Les clips de la semaine #27

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les dix clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 27, c’est maintenant.

 

H-Burns feat. Kate Stables – Sister

Il est 14 heures et vous êtes encore sous la couette ? Ça tombe bien, on a décidé de commencer les clips de la semaine tout en douceur avec la vidéo de H-Burns pour son titre Sister. Accompagné de la magnifique Kate Stables (conseil d’ami : jetez-vous sur la discographie de This Is The Kit), le natif de Romans-sur-Isère nous offre un titre épuré qui touche l’émotion au cœur. Pour la vidéo Ronan Bertrand, il mélange prises de vue et images d’archives de l’actrice Agathe Watremez, elle aussi originaire de Romans-sur-Isère. Un titre et une vidéo douce qui remettent au centre du jeu les relations humaines et l’amour qu’on se porte les uns aux autres. En cette période d’égoïsme forcené, ça fait du bien, tout simplement.

Paprika Kinski – Diamond Queen

On est tous amoureux de Paprika Kinski. Pas la peine de le nier : je le sais, vous le savez et elle le sait. Et ce n’est pas Diamond Queen qui va changer l’affaire. Petit hit entre la pop et la disco avec une basse qui pousse clairement au déhanché et des paroles qui poussent vraiment le curseur du girl power, le nouveau titre de la Lilloise a tout du titre qui nous suivra tout l’été. Et si en plus il est accompagné d’un clip de Quentin Tavernier à l’esthétique léchée, rempli d’humour (parce qu’on est comme ça dans le Nord) et qu’il marche aussi comme un petit court-métrage entre rêve et réalité, on ne voit pas trop ce qu’on peut demander de plus. Il ne vous reste plus qu’à apprécier. Ça se passe juste en-dessous.

Melatonin – Animal

La mélatonine, aussi appelée hormone du sommeil, est sécrétée par le corps lors de l’apparition de l’obscurité, et ce afin de faciliter l’endormissement. À l’écoute d’Animal du quatuor lyonnais, on se dit qu’ils n’auraient pas pu trouver meilleur nom. Chanson bercée par des nappes électroniques rêveuses et cotonneuses qui peut en instant basculer du côté de l’épique, la musique de Melatonin cajole nos oreilles de la plus belle des façons. En image, cela donne un clip sublime, en apesanteur, proposé par Temple Caché et  Studio TABASS, qui nous offrent une version animée de la musique, là aussi plongée entre rêve et réalité. Album à venir pour la rentrée, qui nous promet une somme d’influence entre folk somptueuse et pulsation électronique planante. Melatonin n’a donc pas fini de nous surprendre.

 

I ME MINE – Once

Toujours la douceur, et un peu d’épique, mais du côté folk de la boussole avec la vidéo de I Me Mine pour Once. Le groupe toulousain nous emporte dès les premières notes, fait vibrer les cordes et nos cœurs avec elles. Ballade splendide et chargée de couleurs et d’émotions que Stéphanie Artaud & Alexander Viollet réalisent dans des paysages splendides où l’on suit deux personnages en quête d’évasion, entre jour et nuit, entre la fête et son réveil. On y suit aussi des avions de papiers, ceux sur lesquels on écrit nos peurs, nos rêves et nos espoirs. Et si la vie est une boucle, autant danser avec elle, non ?

 

Theo Lawrence – Worst In Me

Si Salvetat a mis le Sud en bouteille, soyez certain que Theo Lawrence a mis le Sud des États-Unis dans sa musique. Si les influences sont toujours aussi localisées, Worst In Me est définitivement le son d’une nouvelle aventure : sans les Hearts à ses côtés, le son se fait plus lourd, plus direct et sans doute plus libéré. On navigue ainsi entre blues et country, mais jamais très loin de la pop 60’s, tous ces genres qu’affectionne tant le jeune homme et qu’il dépoussière avec bonheur. Visuellement, le clip d’Erez Horovitz s’inspire aussi du fantasme du rockeur solitaire à chapeau et peignoir pour un résultat qui marche aussi en forme de Delorean avec une bonne dose d’humour et une distance bienvenue.

