Les clips de la semaine #36

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 36, c’est maintenant.

 

Chartreuse – Three Days

Quand l’éthanol adopte de nouvelles saveurs, Chartreuse se change en une liqueur au goût rond. Outre-Manche, sa couleur se révèle plutôt soul, R&B, troublée de dark pop. Un équilibre caractéristique d’abord initié par quelques artisans tournant la même terre, tels Puma Blue ou King Krule. Première plante soumise à distillation, Three Days s’apprécie particulièrement lorsque les plaies implorent l’anesthésie. Cet état second dans lequel les quatre membres aux profils affligés patientent, en divers lieux, sublimés par diverses lueurs. Une ivresse sage et mélancolique, absorbant l’esprit de l’amoureux transi et diffuse jusqu’à nos veines. Littéralement eau-de-vie, la tiendrons-nous pour responsable d’une addiction prochaine ?

Whitney – Used To Be Lonely

Cette semaine, les garçons de Whitney chantent la solitude perdue, l’union retrouvée. Used To Be Lonely s’immisce comme la troisième tendresse de leur essai futur, écrit d’une plume aussi duveteuse que le précédent. De cette œuvre, les souvenirs captifs, doublés par le timbre gracile du chanteur, pénètrent nos lourdes carcasses esseulées. L’ennui le jour, l’amour la nuit. Notre regard, mêlé à celui de l’appareil photographique, se perd face au charme de cette partenaire, l’individu, qui désormais, investit nos repères et leur insuffle un peu de magie. Non loin de là, les Américains se font témoins de l’idylle, guitares à la main. Graines de patience en poche, encore quelques jours avant que Forever Turned Round investisse les étagères de la discothèque. Le 30 août, assurément.

Stereophonics – Fly Like An Eagle

Stereophonics, grand groupe de notre adolescence (on t’a vu kiffer Maybe Tomorrow dans One Tree Hill, ne nie pas), est de retour avec son onzième album Kind qui sortira le 25 octobre. Ce dernier opus a la particularité de n’avoir été enregistré qu’en seulement onze jours par le groupe ! Ils nous présentent donc Fly Like An Eagle : un son tout doux et chaud, à l’image de la voix du leader du groupe Kelly Jones, illustré par un clip mettant en scène Charlie Creed-Miles (vu dans Peaky Blinders). Une jolie ballade qui n’est pas sans nous rappeler les premiers morceaux du groupe. Un joli retour vers le passé.

Tom Rosenthal – The Meaninglessness of Numbers

Piano, violon, envie irrépressible de chouiner : tout porte à croire que l’on écoute un morceau de Patrick Watson. Et pourtant, c’est à la plume et la voix délicates de Tom Rosenthal que l’on a affaire dans The Meaninglessness of Numbers. Tiré d’un album de 2015 de l’artiste, Bolu, titre référence à un surnom donné à sa fille, ce titre mélancolique est sublimé par un clip à l’effet slow motion. On y découvre des amis, des couples tous heureux et appréciant la vie dans sa forme la plus simple : être ensemble et savourer le moment présent.

Abraham Alexander – Stay

S’il y a une chose que l’on adore, c’est lorsque nos chaînes musicales youtube coup de cœur se mettent à la réalisation de clips pour nos artistes. On se souvient du magnifique clip de Say Something de Justin Timberlake réalisé par la Blogothèque. Cette fois, c’est la Mahogany Sessions qui s’y colle avec un clip sublime pour le titre non moins magnifique d’Abraham Alexander. (Une petite pensée pour la guitare qui s’est sacrifiée lors du tournage. RIP). Stay s’offre ainsi un clip tout en nuances de bleu où l’on ressent toute la douleur et les doutes du chanteur.

Jorja Smith – Be Honest (feat. Burna Boy)

Jorja Smith oscille entre la soul et le R&B. Pour Be Honest, cette fois-ci, c’est le côté R&B qui l’emporte. Au programme, pool party et chaudes nuits d’été sont au rendez-vous dans ce clip sulfureux. Elle collabore ici avec Burna Boy, artiste qui n’est pas passé inaperçu cette année, pour un titre aussi provocateur que son clip où la voix suave et profondément soul de Jorja Smith se marie avec excellence à celle du chanteur nigérien. Une alchimie vocale qui ne se conclura jamais par une rencontre dans le clip puisque les deux chanteurs n’y apparaissent que dans des plans séparés.