Les clips de la semaine #32

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 32, c’est maintenant.

Blood Orange – Benzo

Devonté Hynes ou l’excellence en personne. Lancer des fleurs à un artiste n’a jamais été aussi facile qu’avec Blood Orange tant son talent et son authenticité ne font qu’un. Il y a une semaine désormais, il nous a fait cadeau d’une mixtape intitulée Angel’s Pulse, comme pour nous annoncer les prémices du prochain chapitre ou conclure son prédécesseur, Negro Swan. Bien que tous les morceaux manifestent une perfection sans pareil (Dark & Handsome, Gold Teeth), c’est le titre Benzo qui l’artiste a décidé de mettre en image lui-même. Blood Orange qui a déjà plus d’une corde à son arc, endosse le rôle de violoncelliste dans ce clip qu’on pourrait fortement croire tiré de l’univers coppolesque. Mais non, on vous assure que les deux n’ont pas fait équipe. Ici, Ian Isiah remplace la tant adorée Kirsten Dunst et joue le rôle d’une Marie-Antoinette capricieuse mais aux goûts certains qui ne demande qu’à voir le musicien jouer devant elle. Ce titre qui reflète de façon concise l’éclectisme de Devonté Hynes est une vraie réussite et ce clip qui mélange humour et magnificence l’est d’autant plus.

070 Shake – Nice To Have

Ambiance nocturne, images granuleuses et plan séquence envoûtant : 070 Shake, la nouvelle rappeuse aux nerfs à vif, nous livre un clip somptueux pour son dernier morceau en date. Le visuel nous emporte dans l’autarcie d’un trafic routier et invite notre regard à traverser les pare-brises de ces inconnus aux quotidiens aussi routiniers que poétiques. Une dispute, une fête, un peu de drogue et un peu d’amour : c’est en jonglant de bolide en bolide que l’on capte toute la beauté de l’instant présent. Les embouteillages du lundi matin n’auront plus jamais la même saveur. Le voyage est d’autant plus intense grâce à la volupté du morceau. La voix grave et subtilement autotunée de la jeune artiste vient embrasser kicks généreux et sonorités moelleuses pour composer une oeuvre pleine d’émotions. La petite protégée de Drake et Kanye West prouve une fois encore que la scène rap féminine est pleine d’espoir et de talent.

Charli XCX & Christine and the Queens – Gone

Cordages, fumée, étincelles, flammes et pluie torrentielle imagent la dernière pop song de Charli XCX et sa drôle de dame, Chris. Fusion ardente, regards complices. Fracassées sous l’impétueuse gestuelle de la doublette, les plus solides conventions s’évanouissent dès l’enveloppe charnelle désentravée. Un vent de fureur forçant le passage aux obstacles aussi bien passés que futurs. « Am I a smoke ? Am I the sun ? And who decides ? », questions existentielles percutant la langue de notre diva française aux dents de lionnes, face à son âme-sœur aux pupilles meurtrières. Un combat que nous mènerons ensemble tant l’énergie des guerrières fait vibrer l’échine. Toutes deux adoptives de la patrie aux cinquante étoiles, Gone confirme une nouvelle fois leur place sur les bancs de l’école américaine, au côté de la Madone, Timberlake, Britney et autres élèves modèles du genre.

Saintard – Pauvre Jésus Christ

Bon anniversaire Henri ! Le 18 juillet c’était l’anniversaire du grand Henri Salvador, c’est aussi la date qu’a choisi Saintard pour dévoiler la vidéo de sa reprise de Pauvre Jésus Christ. Pas sa chanson la plus connue, mais à l’écouter on retrouve tout ce qui faisait la patte de l’œuvre de Salvador : son intemporalité. Alors que la chanson date de 1972, elle sonne dans ses thèmes toujours aussi actuelle puisqu’elle pointe du doigt les travers de l’humanité. Armé de son saxophone, Saintard lui offre une interprétation qui suinte le groove avec un soupçon d’ironie tout en gardant une vraie tendresse pour ce Pauvre Jésus Christ. Le clip, co-réalisé par Saintard, Datis Balaï et Florian Ronget entre la France et le Chili, transforme le chanteur en être céleste débarquant sur terre et découvrant au gré de ses voyages les vices modernes de l’Homme entre les kebabs, la weed, le foot et le Ricard qui finissent par le transformer en clochard attendant la fin du monde.

