Les clips de la semaine #26

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les dix clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 26, c’est maintenant.

 

AGAPE – Sous la Vague

Et on commence les clips de la semaine avec AGAPE. En même temps, quand la chanson s’appelle Sous La Vague, ça ne peut que nous attirer. Percussion entêtante, groove brûlant, le titre a d’ailleurs tout ce qu’il faut pour s’accrocher à nos oreilles. Dans ce clip qu’il co-réalisé avec LILIE, AGAPE présente une morning-routine, mise en beauté et transformation. Bien sûr si tout se passait bien, ce serait trop simple et ici tout finit par basculer. Une manière subtile de dénoncer le culte de l’image, où la vérité s’efface derrière les apparences et où le verni fait désormais office de mètre-étalon de notre quotidien alors que la réalité qui apparaît quand celui-ci se craquèle est plutôt moche voire déroutante. Un premier titre qui annonce un premier EP, Nuage, à paraître le 14 juin.

 

Santoré – Revoir la mer

Toujours l’eau et la mer, mais cette fois plus métaphorique avec Santoré. Les deux frangins ont dévoilé cette semaine le clip de Revoir La Mer, une jolie pièce instrumentale qui groove sec et qui appelle forcément à l’été. Si on ferme les yeux, on se verra forcément au soleil, mais si on les ouvre on se retrouve face à un clip tendance SF, hyper stylisé réalisé par Hadrien Besse et qui nous emmène dans un futur pas forcément reluisant duquel on a qu’une envie : s’échapper. Esthétique léchée et titre solaire font donc bon ménage et ne nous donnent qu’une envie, mettre les pieds dans le sable.

 

Chevalrex – Le grand absent

Une autre balle jaune viendra enjouer votre dimanche. Le soleil ? Sans doute, mais aussi la balle de tennis de Chevalrex. Sorti ce vendredi, on savait déjà que Le grand absent de Roland Garros serait le ou la français.e présent en demi-finale de Roland Garros. La grande présente par contre, c’est la classe toujours aussi réjouissante de Chevalrex et son talent mélodique qui nous emportent avec bonheur dans une pop française orchestrée et épique. Claude van de Vœldt orchestre ce match épique qui voyage d’une route à un parking ou un pré entre l’artiste et un redoutable joueur de tennis. L’occasion pour Chevalrex de revenir dans le jeu et d’ouvrir la porte vers un nouveau projet dont on vous parlera bientôt.

Arno – Oostende Bonsoir

L’association de deux légendes. Chanteur belge majestueux, grandiose et à la carrière incroyable, Arno fait enfin son retour avec Oostende Bonsoir, lente ballade mélancolique dont il a le secret mais qui tire musicalement vers une certaine langueur électronique. Une ballade crépusculaire pour rendre hommage à sa ville natale qui nous fout les frissons comme d’habitude. Et qui de mieux que Jaco Van Dormael, esthète du cinéma (Le 8ème jour, Mr Nobody et Le Dernier Testament entre autres) pour donner vie à ce titre qui sent la nuit et où il transforme Arno en héros solitaire dans les rues de sa ville. Oostede Bonsoir est le premier titre de Santeboutique à paraître en septembre. On a déjà hâte.

Jerem – Carrément Rien À Branler

Musique et cinéma acte II. Ici on est même carrément dans le méta puisqu’on vous parle d’un faux clip pour présenter un film. Bienvenue donc à Jerem, héros de Yves. Yves contera l’histoire d’amitié loufoque entre Jerem et Yves, un réfrigérateur intelligent sensé lui simplifier la vie. Loufoque vous avez dit ? Écouter Carrément rien à branler vous éclairera sans doute sur le délire qui nous attend. Nous en tout cas ça nous fait marrer, et même si ça sent la parodie, la musique reste bien plus écoutable que certaines soupes qu’on nous sert à l’heure actuelle. Normal quand on sait que la musique du film est co-composée par Bertrand Burgalat et qu’elle sortira chez Tricatel. Pour découvrir Yves ça se passe le 26 juin au cinéma. En attendant, on vous conseille de faire comme Jerem et d’en avoir “carrément rien à branler“.

