Les clips de la semaine #28

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les dix clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. En cette semaine de fête de la musique, c’est une édition étendue qu’on a décidé de vous offrir. Les clips de la semaine épisode 28, c’est maintenant.

CAESARIA – Floating Heads

On commence la semaine avec Caesaria et leur titre Floating Heads. Les garçons de Belfort nous offrent un titre fédérateur entre intonation électronique et puissance rock’n’roll qui n’est pas sans rappeler Soulwax ou les Klaxons. Un titre qui ironiquement rend hommage à toutes les têtes à claques que le groupe a pu rencontrer au cours de son existence (si ils sont comme nous, ça doit faire un paquet). Pour la vidéo de Antoine Pfleger, tournée dans un superbe noir et blanc, ils font face à ce gang de “floating heads” qui n’a qu’une envie : les faire taire. Brûlure de cigarettes, coups, crachats, violence, tout y passe pour Caesaria qui devient la victime de ses opposants pas très réjouissants.

CASSIUS – Don’t Let Me Be feat. Owlle

Ce devait être une semaine de fête pour Cassius et la sortie de leur nouvel album Dreems. La nouvelle nous est tombée dessus comme un coup de massue ce jeudi au réveil : Philippe Zdar n’est plus. On tenait à rendre hommage au bonhomme qui nous aura fait danser non seulement avec sa propre musique, mais en produisant aussi un grand nombre d’albums entrés depuis dans nos classiques. On t’aimait tellement et on t’aimera encore tellement un bon bout de temps. Don’t Let Me Be est à l’image de ce que le groupe a toujours été : une célébration de l’hédonisme quotidien et une machine à danser. Nos cœurs sont tristes et nos yeux humides, mais la musique continuera de tous nous réunir. C’est donc un faux adieux, car la musique elle ne meure jamais et celle de Philippe Zdar lui permettra de vivre à jamais.

Jean Tonique – like you

Plus connu pour ses titres électroniques et groovie, Jean Tonique annonce son retour avec Like you, comme une mue musicale. Le garçon débarque donc dans le monde de l’indie pop avec ce titre frais et ensoleillé qui n’est pas sans rappeler par moment un certain Mac DeMarco. Mais l’amour est toujours plus fort que la musique et dans le clip de Sébastien Auger & Pierre Teulieres, tourné sur cassette dans le bois de Vincennes, le jeune Jean croise l’amour de sa vie, le genre de personne qu’il a attendu toute sa vie, et abandonne ses copains de la musique pour partir à sa poursuite. Heureusement les héros, qui ne sont jamais ceux que l’on croit, ne sont jamais loin et un guitar-hero surgit de nulle part pour aider le groupe à terminer son concert. Une vidéo à l’image de la chanson, entre esthétique DIY, tendresse et humour. Le nouvel EP de Jean Tonique est attendu pour la rentrée.

Rendez Vous – Superior State

Quand on avait rencontré Rendez Vous au mois de février, ils nous avaient avoué être complétement K.O suite au tournage de leur dernière vidéo. Quand on regarde le résultat et la mise en image de Superior State, on peut comprendre aisément, puisque nous aussi on finit K.O. Le bruit, la violence, la fureur et le sang, on est définitivement dans l’univers des franciliens avec ce clip de Malone Mör. Stroboscopes rouges, montage épileptique et une certaine idée de la schizophrénie, Rendez Vous, comme à son habitude, nous attrape par le col, nous secoue et nous offre une proposition aussi radicale qu’esthétiquement léchée. Le groupe continuera à étendre la corruption en tournée avec notamment un passage à Beauregard. Le rendez-vous est déjà pris.

Mayra Andrade – Pull Up

En ce dimanche ensoleillé (en fait on écrit ça jeudi soir donc on en sait trop rien, mais on fait confiance à météo france), Mayra Andrade va enflammer Solidays. Et on est sûrs que Pull Up fera partie des titres qui vont déchainer la foule tant le titre a la moiteur des chansons qui donnent au corps l’irrépressible envie de danser. Pour ceux qui seront devant leur écrans ce dimanche, on vous offre la preuve en image avec un clip, réalisé par Hamadou Frederic Balde où la danse s’invite entre la mer et le béton et qui rend hommage à une artiste de plus en plus populaire et qui peut compter sur le soutien sans faille de ses fans. La preuve, ceux-ci ont réussi à faire éditer son nouvel album Manga en vinyle.

Vladimir Cauchemar et Vald – Élévation

Vladimir Cauchemar, membre de l’écurie Ed Banger, a décidé de s’associer une nouvelle fois à un rappeur. Après Roméo ElvisLomepal ou encore 6ix9ine, c’est maintenant au tour de Vald. L’association se fait naturellement et les deux artistes sortent un morceau très ensoleillé et dansant, parfait pour le début des beaux jours. Encore une fois le visuel a été bien travaillé pour coller à la perfection avec l’ambiance un brin perchée du morceau. Un morceau que les deux artistes se feront un plaisir à jouer en festival. Refrain entêtant, instrumental aux touches électroniques, la recette du hip a été respectée et la sauce va surement prendre rapidement.