LIFE – Hollow Thing

Si vous ne connaissez pas encore LIFE, ça ne saurait tarder. Le groupe de Hull débarque avec un nouvel album A Picture Of Good Health à venir pour la rentrée, trois ans après leur déjà excellent Popular Music. LIFE se place dans la veine de tout ce qui se fait de bon au royaume de la reine, de Slaves à Shame en passant par les indispensables Idles. Hollow Thing c’est une énergie folle, une guitare qui frappe fort et un chanteur qui maintient notre attention. Le clip nous présente un homme face à un mur sur lequel défilent des polaroids aléatoires comme les souvenirs d’une vie qui s’effacent et disparaissent. Car c’est un peu ça, l’idée derrière Hollow Thing, laisser s’effacer les choses qui nous font du mal pour mieux s’accepter soi-même et mieux s’aimer. Les anglais seront de passage la semaine prochaine aux Nuits Secrètes et viendront fracasser l’Espace B en octobre. Le double rendez-vous est pris.

CONTREFAÇON – Parade

Ça y est, le premier album de Contrefaçon a un nom : il s’appellera Mydriaze et il est prévu pour le 20 septembre. Le collectif parisien a dévoilé cette semaine un nouveau titre, Parade. Véritable petite pépite, le titre prend le contre-pied parfait de Deter et nous offre un titre moins brutal, plus lumineux et plus dansant. En tout logique, il se placera aussi chronologiquement après celui-ci puisqu’on retrouve le personnage principal du court-métrage après le braquage, profitant de la vie en Tunisie, en scooter ou à cheval. Comme toujours chez Contrefaçon, la musique et la vidéo restent intimement liées, l’une  répondant à l’autre et inversement, avec un soin esthétique particulièrement fort appliqué au projet qui nous excite de plus en plus, avant de découvrir la totalité de l’album et du court-métrage. En attendant, les garçons seront aussi de passage aux Nuits Secrètes la semaine prochaine avant une date à la Gaîté Lyrique en décembre, quelques mois après une date bouillante au Point Éphémère.

Léonie Pernet – Butterfly (Ussar VS Malik Djoudi Remixes)

Décidément, si on avait voulu le faire exprès, on n’aurait pas fait mieux. Car oui, Léonie Pernet sera elle aussi de passage le week-end prochain à Aulnoye-Aymeries à l’occasion des Nuits Secrètes. Cette semaine elle nous a proposé une vidéo pour mettre en avant le travail de Ussar et de Malik Djoudi dans le cadre de son Butterfly Remixes. Ici elle fait de leurs versions un jeu de miroir puissant et intense dans un “combat” de trois minutes. Surtout la vidéo, entre douceur et brutalité, montre qu’une idée, une pensée ou ici une chanson peut complètement se transformer selon la personne qui y porte son regard ou son ressenti. Au côté atmosphérique et presque cloud de Ussar se confronte ainsi l’expertise pop et frondeuse d’un Malik Djoudi. Marco Dos Santos ne s’y trompe d’ailleurs pas, opposant ainsi des corps qui se synchronisent et se suspendent dans les airs à d’autres qui se fracassent et se cognent les uns dans les autres.

Papooz – Moon Pie

Alors que le duo nous avait habitués à des morceaux tantôt bossa nova, tantôt jazzy avec leur album Green Juice ou plus récemment à des morceaux très 70s où le groove est immanquable et sensuel dans le très nocturne Night Sketches, Papooz a décidé de sortir des sentiers battus et de nous offrir cette ode à l’amour qu’est Moon Pie. Une ballade acoustique à laquelle ils ont convié Victoria Lafaurie (Polo&Pan), moitié d’Armand, où cette dernière chante et vante l’amour avec une délicatesse et une poésie exquises. Ce titre nous rappellera sans nul doute les débuts des deux compères et leur EP Papooz, où des morceaux tels que Ulysses And The Sea ou encore Dorothy Says mettent la guitare acoustique au centre de toutes les attentions. Alors en ce beau dimanche de juillet, laissez-vous transporter sur un doux nuage de romantisme, et visionnez ce clip réalisé par Victoria Lafaurie elle-même qui nous confie quelques souvenirs d’été mielleux. Des souvenirs qui ont le mérite de mettre du baume au cœur avec un sujet qui anime l’existence de plus d’un : l’Amour.

IDLES – Never Fight A Man With A Perm

Gare à celui qui se mettra en travers du chemin de Joe Talbot dans leur dernier clip Never Fight A Man With A Perm. Avec un second album qui incite à l’amour de son prochain et à la prise de conscience de tout ce qui ne va pas dans cette société, Idles est la preuve vivante que la scène punk est encore bien présente. Depuis la sortie de Joy As An Act Of Resistance, tout le monde se les arrache et ce n’est pas étonnant quand on voit les lives dantesques qu’ils nous offrent. Dans ce clip version jeu vidéo, réalisé par le trio formé de Russell Taysom, Stella Belle Hex et Al Brown, le leader bristolien affronte sans rechigner ses ennemis dépravés et dit non à la toxicité. Pour résumer, un morceau avec une batterie qui déboîte et des guitares fulminantes accompagné d’un visuel animé au sein duquel on aimerait beaucoup s’immiscer afin d’en remettre plus d’un à sa place.