Julien Granel – Défait

Il est le petit chouchou de Angèle. Logique en somme puisque Julien Granel a tout de la petite sensation à venir. Artiste total, le garçon est tout à la fois musicien, danseur, vidéaste et photographe. Un touche-à tout qui a donc tapé dans l’œil de la Belge, qui l’a emmené dans ses bagages pour faire la première partie de sa tournée des Zéniths. Aujourd’hui le garçon dévoile le clip de Défait, titre entêtant qui parle de ce besoin d’évasion, ou comment malgré tout on cherche toujours à évacuer le trop-plein des émotions qui nous envahissent. Pour le mettre en image, il convoque Thibaut Grevet pour une vidéo toute en couleurs, lumineuse, qui tranche un peu la mélancolie douce de la musique qui se balade entre les genres et offre une explosion créatrice entre esthétique un brin DIY, chorégraphie prenante et montage au cordeau.

Ty Segall – Taste

Comment décrire Ty Segall ? Vaste question tant le bonhomme se plaît à toujours nous surprendre. On pourrait dire qu’il est un garçon énervé, sa musique semble le prouver. On pourrait dire aussi qu’il est un génie, là aussi sa musique semble le prouver. On pourrait tout simplement dire qu’il est un incontournable du paysage musical contemporain. Hyperactif, puissant, intense, il ne s’arrête jamais. Et annonce donc aujourd’hui un nouvel album First Taste pour le 2 août avec ce premier titre Taste aussi rageur qu’il se veut mélodieux et psychédélique. Un titre qu’on a bien du mal à s’ôter de la tête une fois qu’il y a pris position. Et surtout un cri du cœur, pour lui comme pour nous, afin de nous expliquer que nous sommes tous les maîtres de notre propre destin, tout autant que responsables de nos propres choix. Ty Segall & The Freedom Band  reprendront la route cet automne, avec notamment deux passages à La Cigale les 9 et 10 octobre.

Las Aves – A Change Of Heart

Les Toulousains de Las Aves continuent à dévoiler leur prochain album petit à petit. Alors que la sortie de I’ll Never Give Up On Love Until I Can Put A Name On It est prévue pour la fin du mois d’août, le trio vient d’en dévoiler un deuxième extrait, A Change Of Heart. Filant avec bonheur le thème des amours numériques, le groupe nous embarque dans une sitcom déjantée qui trouve son dénouement en plein coeur de Hong-Kong. Rassurez-vous, pour espérer voir Las Aves en live, vous n’aurez pas besoin de vous expatrier en Asie : le groupe sera en concert à la Gaîté Lyrique le 24 octobre prochain.

 

Ouai Stéphane – Ouai Ouai

Ouai Stéphane revient cette semaine avec la vidéo de Ouai Ouai, ici de son EP Ouai Ouai et nous quand on voit ça on a juste envie de dire : Ouai ouai ouai ouai ouai, ouai. Ici le bonhomme prend les contours d’une vibe plus 80’s pour un titre aussi loufoque qu’il est dansant, vibrant et franchement attachant. Avec Ouai Stéphane, on ne sait jamais sur quel pied danser mais l’important c’est de danser non ? Visuellement, le bonhomme nous donne rendez vous dans une salle d’attente pour 4 minutes en plan presque fixe dans laquelle tout ceux (en fait tout le monde quoi) qui se sont emmerdés dans une salle d’attente parce que leur médecin était en retard se retrouveront.

Première Fois La Bouée Crocodile

Battre le fer tant qu’il est chaud. Un mois après nous avoir dévoilé Numéro Uno, le duo Première Fois revient cajoler vos oreilles avec l’été qui arrive. La Bouée Crocodile est un titre plus languissant et tendrement mélancolique ou les deux voix se mélangent et se répondent. Les nantais maitrisent leur projet de A à Z : composition, réalisation stylisme c’est une œuvre totale et collective qu’ils nous offrent avec une vidéo qui sent bon le soleil, la douceur et le ciel bleu. Tout ce dont on a besoin pour rêver des vacances qui mettent trop de temps à arriver en soi.