Les clips de la semaine #37

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 37, c’est maintenant.

 

Las Aves – Worth It

On commence cette sélection hebdomadaire avec le groupe qui a occupé les devants de la scène ces derniers jours. Ce vendredi, les trois lascars de Las Aves ont gâté leurs fans. Trois ans après la sortie de Die In Shanghai, le trio toulousain a révélé coup sur coup son deuxième album, I’ll Never Give Up On Love Until I Can Put A Name On It, et un clip tout neuf pour le morceau Worth It, pièce centrale de ce nouveau disque. Véritable ode à l’acceptation et au rejet des diktats de la société patriarcale, le clip réalisé par Jules Cassignol, déjà à l’oeuvre pour You Need A Dog et Change Of Heart, est une aventure saisissante sur le plus beau chemin qui soit : l’estime de soi.

 

Mélodie Lauret – 23h28

Mélodie Lauret, c’est son nom. C’est aussi l’histoire d’un choc. De chocs, plutôt. Celui d’un timbre de voix grave et envoûtant, d’abord. Puis celui qu’engendrent des textes vifs et percutants, qui usent des mots comme d’autant de lames, plongées en plein coeur. Enfin, c’est le choc le plus puissant, causé par cette épopée nocturne, dure et poétique à la fois, qui s’égraine au fil des heures. Surtout n’ayez pas peur. Il n’est peut-être que 23h28, Mélodie Lauret n’a peut-être que 19 ans, mais on le sait déjà : on la reverra très vite.

 

Pion – 22h22

Non, le changement d’heure n’est pas pour tout de suite, et non, vous ne rêvez pas non plus. Si l’on est passé en quelques minutes de 23h28 à 22h22, c’est pour une bonne raison : c’est l’heure de Pion. Dans la musique de ces anciens de Blind Digital Citizen, tout ramène à la notion de temps. L’urgence, la précision et le rythme de ces envolées folles qui mêlent piano, saxophone et déclamations hallucinées sont autant de preuves de cette maîtrise ultime du temps acquise par le trio. Ça tombe bien, leur nouveau clip, 22h22, est une sorte de capsule temporelle qui slalome frénétiquement entre les époques et les technologies. Bon voyage !

 

Hildebrandt – Je suis deux

Avec Hildebrandt, il est toujours difficile de savoir sur quel pied danser. Tantôt tendre et délicate, tantôt rude et caustique, sa musique use brillamment de la langue française pour orner les rythmes accrocheurs dont il a le secret. Pour mieux nous guider dans sa compréhension, le dandy nous a dévoilé ce vendredi son double féminin dans un clip dédié à la dualité, Je suis deux. Son nouvel album, îLeL, met en scène cette partie de lui-même qu’il décrit comme “plus beau(lle), plus fort(e), plus animal(e)“, et qui est ici incarnée par la géniale Aya Baya, dans un numéro de duettiste de haut vol.

 

Cocoon & Lola Marsh – I Got You

Au rayon des collaborations de la semaine, la douceur du tandem formé par Cocoon et Lola Marsh a fini par l’emporter sur l’étrange featuring entre Kygo et… Whitney Houston. C’est donc avec plaisir qu’on vous embarque pour cette vidéo pleine d’amour et de tendresse, réalisée par Hen Makhluf à Tel-Aviv, et bercée par la rengaine réconfortante de ce duo qu’on aime tant. Fermez les yeux, comptez jusqu’à dix et laissez-vous porter…

 

Hubert Lenoir – 113e rue (générique de fin)

Quelques mois à peine après la sortie de Darlène, son opéra chaotique et jouissif, Hubert Lenoir vient de lui offrir une fin toute en images. Pour son nouveau clip, qui illustre 113 rue, le morceau de clôture de son album, le Québécois s’est offert une sitcom bourrée d’humour et d’ami.e.s, et entrecoupée de passages pseudo-documentaires pleins d’ironie. À celles et ceux qui s’alarmeraient de voir venir ce “générique de fin” : n’ayez crainte, Hubert Lenoir sera de retour en France le 20 novembre prochain pour un concert au Bataclan.

 

Oh Sees – Snickersnee

Jeudi prochain, les Californiens de Oh Sees enflammeront ce même Bataclan pour le retour en France. Pour vous permettre de préparer au mieux ce rendez-vous qui s’annonce bouillant, on vous propose de jeter un oeil au dernier clip de la bande de San Francisco. Nouvel extrait de Face Stabber, leur nouvel album sorti il y a quelques jours, la vidéo Snickersnee offre une expérience ASMR assez déconcertante. On vous laisse en juger par vous-mêmes.

 

Pomme – Je sais pas danser

Pour célébrer la rentrée qui arrive à grands pas, Pomme dévoile enfin le premier de son deuxième album, Les Failles, qui sortira le 1er novembre prochain. Je sais pas danser est un huis clos fragile et intime réalisé par Hugo Pillard, qui laisse entrevoir les doutes et les peurs d’une artiste au rythme d’une balade pleine de délicatesse. Pour espérer la voir danser sur scène, il vous faudra attendre les trois dates qu’elle donnera à la Cigale, en janvier, février et avril 2019.

 

Lana Del Rey – Doin’ Time

Il s’agit sans doute du retour le plus attendu de la semaine. Deux ans tout juste après la sortie de Lust for Life, Lana Del Rey vient de se rappeler à notre bon souvenir avec Norma Fucking Rockwell, un nouvel album globalement acclamé par la critique. En guise de cerise sur le gâteau, l’artiste new-yorkaise vient de dévoiler Doin’ Time, un conte urbain plein de poésie et de majesté. À vrai dire, la reine Lana n’aura pas même le loisir de descendre de son trône : elle est attendue dès l’année prochaine pour la sortie d’un album surprise, White Hot Forever.

 

Floating Points – Last Bloom

Pour terminer cette sélection qui sent bon la rentrée, on vous laisse avec Last Bloom, la dernière petite merveille de Floating Points. On le savait déjà, Sam Sheperd, de son vrai nom, est un cas à part dans le milieu de la musique. Docteur en neurosciences, le producteur britannique n’a pas son pareil lorsqu’il s’agit de tisser une musique complexe et cérébrale, qui puise ses inspirations dans la liberté du jazz et dans les sonorités de la techno. Quatre ans après son dernier disque, Floating Points revient donc avec une ode à la nature et au monde, dans un clip qu’on ne se lasse pas de voir et de revoir.