pas mourir d’envie d’écouter l’intégralité de l’album à l’écoute de ce titre à couper le souffle avec cette montée progressive en intensité et ce réveil ascensionnel des guitares qui passe de l’arpégiation douce aux accords plaqués emplis de distorsion ! Un sublime titre donc, accompagné d’un clip vintage en noir et blanc qui annonce une intention visuelle monochrome forte pour la suite. Il va donc falloir prendre notre mal en patience et attendre septembre pour pouvoir découvrir The Big Picutre, en attendant, Last Train a annoncé leur Trianon à Paris le 6 novembre prochain, à vos agenda, il paraitrait que les places s’écoulent déjà vite !

 

Nick Murphy – Dangerous

Ce nouveau clip du génie anciennement connu sous le nom de Chet Faker est à l’image de son tout récent album Run Fast Sleep Naked : sobre mais explosif, épuré mais intense. Un long plan séquence introduit par un très gros plan sur le regard hypnotique de l’artiste. Un plan qui prend du recul pour laisser place à des tableaux somptueux qui mettent en scène d’effervescentes déflagrations orangées contrastant avec la nuit environnante et la sombre tenue de Nick. Un jeu sur les nuances classe et efficace à l’instar du titre que le clip habille subtilement.