Fixpen Sill – Le Piège

Le duo parisien, composé de Kéroué et Vidji revient pile avant l’été avec un morceau planant. On ressent une écriture recherchée, qui est un des points forts du duo. Malgré un texte pertinent, Fixpen Sill n’est pas tombé dans la facilité pour autant. L’auto-tune très bien maitrisé rajoute une touche estivale au morceau. Tourné en bord de mer, le clip lui aussi évoque les vacances. Loin des strass et des paillettes, le duo a préféré faire honneur à des coins moins bling bling de la France pour tourner ce clip. Ce nouveau morceau annonce le retour du duo, qui prépare actuellement un projet qui devrait sortir dans le courant de l’année.

Eugene Lee Yang – I’m Gay

Celui-ci est une exception. Mais promis, elle en vaut la peine. Le célèbre Youtubeur Eugene Lee Yang, membre du collectif The Try Guys, a décidé de partager sa vérité et d’affirmer son homosexualité dans un coming-out comme on en voit rarement, emprunt d’esthétisme et d’une grâce folle.  Eugene n’est pas un musicien, mais il est indéniablement un grand artiste. Cette composition, intitulée “I’m Gay” le prouve et donne au merveilleux morceau du duo ODESZA un cadre sublime qui met à l’honneur la communauté LGBTQ+. Sur les percussions galactiques de A Moment Apart, le jeune homme s’est essayé à l’exercice périlleux de la mise en scène, de la production et de la chorégraphie de cette pièce vivante en tout sens qui chamboule et émerveille. Par ses plans somptueux et ses pas de danse exaltés, Yang dresse le portrait nuancé du parcours de la plupart des LGBTQ+ : la douceur de cet éveil sexuel, la noirceur de ces doutes et de ces craintes, l’ardeur de cette haine toxique (notamment avec une référence glaçante à la tristement célèbre fusillade homophobe d’Orlando en 2016) mais aussi et surtout le scintillement de cette communauté arc-en-ciel pleine de couleurs, de paillettes, de sourires et de charisme. Le clip est rattaché à une collecte de fond pour The Trevor Project, la plus grande association de prévention contre le suicide de la jeunesse LGBTQ+ dans le monde. En cette période de Pride, Eugene Lee Yang nous propose le clip le plus bouleversant de la semaine.

JE Sunde – Color Your Nails

Instant douceur avec la nouvelle vidéo de JE Sunde. Ballade tranquille, romantique et hautement cinématographique Color Your Nails, tirée de l’album éponyme de JE Sunde, nous berce avec son piano et surtout cette voix incroyable qui colle un frisson à chaque mot. Le titre est accompagné d’une vidéo de Lucas Posson qui nous offre un documentaire de l’amour quotidien, des instants de bonheur portés sur pellicule qui captent l’instant et suspendent le temps pour un résultat au charme résolument rétro et au rendu solaire. L’amour dans ce qu’il a de plus pur et de plus vrai.

Lou-Adriane Cassidy – La fin du monde à tous les jours

Balade en bord de mer avec Lou-Adriane Cassidy. La jeune Québecoise a dévoilé cette année son premier album et a livré cette semaine une vidéo pour La fin du monde à tous les jours. On se sent un peu comme elle à l’écoute de son titre : des éternels romantiques un peu émoussés par les échecs qui malgré tout continuent d’espérer et de croire que l’amour est quelque part. La vidéo de Gabriel Lapointe et Noémie D. Leclerc, déjà à l’œuvre chez son comparse Hubert Lenoir, suit au plus près la jeune femme entre désinvolture et mélancolie. On nous annonce dans l’oreillette que la jeune femme sera en France à la rentrée, notamment au Crossroads Festival.

Palma Rosa – L’ascèse

Nous avions d’abord repéré Nina et Vincent par leur passage sur les délicieuses compiles de La Souterraine, pour ensuite confirmer en live tout le bien qu’on pensait de leur synth pop yéyé acidulée. Avec L’ascèse, tube immédiat, un cachet d’Alprazolam sous la langue, Palma Rosa expie ici ses péchés devant la caméra de Léo Schrepel, clippeur pour Clara Luciani, Vendredi Sur Mer ou Soleil Bleu. Allez, promettez-le, “demain, j’me mets à la tisane“.

Petit Prince – Un bisou dans le cou

Lors de son passage par nos soirées Divagation en mai dernier, Petit Prince nous confiait vouloir lâcher les rênes du label Pain Surprises Records pour se concentrer sur son projet musical. Se donnant les moyens de ses ambitions, il convoque “du sang, des larmes, des cascades, de l’amour… et autant de figurants que dans l’épisode 3 de l’ultime saison de GoT”. Le résultat n’est pour autant que tendresse : un carnaval coloré et un cortège de bisous au pied de la grosse meringue de Montmartre.