 

TELEPOPMUSIK – Connection feat Young&Sick

Telepopmusik, les héros du trip hop à la française sont enfin de retour et quel retour ! Connection, en collaboration avec les Américains Young&Sick, est un titre aussi entraînant qu’il est atmosphérique, jouant entre des plages électroniques languissantes et planantes et des voix qui nous entraînent vers le dancefloor. Visuellement, Nicolas Ratiéville orchestre une rencontre bretonne entre humains et extra-terrestre, la terre de toutes les légendes étant le lieu parfait pour introduire une dose de surnaturel dans un univers terre-à-terre. Avec ce titre, Telepopmusik annonce un nouvel album qu’on n’osait plus espérer mais qui devient tangible avec ce Connection qui crée une vraie attente en nous.

 

LITTLE SIMZ – 101 FM

Petit voyage dans le temps pour ce 3ème extrait du 3ème album “Grey Area” de Little Simz. Dans 101 FM, on suit les débuts de la rappeuse au flow impeccable. Écrivant, vivant chez ses parents, enregistrant avec ses amis, dansant, la vie ordinaire avant d’être connue et de passer à la radio. Le tout mis en image dans un esthétisme des années 90, simple et rétro, on a envie de sortir les PS2 pour jouer à Crash Bandicoot avec les copains. On ne se la raconte pas, que ça soit dans les paroles ou dans le clip, on écoute et découvre son parcours avec comme un air de “feelgood song”. Bonus, tourné avec ses amis proches, il a un guest magique, sa mère, rien que pour ça tu vas prendre 3 minutes pour regarder ce clip.

 

Jorja Smith – Goodbyes

Sorti il y a quelque temps, Lost & Found fut l’une des révélations r’n’b et soul de l’année. Jorja Smith nous offre ici un clip simple et minimaliste pour illustrer Goodbyes qui conte les difficultés d’une rupture amoureuse. Le clip est réalisé par Rashid Babiker et met en scène Jorja sur laquelle se projettent des images, dans un jeu d’ombres et de lumières. Un clip délicat et glamour qui se fond totalement à la voix suave et grave de la jeune femme que l’on avait tant appréciée.

 

Üghett – Effrontée

Plongée dans la nuit avec Üghett et son nouveau titre L‘Effrontée. Nuit d’ivresse, nuit compliquée, nuit libératrice… Le nouveau titre de la jeune femme joue sur le contraste d’une production brutale qui contraste avec une voix qui berce. La claque et la caresse, en somme. Visuellement, Ella Hermë a choisi d’enregistrer le clip sur cassette à l’aide d’une vieille caméra des années 2000. Choix payant tant ce rendu visuel fort, comme des images d’archives d’un autre temps, donne un grain et une vraie esthétique 80’s qui reflètent très bien les influences qui émanent du titre.

THÉOPHILE – Laisse-moi

On finit de manière lumineuse avec le dernier titre de Théophile, Laisse-moi. La lumière parce que le clip de Baptiste Chevalier joue avec cette idée d’ampoule, dans laquelle il chante mais aussi dans laquelle il se retrouve en recherche constante de… Lumière. Une manière visuelle de mettre en avant les propos du titre de Théophile qui se veut ici en combattant du pessimisme, offrant ainsi un titre foncièrement positif, frondeur dans son interprétation autant qu’il est chaleureux dans sa composition. Un titre qui réussit son objectif : nous faire relever la tête et nous donner le sourire. Son premier titre est ensoleillé, comme une nouvelle direction pour lui qui continue à nous présenter un EP prévu à l’automne. Pour le live, ça se passera à l’Olympia le 24 juin en première partie de Vanessa Paradis.

 

Bonus : PABLO ALFAYA – Ocean

Cette semaine, on vous glisse un petit bonus. Alors, si on le glisse en bonus, c’est parce qu’à proprement parler, il ne s’agit pas d’un clip mais d’une animation. Mais d’un autre côté, il nous était impossible de ne pas parler de Ocean, la petite merveille que nous a offert Pablo Alfaya cette semaine. Un titre de cinq minutes qui nous emmène ailleurs, qui nous entoure et qui met une vraie chaleur en nous tout en distillant une émotion à fleur de peau. Il le dit lui-même, il a sans doute attendu trop longtemps pour chanter cette chanson. On ne peut qu’être d’accord avec lui. On t’avait attendu Pablo, merci d’être là maintenant et vivement la suite.