Voyou – La serre

Notre brigand préféré continue sa main-mise malicieuse sur le paysage pop actuel. Voulant peut-être s’évader d’un agenda qu’on imagine de plus en plus millimétré, on suit notre Voyou à la recherche de paradis artificiels dans sa serre pleine de champignons bleus, de vapeurs troubles et de corps mélangés. Mais attention au cactus, il vaudra mieux s’échapper rapidement de ce tombeau hallucinogène !

Soleil Bleu x Sézane – Horizon

Le duo gainsbourien Soleil Bleu revient le jour du solstice d’été, juste à temps pour réchauffer les peaux sur les plages. Une collaboration avec la marque de sapes Sézane, qui a bien senti le magnétisme de Lou-Bonnie et Arthur-Clyde. Nous recommandons l’application d’une crème indice 50 de bonne qualité.

Kojey Radical – Can’t Go Back

Le rappeur londonien Kojey Radical est de retour avec le clip de Can’t Go Back qu’il co-dirige lui-même. La danse ayant été thérapeutique pour le rappeur, dans cette chanson exutoire post-dépression, il se met en scène avec une troupe de danseurs vivant le moment présent en se laissant porter par le musique, oubliant toute mauvaise énergie. Il nous délivre donc au final une feelgood song qui sent bon l’été, avec une dernière minute nous teasant un prochain titre 20/20, nous laissant présager un album en fin d’année.

 

Tété – Summertime Blues

Vous voulez une pilule parfaite pour le blues de l’été disparu (même si il vient d’arriver) ? Soyez rassurés, Tété arrive avec le clip de Summertime Blues. Toujours aussi enjoué, toujours aussi drôle et avec toujours autant de recul, Tété, troubadour des temps modernes, pointe les petites déviances du quotidien pour les tourner en dérision. Pour son nouveau clip, il s’est offert une expérience sur le long terme avec cinq étudiants d’une école d’animation (Jean-Baptiste Eustache, Vincent Fellemann, Amaranthe Leroux, Mehdi Saoud et Laura Servin) pour scénariser, modéliser et penser un clip animé. Le résultat, un clip où Tété se fait loup et la vie une boucle sans fin qui se répète et de laquelle on rêve encore et toujours de s’échapper. Et quoi de mieux pour ça qu’une rencontre, de l’amour et de la musique ?

Fontaines D.C. – Sha Sha Sha

Le temps est une boucle et parfois les choses se répètent et se recoupent. Pour Fontaines D.C, le temps les a ramenés dans le cirque qui illustre la pochette de leur premier album. 80 ans après la photo, les Irlandais s’y retrouvent pour illustrer Sha Sha Sha, titre entrainant qui sent l’urgence, la sueur et les guitares comme on les aime. Hugh Mulhern met le groupe en scène comme des membres du cirque, esthétique DIY prononcée pour un résultat à l’image du groupe : brut et incandescent. La nouvelle révélation rock irlandaise sera en tournée cet été avec notamment un passage à La Route Du Rock avant d’aller enflammer le Bataclan en novembre.

 

Fruit Bats – Gold Past Life

Il y a des chansons qui dès les premières notes nous donnent un sourire d’une oreille à l’autre alors que notre tête dodeline tranquillement. Gold Past Life est de ces titres, entrainant, ensoleillé, moderne et cool. Un titre qui refuse la mélancolie trop souvent ancrée dans l’époque moderne pour s’ancrer dans le temps présent. Vivre, ici et maintenant, et ne pas idéaliser le passé, c’est un peu ça la formule parfaite de Fruit Bats. Le tout avec une vidéo hilarante, sorte de fausse bande-annonce commerciale censée promouvoir des vidéos “à la qualité hollywoodienne”.

Le Noiseur – Summer Slow 88

Pour que les choses soient vraies, le mieux est finalement de ne pas les mettre en scène. C’est sans doute ce que s’est dit Le Noiseur avec son nouveau clip puisque celui-ci a été tourné dans un véritable thé-dansant sans que les participants ne soient prévenu à l’avance que cette vidéo allait être tournée. La vraie vie, les vraies gens et un titre Summer Slow 88, guidé par une voix grave et entêtante, qui rend hommage au slow autant en tant que danse qu’en tant que genre musical auquel il apporte toute sa classe et sa chaleur. Le genre de titre idéal pour danser dans les bras les uns des autres. Summer Slow 88 annonce l’arrivée d’un nouvel ep pour Le Noiseur, prévu pour l’automne et qui débarque quatre ans après Du Bout Des Lèvres, son premier album.

 

MATA HARI – CASTLE

On finit cette sélection élargie avec MATA HARI et son CASTLE. Le groupe tape fort dans le post punk, un titre brutal et entrainant porté par rage non-rentrée et un synthé dissonant et agressif. La vidéo est à l’image de la chanson, inquiétante et violente. Le groupe s’offre un délire cinématographique en noir et blanc, à la fois glauque et fascinant et qui rend hommage à tout un pan d’une culture cinématographique de l’horreur. CASTLE est le premier extrait de Building Site, premier EP de MATA HARI prévu pour la rentrée.